Société

HCR : LE BUREAU DE LA REPUBLIQUE DU CONGO SE FELICITE DE SON BILAN 2018

Cyr Modeste KOUAME, Représentant du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés au Congo a saisi le vendredi 25 janvier 2018 l’occasion d’une présentation des missions du HCR à un parterre de journalistes à Brazzaville, pour exprimer, sans être triomphaliste, disait-il, son satisfecit pour le bilan de son agence  de l’année 2018.

Au cours de l’année 2018, le HCR avait entre autres missions de rapatrier 2500 réfugiés dans leur pays d’origine. Les performances ont dépassé le cap fixé car 3500 réfugiés ont finalement été rapatriés. Un élément que le représentant qui du reste a salué le travail de fourmi abattu par ses équipes, a bien voulu mettre en lumière pour positiver le bilan. Autres actions menées, la formation de plusieurs ONG sur l’apatridie, l’assistance à 70 mille personnes déplacées internes dans le département du Pool (au sud du Congo) grâce à un appui financier substantiel de la Chine de 3 millions de dollars.

Quel mandat pour le HCR dans le monde ?

Le Représentant du HCR ainsi que certains membres de son staff sont revenus largement, conformément à l’objectif de cet échange avec les journalistes, sur le mandat du HCR dans le monde. Un mandat qui consiste à assurer la protection internationale des réfugiés, des demandeurs d’asile. En plus d’assurer cette protection internationale, le HCR s’emploie à la recherche des solutions durables. La protection internationale a été présentée  comme « une exception à la protection nationale » . Elle est recherchée lorsque le pays d’origine du réfugié n’est plus en mesure d’assurer pour ses citoyens la protection nationale pour plusieurs raisons comme la guerre. La protection internationale qui, a-ton appris, ne l’est pas parce que assurée par les organismes internationaux. Elle est plutôt assurée par les Etats qui accueillent les réfugiés. Les ONG et les organismes internationaux comme le HCR n’intervenant qu’après.

Il convient de noter le HCR a pour bases juridiques de fonctionnement la Convention de Genève de 1951 relative au statut de réfugié, et la Convention de l’Union Africaine                     (anciennement OUA). La Convention de Genève de 1951 est clair sur la démarche de demande du statut de réfugié qui obéit à des critères. En effet, la personne doit avoir « une crainte fondée de persécution qui est fondée sur un des motifs prévus par la Convention à savoir la religion, la nationalité, la politique, l’appartenance à un groupe social », a indiqué une responsable du HCR Congo.

A coté de la protection internationale, le HCR assure la recherche des solutions durables pour les réfugiés. Ces solutions peuvent être le rapatriement du réfugié dans son pays d’origine (qui est toujours volontaire), l’appui à l’intégration locale qui oblige le réfugié candidat à se conformer aux lois et règlements du pays d’accueil, l’appui à l’investissement pour les personnes vulnérables au travers des activités comme l’agriculture, la pêche et le commerce. Le HCR propose aussi la réinstallation qui est une démarche consistant à faire le transfert du statut de réfugié d’un pays A vers un pays B. 

Concilier humanitaire et développement

Dans le cadre de la reforme des Nations Unies, la réflexion se penche sur l’établissement d’un lien entre l’humanitaire et le développement. Cyr Modeste KOUAME  a donné quelques éclairages à ce sujet : « …on a vu que l’humanitaire seule ne peut pas suffire. Pour répondre à tous les problèmes on pense qu’il faut faire le lien entre humanitaire et développement ( …) c’est pourquoi nous intégrons beaucoup d’agence de développement telle que la Banque mondiale, beaucoup d’institutions financières afin de pouvoir assister tout le monde ».

Signalons que dans le monde, 65 millions de personnes  sont en situation de déplacement depuis 2015. Et la République du Congo héberge sur son sol des réfugiés de trois pays : la République Démocratique du Congo, la République Centrafricaine et le Rwanda.

Photo 1 : Le Représentant du HCR au Congo s’exprimant devant les journalistes

Photo 2 : Une vue des journalistes

(Crédit Groupe Congo Médias)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top