CHINE

DISCOURS DU PRESIDENT CHINOIS XI JINPING AU DIALOGUE DES DIRIGEANTS CHINOIS ET AFRICAINS

Insertion de l’ambassade de Chine au Congo

Avancer main dans la main vers une communauté de développement partagé

Monsieur le Président Matamela Cyril Ramaphosa,
Messieurs les Chefs d’État,
Chers Collègues,

C’est un grand plaisir pour moi de présider avec le Président Ramaphosa le Dialogue des dirigeants chinois et africains. Je suis très heureux de revoir face à face mes amis africains cinq ans après pour procéder à des échanges sur l’amitié et la coopération sino-africaines. Je vous remercie d’être venus au dialogue et je voudrais adresser mes salutations cordiales aux dirigeants africains qui ne sont pas présents aujourd’hui.

L’Afrique est une terre d’espoir au 21e siècle. C’est la dixième fois que j’ai mis les pieds sur le sol africain, et chaque déplacement me permet de voir les nouveaux progrès et changements sur le continent. Cette année marque le 60e anniversaire de la fondation de l’Organisation de l’Unité Africaine. À cette occasion, je tiens à exprimer mes sincères félicitations à vous tous et aux peuples africains.

Durant les 60 ans écoulés, guidés par le drapeau du panafricanisme, les pays africains ont avancé à grandes enjambées vers une Afrique indépendante, unie, forte et intégrée, en démontrant la force de l’Afrique dans la lutte pour préserver le multilatéralisme et défendre les intérêts communs des pays en développement. L’Agenda 2063 de l’Union Africaine (UA) progresse solidement, la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) est officiellement lancée et la coordination entre les organisations sous-régionales continue de se renforcer. L’Afrique devient un pôle important doté d’une influence mondiale. 

Lors de mon premier déplacement à l’étranger en ma qualité de Président chinois en 2013, je suis venu en Afrique et j’ai avancé le principe de sincérité, de résultats effectifs, d’amitié et de bonne foi pour les relations sino-africaines. Au cours des dix dernières années, nous avons œuvré à la lumière de ce principe avec nos amis africains pour puiser la force dans l’esprit d’amitié et de coopération Chine-Afrique, avancer résolument sur la voie de la solidarité et de la coopération, défendre fermement la justice malgré les aléas internationaux et nous entraider face aux impacts de la COVID-19. Ainsi avons-nous porté les relations sino-africaines à de nouvelles hauteurs et dans la nouvelle phase de la construction conjointe d’une communauté d’avenir partagé Chine-Afrique de haut niveau.

Chers Collègues,

La Chine avance aujourd’hui vers la réalisation de l’objectif du deuxième centenaire, à savoir faire de la Chine un grand pays socialiste moderne dans tous les domaines qui soit prospère, puissant, démocratique, hautement civilisé, harmonieux et beau d’ici le centenaire de la fondation de la Chine nouvelle et promouvoir sur tous les plans le grand renouveau de la nation chinoise par la modernisation à la chinoise. L’Afrique, quant à elle, avance de manière accélérée vers les belles perspectives dessinées dans l’Agenda 2063 de l’UA et déploie tous ses efforts en vue d’une nouvelle Afrique pacifique, unie, prospère et forte. La Chine et l’Afrique doivent unir leurs efforts pour créer un environnement favorable à la réalisation des visions de développement de l’une et de l’autre.

— Favoriser ensemble un ordre international juste et équitable. Nous devons faire valoir l’esprit de solidarité, porter le véritable multilatéralisme, rejeter sans équivoque les vestiges du colonialisme et toutes sortes d’actes hégémoniques, nous soutenir fermement dans les efforts pour préserver les intérêts vitaux de part et d’autre, défendre résolument les revendications justes des pays en développement et faire évoluer l’ordre international dans un sens plus juste et plus équitable.

— Préserver ensemble un environnement mondial de paix et de sécurité. L’Afrique œuvre sans relâche à l’objectif de « faire taire les armes ». Nous sommes prêts à travailler avec l’Afrique pour traduire en actes la nouvelle vision de sécurité commune, intégrée, coopérative et durable, préconiser la résolution de divergences et de conflits par le dialogue et la coopération, et favoriser le règlement politique des points chauds régionaux et internationaux, de sorte à préserver la paix et la stabilité dans le monde. Nous devons veiller à la coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature et sauvegarder la sécurité écologique mondiale.

— Bâtir ensemble une économie mondiale ouverte et inclusive. Nous devons briser les barrières et non ériger des murs, rechercher l’ouverture et non la fermeture. Nous devons poursuivre d’amples consultations et apporter une contribution conjointe en vue de bénéfices partagés et nous opposer à ce que le gagnant prenne tout, de sorte à bâtir une économie mondiale ouverte où les pays en développement seront mieux intégrés à la division mondiale du travail et bénéficieront tous des acquis de la mondialisation économique. Nous devons transcender le clivage civilisationnel par les échanges et promouvoir l’inclusion et l’inspiration mutuelle entre les civilisations, en vue d’apporter une nouvelle contribution au progrès de l’humanité.

Chers Collègues,

Il y a de multiples voies qui mènent à la modernisation. Les peuples africains sont les mieux placés pour dire quelle voie de développement est la plus adaptée à l’Afrique. La promotion de l’intégration est la voie de modernisation librement choisie par les pays et les peuples africains. La Chine a toujours fermement soutenu le continent et souhaite l’accompagner sur la voie vers sa modernisation. Depuis des années, la Chine a aidé l’Afrique à construire de nombreuses infrastructures d’interconnexion et développé de larges coopérations avec l’UA et les organisations sous-régionales, avec la construction des projets panafricains emblématiques comme le Centre de Conférence de l’UA et le siège du CDC africain.

À l’avenir, la Chine travaillera avec l’Afrique au renforcement de l’articulation de leurs stratégies de développement. La Chine, s’appuyant sur la coopération dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route » et le Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) et en synergie avec l’Agenda 2063 de l’UA, renforcera le dialogue et la communication avec l’Afrique aux différents échelons et soutiendra les institutions d’intégration africaines comme le Secrétariat de la ZLECAf, le système de paiement et de règlement panafricain et l’Union africaine de Radiodiffusion dans l’établissement de mécanismes de coopération avec la Chine.

La Chine continuera de soutenir les efforts de l’Afrique visant à parler d’une seule voix dans les affaires internationales et à rehausser sa place internationale. La Chine travaillera activement au Sommet du G20 du mois prochain à ce que l’UA devienne membre à part entière du G20. Elle soutient l’adoption de dispositions spéciales permettant de répondre en priorité aux aspirations de l’Afrique sur la question de la réforme du Conseil de Sécurité des Nations Unies, et appelle les institutions financières multilatérales à renforcer le droit à la parole des pays africains.

En vue de bien planifier la coopération pragmatique sino-africaine de la prochaine étape et de contribuer à l’accélération de l’intégration et de la modernisation de l’Afrique, je voudrais avancer les trois propositions suivantes :

— La Chine lancera l’Initiative pour le soutien à l’industrialisation de l’Afrique. Elle mobilisera des ressources de sa coopération avec l’Afrique et l’initiative des entreprises chinoises pour soutenir le développement du secteur manufacturier et la réalisation de l’industrialisation et de la diversification économique du continent. Elle travaillera également, dans la mise en œuvre des « neuf programmes » du FCSA, à orienter les ressources en matière d’aides, d’investissement et de financement vers les projets d’industrialisation.

— La Chine lancera le Programme d’assistance à la modernisation de l’agriculture de l’Afrique. Elle accompagnera l’Afrique dans l’extension de ses cultures céréalières, encouragera les entreprises chinoises à accroître leurs investissements dans l’agriculture en Afrique et renforcera la coopération sur les technologies agricoles, dont celles liées aux semences, en vue de contribuer à la transformation et à la montée en gamme de l’agriculture en Afrique. Nous organiserons le deuxième Forum sino-africain sur la coopération agricole en novembre prochain à Hainan.

Pour accompagner l’Afrique dans la réponse à la crise alimentaire actuelle, la Chine fournira des aides alimentaires d’urgence supplémentaires aux pays africains qui en ont besoin. Ce qui est encore plus important, c’est que la Chine est convaincue que l’Afrique, à travers ses propres efforts, parviendra certainement à l’autosuffisance alimentaire.

— La Chine lancera le Plan de coopération sino-africaine pour le développement des talents. Elle envisage de former chaque année pour l’Afrique 500 directeurs et enseignants performants des écoles professionnelles, ainsi que 10 000 talents qui maîtrisent la langue chinoise et les compétences professionnelles. La Chine entend inviter 20 000 officiels gouvernementaux et professionnels techniques des pays africains à des séminaires ou forums. Pour soutenir le renforcement des capacités africaines en matière de sciences, d’éducation et d’innovation, la Chine mettra en œuvre le Programme de coopération entre 100 établissements d’enseignement supérieur chinois et africains et lancera 10 projets pilotes entre les instituts de recherche chinois et africains partenaires.

Chers Collègues,

Dans le monde d’aujourd’hui de changements et d’instabilités, les transformations jamais connues depuis un siècle s’accélèrent. Nous faisons face aux problèmes de notre époque : régler le déficit de développement, répondre au dilemme de sécurité et renforcer l’inspiration mutuelle entre civilisations. Pour y répondre, j’ai avancé l’Initiative pour le développement mondial, l’Initiative pour la sécurité mondiale et l’Initiative pour la civilisation mondiale, appelé à promouvoir la paix, le développement, la coopération et le bénéfice mutuel, et œuvré à la construction de la communauté d’avenir partagé pour l’humanité. Ces propositions ont reçu un large soutien des pays africains. Par des efforts conjoints dans la recherche de la modernisation, la Chine et l’Afrique répondent aux questions que pose l’Histoire et œuvrent à la cause grandiose de la coopération gagnant-gagnant, de la coexistence harmonieuse et de la prospérité commune des civilisations.

En 2024, nous organiserons en Chine la prochaine conférence du FCSA, qui sera une nouvelle occasion pour la Chine et l’Afrique de se réunir et d’envisager le développement futur. Nous attendons tous beaucoup de ce rendez-vous important. Je suis convaincu que la Chine et l’Afrique feront rayonner davantage leur amitié traditionnelle, approfondiront leur solidarité et coopération, et favoriseront un développement vigoureux de leur coopération dans différents domaines. L’engagement commun de la Chine et de l’Afrique à promouvoir la modernisation permettra certainement de créer un avenir plus radieux pour les peuples chinois et africains et de donner l’exemple dans la construction de la communauté d’avenir partagé pour l’humanité.

Je vous remercie.


Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire


To Top
Translate »