CHINE

« FORUM SUR LE DEVELOPPEMENT CHINE-EUROPE »

CGTN Français a récemment organisé avec succès un forum télévisé intitulé « Forum sur le développement Chine-Europe » et centré sur le thème « Promouvoir la modernisation chinoise et discuter du développement vert Chine-Europe ». Lors de ce forum en ligne, des responsables gouvernementaux, des entrepreneurs, des représentants d’organisations, des experts et universitaires de Chine, France, Belgique et Espagne ont échangé sur des sujets tels que « La modernisation chinoise et les opportunités pour les entreprises chinoises et européennes » et « L’ouverture et le développement durable et de haute qualité ».

Source : CGTN Français

Les invités ont généralement estimé que la poursuite d’un développement de haute qualité et d’une ouverture de haut niveau évoquée lors du 20e Congrès national du Parti communiste chinois offrira à la coopération verte Chine-UE un large espace de développement et que la promotion de la modernisation chinoise apportera de nouvelles opportunités à la Chine, à l’Europe et au monde.

Peng Gang, le ministre responsable de l’économie et du commerce de la mission de la Chine auprès de l’UE a déclaré :

« Comme l’a souligné le 20e Congrès national du Parti communiste chinois, la Chine va entreprendre le nouveau voyage de la construction d’un grand pays socialiste moderne et réalisera le grand renouveau de la nation chinoise à travers la voie chinoise vers la modernisation. La Chine est déterminée à faire progresser encore davantage l’ouverture de haut niveau, à rester sur la bonne voie de la mondialisation économique, à promouvoir une économie mondiale ouverte et à élargir les intérêts convergents avec d’autres pays. 

« Au-delà du continent eurasien, la coopération Chine-UE envoie également le signal positif du maintien de la mondialisation économique et de la promotion de la coopération gagnant-gagnant dans le monde. Notre coopération sert non seulement les intérêts de la Chine et de l’UE, mais apporte également la confiance indispensable à la reprise économique mondiale. »

Emmanuel Monod, vice-président de l’UCMT Shanghai et professeur à l’Université de commerce international et d’économie de Shanghai a souligné : « Si l’on considère les déclarations du président Xi Jinping lors du Congrès du Parti communiste, l’une des priorités absolues c’est la science et la technologie. Cette notion apparaît trois fois et la définition de la modernisation est liée non seulement à l’industrialisation mais aussi à l’informatisation. »

Au sujet de ce que l’Europe pourrait apprendre de la Chine, il a déclaré que « l’Europe ferait bien d’apprendre l’innovation technologique » car « la Chine devient le leader mondial de l’intelligence artificielle, du commerce électronique aussi. Sans aucune mesure comparable, la Chine est bien en avance par rapport au reste du monde ».

Le vice-président de NIO Europe a souligné : « Il y a trois types d’impact. Le premier concerne les consommateurs. Une fois que nous avons ouvert notre économie, nous avons davantage de produits compétitifs à travers le monde et pas seulement sur le marché chinois. Prenons l’exemple des énergies nouvelles dans l’industrie automobile. Le marché chinois est actuellement le plus compétitif. Tout le monde est en concurrence pour le marché chinois. Et la concurrence ramène des produits innovants à un bien meilleur prix pour les consommateurs. Deuxièmement, pour notre industrie, l’ouverture et le développement de haute qualité vont stimuler les entreprises avec des investissements supplémentaires dans les deux marchés parce que les gens se sentiront encouragés à prendre cet engagement. Enfin, troisièmement, l’ouverture et la transformation aideront la Chine à passer de l’industrie automobile de volume des trois dernières décennies à une industrie de qualité dans la prochaine décennie. »

Le président de la Chambre de Commerce belgo-chinoise Bernard Dewit a déclaré : « La Chine est le premier importateur en Europe et l’Europe est le second importateur en Chine. Depuis quelques années et particulièrement ces dix dernières années nous voyons arriver davantage d’entreprises chinoises en Europe. »

Il a également indiqué : « Plutôt que de voir la Chine comme le concurrent, comme on l’appelle parfois, le rival systémique, voyons aussi la Chine comme un partenaire important. La Chine a fait des progrès extraordinaires dans notamment les nouvelles technologies, dans la lutte contre le réchauffement climatique, dans tout ce qu’on appelle l’économie verte. Je crois que là il y a des points importants de partenariats entre entreprises européennes et entreprises chinoises. »

Zhai Yongping, conseiller principal en stratégie neutralité carbone pour Tencent et ancien chef du département de l’énergie de la Banque asiatique de développement, a précisé que « l’Europe se fixe l’objectif de réduire de 55% ses émissions de carbone en 2030 » et que « la modernisation à la chinoise est aussi d’assurer l’harmonie entre l’homme et la nature ». Selon lui, « la coopération en matière d’économie verte est devenue un nouveau moteur de la coopération économique et commerciale entre la Chine et l’Europe ». Il a notamment évoqué la publication d’un « catalogue sur la classification commune des technologies pour l’atténuation du changement climatique », un « projet sino-européen pour le captage et le stockage du carbone » et un « projet pilote » de Tencent en Chine utilisant cette technologie.

Fabrice Fourcade, vice-président d’EDF et président d’EDF Chine, a déclaré : « Le partenariat vert entre l’Europe et la Chine est un partenariat de long terme qui remonte à loin dans le temps et notamment aux Accords de Paris en 2015 avec l’engagement de nos pays de lutter contre le changement climatique et pour la réduction des émissions de gaz carbonique. »

Il a également évoqué certains succès obtenus avec des partenaires chinois : « Dans le domaine nucléaire en 2018 et puis en 2019 avec CGN, EDF a mis en service le réacteur 1 puis ensuite le réacteur 2 de technologie detroisième génération EPR, technologie française, dans la province du Guangdong à Taishan. Avec le même partenaire, avec CGN, nous construisons deux réacteurs de même technologie de troisième génération au Royaume-Uni à Hinkley point. »

Ignacio Herrero Ruiz, PDG de China Three Gorges Europe a souligné : « La coopération énergétique bilatérale va avoir des répercussions positives à différents niveaux. Premièrement : la stimulation de la transition énergétique verte mondiale. Deuxièmement : le développement des secteurs industriels chinois et européens. Troisièmement : sécuriser l’approvisionnement énergétique domestique et la croissance économique. Et quatrièmement, cela va apporter aux citoyens et aux collectivités en Chine et en Europe les bénéfices de la transition énergétique. »

Ding Yifan, chercheur principal à l’Institut Taihe, a expliqué ce qu’est la modernisation chinoise. Il a estimé qu’aujourd’hui « l’américanisation ne signifie plus modernisation ». Selon lui, « le modèle américain n’est plus le modèle à suivre parce que visiblement la société américaine est en déclin ». Il a indiqué que « la Chine met en avant un autre modèle de modernisation », que celui-ci« sera à la chinoise, ne suivra pas le modèle américain et ne sera pas l’équivalent d’une américanisation ». Enfin, il a souligné que la modernisation chinoise « concerne non seulement les forces productrices, très importantes en Chine, mais aussi les bases du progrès économique et social que sont les innovations technologiques et scientifiques ».

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top
Translate »