Economie

LES MAITRES D’OUVRAGE DOIVENT ENVOYER LES PLANS ANNUELS DE PASSATION DES MARCHES A LA DGCMP.

Jean Didier ELONGO Directeur général du contrôle des marchés publics a formulé cette instruction le mercredi 17 janvier 2018 à Brazzaville au cours d’une conférence de presse aux allures de cours magistral digne de celui de la fac. Cette conférence de presse a aussi été l’occasion de porter un démenti sur des allégations de perquisitions qui aurait été menées chez lui.
Rattrapé par ses reflexes d’enseignant à l’université Marien Ngouabi, Jean Didier ELONGO s’est, servi d’un tableau lors de cette conférence de presse, du moins dans la première partie consacrée à la genèse de la DGCMP, ses missions, mécanismes de fonctionnement, ses limites, pour mieux expliquer le labyrinthe de la passation des marchés publics.
Le Directeur général de la DGCMP a rappelé que l’organe dont il a la charge, relevant du ministère des finances, s’occupe du contrôle des marchés publics à priori. Il valide les Plans annuels de passation des marchés publics reçus des maitres d’ouvrages, avant de les renvoyer chez ces maitres d’ouvrages qui à leur tour les envoies à l’Agence de Régulation des marchés publics qui assure le contrôle à postériori pour publication.
Par ailleurs, Jean Didier ELONGO a évoqué les autorisations spéciales prévues par le code des marchés publics qui sont accordées aux maitres d’ouvrages comme les ministères ou les grandes entreprises publiques, qui peuvent grâce aux dispositions de la loi passer directement un marché à une société pour la réalisation d’actions dont l’urgence est avérée. Dans ces cas, en règle général les choses se passent bien, a reconnu le DGCMP, même si la vigilance est de mise pour ne pas se faire blouser.
Après s’être félicité de la mise en œuvre du programme de municipalisation accélérée mis en œuvre dans tous les départements du pays, Jean Didier ELONGO a insisté sur le fait que la DGCMP est un organe strictement administratif qui n’a pas de lien avec les paiements ou l’accès aux finances au niveau du trésor public, balayant ainsi d’un revers de main les accusations portées sur sa personne dans une affaire de détournement de 139 milliards de Francs CFA dont il serait l’auteur.
Des ennuis judiciaires ?
Des informations relayées par les réseaux sociaux notamment, font état de ce que des perquisitions auraient été mené chez M. ELONGO et que ce dernier serait détenu à la Direction Générale de la surveillance du territoire (DGST). Sa présence devant les journalistes et ses mots ont du reste démenti ces informations. Le DGCMP a indiqué toutefois qu’il est disposé à se rendre à la DGST au cas où il y serait convoqué car, dit-il « je ne me reproche de rien »
Photo : Jean Didier ELONGO pendant la conférence de presse (Crédit Groupe Congo Médias)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le plus populaire

To Top
Translate »