Criminalité faunique: arrestation d’une personne avec deux peaux de panthère à Impfondo

430

Le jeudi 29 juin 2017, un présumé trafiquant âgé d’une trentaine d’année a été arrêté en flagrant délit pour détention et tentative de commercialisation illégale de deux peaux de panthère à Impfondo chef-lieu du Département de la Likouala. A l’issue de cette arrestation, une perquisition a été menée ayant permis la saisie d’une arme. L’enquête se poursuit dans le but de mettre la main sur les complices. L’individu interpellé a reconnu les faits qui lui sont reprochés à savoir : la détention, la circulation et la commercialisation des trophées d’espèces animales intégralement protégées. De nationalité congolaise, il serait habitué à faire le commerce illégal des produits de la faune dans le Département de la Likouala.

Cette arrestation est le fruit d’une collaboration  entre la Direction Départementale du Ministère de l’Economie Forestière et la Gendarmerie Nationale grâce à l’information et l’appui du PALF (Projet  d’Appui à l’Application de la Loi sur la Faune Sauvage). Cette opération traduit une fois de plus, la volonté du Congo à protéger ses ressources naturelles. Ce délinquant faunique devra répondre de ses actes devant la Justice. Ce genre de massacre d’espèces animales fragiles et cela pour le profit de plusieurs citoyens véreux et corrompus, est fréquent en République du Congo. Il revient donc à la justice de réprimer strictement ces actes, afin d’alerter des conséquences irrespectueuses de ce genre de trafic.

En effet la panthère est menacée de disparition et est protégée par le code faunique de la République du Congo.L’article 113 du code faunique Congolais stipule : « quiconque aura abattu, importé, exporté ou fait transiter sur le territoire national, les espèces protégées et/ou leurs trophées, est passible d’une peine pouvant atteindre cinq (5) ans d’emprisonnement ferme ainsi qu’une amende allant jusqu’à 5 millions de FCFA ». L’article 27  de la loi 37/2008, du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires protégées est aussi strict :   «  l’importation ; l’exportation ; la détention et le transit sur le territoire national des espèces intégralement protégées ; ainsi que de leurs trophées  sont strictement interdits ; sauf dérogation spéciale de l’administration  des eaux et forêts ; pour les besoins de la recherche scientifique ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *