QUATRE PRESUMES DELINQUANTS FAUNIQUES DEVANT LA BARRE A OUESSO ET A SIBITI

62

Poursuivis pour détention, circulation illégales des trophées d’une espèce animale intégralement protégée et présomption d’abattage de ladite espèce (éléphant), ces prévenus vont comparaitre le 21 août 2019 devant la Cour d’Appel de Ouesso pour les uns et le 30 août au Tribunal de Grande Instance de Sibiti pour les autres.

A Ouesso, il sera question de la comparution de deux présumés trafiquants d’ivoire, dont un militaire des forces armées congolaise (FAC) arrêtés le 12 janvier  2019 dans cette localité du Département de la Sangha. Ils avaient été pris la main dans le sac avec neuf (9) pointes d’ivoire pesant une dizaine de kg, représentant cinq (5) éléphants tués.

Ces présumés délinquants fauniques  seraient des habitués du commerce illégale des produits de faune dans le Département de la Sangha et dans bien d’autres villes du Congo comme Brazzaville et Pointe Noire.  Les ivoires saisis auraient été achetés par  le militaire auprès des  braconniers à Pokola. Ce sous-officier serait non seulement acheteur  mais aussi revendeur des produits de faune.

A Sibiti, l’affaire concerne le cas de deux individus de nationalité congolaise, poursuivis pour présomption d’abattage d’éléphants. Ces derniers avaient été appréhendés, le 27 novembre 2017 à Zanaga dans le Département de la Lékoumou, détenant illégalement trente et sept (37) morceaux de viandes boucanées d’éléphant. Le verdict du Tribunal de Grande Instance de Sibiti portant sur cette affaire est attendu à l’issu de cette audience du 30 août 2019.

Les arrestations de ces présumés délinquants fauniques ont été les œuvres des agents de la Direction Départementale de l’Economie Forestière de la Sangha et de la Lekoumou y compris des éléments de la Gendarmerie Nationale avec l’appui du PALF (Projet d’Appui à l’Application de la Loi sur la Faune sauvage). Ces prévenus encourent des peines allant jusqu’à cinq (5) ans d’emprisonnement ferme selon les textes réglementant ce secteur.

L’éléphant est menacé d’extinction dans des nombreux endroits à cause du braconnage pour ses pointes d’ivoire. En République du Congo, cette espèce bénéficie d’une protection absolue suivant l’arrêté de 1991 ainsi qu’un acte de la Conférence nationale souveraine. L’article 27  de la loi 37/2008, du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires protégées stipule :   «  l’importation ; l’exportation ; la détention et le transit sur le territoire national des espèces intégralement protégées ; ainsi que de leurs trophées  sont strictement interdits; sauf dérogation spéciale de l’administration  des eaux et forêts ; pour les besoins de la recherche scientifique ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *