TROIS PRESUMES DELINQUANTS FAUNIQUES VONT COMPARAITRE A OWANDO ET POINTE NOIRE

191

Deux audiences portant sur la criminalité faunique sont attendues respectivement pour le 10 et 16 janvier 2019. La première au Tribunal de Grande Instance d’Owando dans le Département de la Cuvette et la seconde à la Cour d’Appel de Pointe Noire.

A Owando, il s’agit de la comparution d’un sujet congolais interpellé le 27 novembre 2018 dans cette même localité. Le Sieur MABIALA MBOUMBA Prince Hadley (39 ans) avait été arrêté en flagrant délit de détention, circulation illégales et tentative de commercialisation de deux pointes d’ivoire, représentant deux éléphants abattus. Le verdict portant sur cette affaire est attendu pour ce 10 janvier 2019.

Ce combattant de deuxième classe du Groupement Para Commando des Forces Armées Congolaise serait un trafiquant d’ivoire dans plusieurs villes du Congo notamment Impfondo, Ouesso et Owando. Ces pointes d’ivoires saisies proviendraient du Département de la Likouala où ce présumé délinquant faunique était en mission de lutte anti-braconnage. Mission qu’il aurait transformé en campagne de trafic des pointes d’ivoire en complicité avec des braconniers; puis se livre à la vente de ces produits de faune ce, pour s’enrichir.

A Pointe Noire, il sera question, de l’affaire BOPOMA NGAMAKALA Doudou, bijoutier et MBOMPELA Samuel, vendeur des objets d’arts, arrêtés en flagrant délit de détention d’une centaine d’objets sculptés en ivoire et de cinquante morceaux bruts des pointes d’ivoire. L’arrestation de ces présumés délinquants fauniques avait eu lieu le 16 octobre 2016 à Pointe Noire. Lors des précédentes audiences, BOPOMA et MBOMPELA avaient reconnu les faits qui leur sont reprochés. Ces deux individus dont l’un congolais et l’autre Angolais, encore présumées trafiquants, devraient comparaitre le 16 janvier 2019 à la Cour d’Appel de Pointe Noire.

Les arrestations de ces présumés délinquants fauniques ont été les œuvres des agents des Directions Départementales des Eaux-et-Forêts (Cuvette et Pointe Noire) et de la Gendarmerie nationale avec l’appui du PALF (Projet d’Appui à l’Application de la Loi sur la Faune sauvage). Ces prévenus encourent des peines allant jusqu’à cinq (5) ans d’emprisonnement ferme selon les textes réglementant ce secteur. L’article 27  de la loi 37/2008, du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires protégées stipule :   «  l’importation ; l’exportation ; la détention et le transit sur le territoire national des espèces intégralement protégées ; ainsi que de leurs trophées  sont strictement interdits; sauf dérogation spéciale de l’administration  des eaux et forêts ; pour les besoins de la recherche scientifique ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *