LES HOTELS DU CONGO NE DOIVENT PLUS S’AUTO-ATTRIBUER DES ETOILES …

394

La ministre du tourisme et de l’environnement, Arlette SOUDAN NONAULT s’est montré très sévère lors de la conférence de presse qu’elle a animée le jeudi 30 novembre 2017 à Brazzaville, consacrée à la classification des établissements hôteliers du Congo. C’est une sorte de rappel des différentes étapes déjà franchies qui a été faite et de présentation de celles à venir. En attendant, les hôtels sont appelés a retirer les étoiles auto attribuées.

Convaincu que l’hébergement est un maillon important de la chaine de valeur touristique, le ministère du tourisme et de l’environnement estime que l’amélioration de la qualité et de la compétitivité des établissements d’hébergement touristique constitue un enjeu majeur pour le développement de la destination Congo.

Ainsi, le système de classement des établissements d’hébergement touristique comporte trois volets  rappelés par la ministre : le périmètre de classement c’est-à-dire les types et les catégories, vient ensuite le processus de classement qui concerne les procédures, les commissions de classement comprenant divers intervenants, et enfin le référentiel de classement qui lui s’intéresse aux normes de classement et au système de notation.

En partenariat avec le PNUD et l’Organisation mondiale   du tourisme, le gouvernement du Congo travaille à l’actualisation du document datant de 2004, qui organise le classement des hôtels au Congo. Le travail à faire prévoit la révision de normes de classement, la formation des auditeurs du ministère du tourisme qui établiront le classement sur la base des normes élaborées et enfin la mise en œuvre de la reforme du système de classement.

A ce jour, la commission compte déjà à son actif des réalisations comme le pré diagnostic du système et des normes, l’élaboration de normes de classement, le premier round des concertations et les visites sur le terrain, le test 1 des normes de classement, le deuxième round de concertation avec les parties prenantes.

Les prochaines phases, la troisième et la quatrième vont consister en l’élaboration de la deuxième version des normes de classement et des normes d’audit mystère, l’élaboration du manuel d’interprétation des normes des normes de classement, la validation des normes de classement et des normes d’audit mystère, la validation du guide d’interprétation des normes de classement, le transfert de savoir-faire et formation et enfin la communication.

Il convient de signaler que le travail en cour au Congo vise à l’élaborer un système de classement spécifiquement congolais, avec des critères à 100% alignés aux standards internationaux, a-t-on appris. Un corps d’auditeurs devrait par ailleurs être mis en place pour la réalisation des opérations de classification.

Photo : La ministre du tourisme et de l’environnement ( Au centre) pendant la conférence de presse (Crédit Groupe Congo Médias).




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *