DES PROJETS FINANCES PAR LE JAPON A BRAZZAVILLE VISITES PAR UNE MISSION DIPLOMATIQUE

900

Kumiko KOBAYASHI, Deuxième secrétaire de l’ambassade du Japon au Congo a conduit le mardi 13 mars 2018 une mission de visite de quelques projets financés par son pays à Brazzaville dans le cadre de la coopération entre le Congo et Japon. Lors de cette visite, la diplomate japonaise était accompagnée de cadres et agents de quelques agences du système des Nations unies ( Unicef, Unesco, PAM, Pnud) qui sont des partenaires techniques de mise en œuvre des projets financé par le pays du soleil levant, ainsi que des autorités administratives du Congo.

La première étape de cette visite a été l’école conventionnée catholique Saint esprit de Moungali ( le quatrième arrondissement de Brazzaville). Dans cette école, le Japon a financé pour 105 mille 245 dollars US , la construction d’un bâtiment de trois salles de classe ainsi que la fourniture de cent pupitres et des latrines, pour 105 mille 249 dollars US. Le directeur de cette école a du reste salué cet apport.

Après Moungali, un autre projet éducatif financé par le Japon a été visité à Ngamakosso, un quartier de l’arrondissement 7 Talangaï. Il s’agit du projet du centre de rescolarisation des enfants mis en oeuvre avec l’Unesco. Un centre qui compte 191 enfants dont 104 filles. La visite s’est faite en présence de Micaela Marquez de SOUSA, Représentante de l’Unicef au Congo et de Geneviève MALOUMBI , Directrice générale de l’alphabétisation. Si Mathias EWE, Directeur de cette école s’est réjouit de ce projet qui redonne une vie intellectuelle à de nombreux enfants, il a tout de même épinglé le manque d’animateurs dont souffre celle-ci , ainsi que l’absence de prise en charge pour ceux des rares qui exercent dans ce centre. Un centre  qui s’appuie sur une approche d éducation non formelle et qui va présenter cette année 22 candidats au Certificat d’Etudes Primaires élémentaires. Ici, il a été procédé à la projection d’un film réalisé sur Rizanie NIANGA, une fille considérée comme le symbole de l’efficacité du projet Resco. Partie d’un village du nord du pays avec une scolarité médiocre, Rizani a trouvé au Resco une amélioration très nette de ses notes et a obtenu son CEPE.

Un troisième projet éducatif a été visité. L’alimentation scolaire, mis en œuvre avec le Programme Alimentaire mondial (PAM) . La délégation s’est rendue à l’école Djiri pont (un village du district d’Igné dans le Département du Pool a la sortie nord de Brazzaville). Ici les élèves congolais reçoivent un repas quotidien grâce au gouvernement japonais. Firmine SAMA, Directrice de l’école a reconnu que l’alimentation scolaire booste la fréquentation scolaire et a dit sa gratitude au gouvernement japonais. Il convient de rappeler qu’en 2017 le Japon a contribué à hauteur de 933 mille dollars US pour l’achat de 1304 tonnes de vivres en faveur de l’alimentation scolaire pour 40.000 enfants congolais.

La quatrième étape de cette visite a été le centre de santé communautaire de Kombé,( un quartier de l’arrondissement 8 Madibou). Ce centre qui n’est pas orienté vers le profit a été construit et équipé grâce à un financement japonais de 116 mille 261 dollars US en 2016. Un centre a depuis abrégé les souffrances des habitants de ce quartier qui devaient parcourir des kilomètres pour trouver un centre de santé. Ce projet , notons-le, a été réalisé en partenariat avec l’ONG Médecins d’Afrique et compte les services ci –après : consultations, pharmacie (avec des prix des produits très abordables), hospitalisation, laboratoire, maternité (200 accouchements par an) , consultations pré natales, petite chirurgie. Il est dirigé par un médecin et fait le bonheur des habitants du quartier comme l’a d’ailleurs confirmé Jocelyne MAKOSSI, la Présidente du quartier.

Le Japon a aussi contribué au financement d’une radio consacrée à la jeunesse, la Radio citoyenne des jeunes ( RCJ) qui est basée à Brazzaville. Cette radio a été la dernière étape de la tournée. Pour la circonstance, le Représentant adjoint du PNUD au Congo s’est prêté dans le studio à quelques questions d’une animatrice. Ce avant que Godefroy YOMBI, le Coordonnateur de cette radio et l’ensemble de ses agents bénévoles (en majorité des étudiants) ne reçoivent la diplomate japonaise Kumiko KOBAYASHI ainsi que des chefs des agences du système des Nations unies pour en bref entretien. Godefroy YOMBI a saisi cette occasion pour rappeler les thématiques de la RCJ : «… cette radio est animée par une équipe de treize jeunes étudiants qui sont issues pour la plupart du département des Sciences et techniques de la communication. Le radio citoyenne a des programmes axées sur des sujets comme les droits humains , l’environnement, la santé de la reproduction, les valeurs citoyennes, les questions du genre, la lutte contre la pauvreté, la paix, sans oublier les questions spécifique à la jeunesse comme la délinquance juvénile, l’emploi, la formation l’emploi ». En rappel, cette radio a été inauguré la 31 mai 2017 . Elle utilise un émetteur de 1000 watts

Photo 1 : Pendant la visite à l’école Saint esprit de Moungali

Photo 2 :   Kumiko KOBAYASHI offant son sourir aux  enfants du  centre de rescolarisation de Ngamakosso

Photo 3 : Au centre de santé communautaire de Kombé, Kumiko KOBAYASHI pose avec le personnel

Crédit photos: Groupe Congo Médias.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *