Santé

QUELLE EST L’AMPLEUR DES MALADIES TROPICALES NEGLIGES AU CONGO ?

 Au Congo, les chiffres fournis par la Direction générale de l’épidémiologie et de la lutte contre la maladie permettent d’apprécier l’ampleur des maladies tropicales négligées. Ces chiffres contenus dans cet article ressortent d’une fiche officielle sur le profil actuel des maladies tropicales négligées au Congo, élaborée par la Direction Générale de l’epidémoilogie et de lalutte contre la maladie.

Au Congo la DMM contre l’onchocercose est nécessaire pour 17 districts sanitaires (DS) : 4 à Brazzaville, 5 dans le Pool, 4 dans la Bouenza, 2 dans le Niari, 1 dans le Kouilou et 1 dans la Lékoumou);

12 DS pour la Filariose Lymphatique : 2 dans le Niari, 3 dans la Bouenza, 1 dans le Pool, 1 dans la Cuvette, 2 dans la Cuvette-Ouest, 2 dans la Sangha et 1 dans la Likouala ;

6 DS pour la Schistosomiase : 2 dans le Kouilou, 3 dans la Bouenza et 1 dans la Lékoumou ;

et 43 DS pour les Géo helminthiases.

Bien que des cas de trachome existent au Congo, les résultats de la cartographie de 2015 réalisée dans les 3 DS les plus suspects de cette maladie ont montré qu’aucun DS n’a besoin de la DMM.

Mise en place de la DMM

La DMM a démarré en 2001 pour l’onchocercose, en 2013 pour la FL dans les zones de co endémicité avec l’onchocercose et 2015 pour les zones uniquement FL, en 2014 pour la schistosomiase et les géo helminthiases.

En 2017 il a été traité :

– 519.420 personnes contre l’onchocercose (81,6%);

– 255.807 personnes contre la FL (79%) ;

– 824.428 enfants en âge scolaire contre les géo helminthiases (75,1%)

– 71390 enfants en âge scolaire contre la schistosomiase (64,4%)

Couvertures géographiques et thérapeutiques :

En fin 2017 la couverture géographique est à 100% pour l’onchocercose, la schistosomiase et les géohelminthiases et 50% pour la FL à cause des 6DS qui attendent toujours la confirmation des résultats pour prendre la décision sur la DMM.

La couverture thérapeutique est à 81,6% pour l’onchocercose, 79% pour la FL dans les DS traités, 64,4% pour la schistosomiase et 75,1% pour les géohelminthiases.

Evaluations épidémiologiques et entomologiques :

Les évaluations épidémiologiques oncho de phase A ont été réalisées en 2011, 2012 et 2015 sous la coordination d’APOC. Aucune évaluation entomologique n’a été réalisée jusqu’à ce jour.

Principaux défis :

– Présence de l’onchocercose en milieu urbain de Brazzaville ;

– Coendémicité Oncho/Loase et FL/Loase ;

– Pop cible Schisto et Géohelminthiases difficile à couvrir entièrement pour plusieurs raisons (chiffres de recensement déjà caduques, beaucoup d’enfants en âge scolaires sont au 2ème cycle scolaire non ciblé par notre stratégie de traitements dans les écoles primaires)

– Insuffisance des financements, surtout de l’Etat.

Photo: Des mains humaines rongées par la lèpre ( Crédit: Droits réservés)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le plus populaire

To Top
Translate »