Gabon

GABON/FRONT SOCIAL : LES GREVISTES DES EAUX ET FORETS SEQUESTRENT LE DIRECTEUR DE CABINET DU MINISTRE

Libreville, 28 juillet 2021 VTC – Les agents du ministère des eaux et forêts qui ont reconduit leur grève le 17 février 2021, suite au non-paiement des primes, dont celle sectorielle, ont le mardi 24 juillet 2021 séquestré le directeur de cabinet Ludovic NKOK BANAK accusé d’avoir confisqué leurs bons de caisse.

Article rédigé par  Jonas MOUKALA du site www.vatricof.com, notre média partenaire au Gabon

Atmosphère très tendue au ministère des eaux et forêts où le directeur de cabinet a été empêché de sortir de son bureau investi par les grévistes et contraint d’y passer toute une journée. Ces derniers reprochent à Ludovic NKOK BANAK le fait d’avoir confisqué les bons de caisse, les empêchant ainsi d’entrer en possession des salaires du mois juillet.

Ayant repris la grève, en février dernier, revendiquant entre autres, le retour de la prime sectorielle suspendue depuis 2014, ces agents estimés à près de 300, ont été mis sous bons de caisse par la tutelle à cause de leur intransigeance. Ce qu’ils ont d’ailleurs dénoncé lors d’une conférence de presse.

«Nous condamnons avec la dernière énergie la mise sous bons de caisse illégale des salaires des agents en grève, au moyen d’une procédure viciée conduite par le directeur de cabinet après avis du conseiller juridique dont l’expertise académique contraste avec l’interprétation stalinienne et sélective d’ailleurs des dispositions du statut général de la fonction publique en ses articles 71 et 78.», a déclaré Maurice MVE AKUE, secrétaire général du SYNAPEF, syndicat national des personnels des eaux et forêts.

Les grévistes justifient le durcissement de leur mouvement par le non-respect du protocole d’accord par le ministre de tutelle, le professeur Lee WHITE qui, pourtant, se serait engagé de payer ladite prime.

Tout récemment, les deux syndicats et la tutelle ont à nouveau tenté de renouer le fil du dialogue. Sans succès. Le ministre Lee WHITE ayant purement et simplement claqué la porte, suite au jusqu’au boutisme des partenaires sociaux. Devant ce qu’ils qualifient d’impasse,, ces derniers en appellent à l’intervention du chef de l’Etat.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top
Translate »