COVID-19 : LE CONGO ATTEINT LA BARRE DE DEUX CENT PERSONNES INFECTEES - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Santé

COVID-19 : LE CONGO ATTEINT LA BARRE DE DEUX CENT PERSONNES INFECTEES

Le nombre de personnes atteintes de la pandémie du covid-19 au vendredi 24  avril 2020 est passé à deux cent(200) cas confirmés positifs sur le territoire national. En l’intervalle de 5 jours, le Congo vient d’enregistrer 40 nouveaux cas confirmés pour seulement 3 nouveaux guéris. L’annonce a été faite le vendredi 24 avril à Brazzaville  au cours d’une conférence de presse animée par la Ministre en charge de la santé.

Dans l’intervalle du 20 au 24 avril  40 nouveaux cas testés positifs au Covid-19 et 3 nouveaux guéris ont été enregistrés dans le pays. Ce bilan cumulé des 5 récents jours concerne les 5 cas enregistrés le 21 avril, les 21 cas du 22 avril  ainsi que les 14  nouveaux cas confirmés du vendredi 24 avril. Une vitesse de propagation qui fait passer le bilan global cumulé à  200 cas testés positifs, 19 guéris et 6 décès enregistrés au Congo.

Le rythme actuel des choses laisse craindre une situation critique dans les jours à venir au regard de ce qui se passe sur le terrain. Si les 26 nouveaux cas enregistrés dans la période allant du 20 au 22 avril l’ont tous été uniquement à  Brazzaville, aucune précision n’a été donnée sur la répartition des 14 nouveaux cas confirmés du 24 avril. Il convient de dire que Brazzaville qui au 19 avril comptait déjà plus d’une centaine des cas de Covid-19 a vu ses chiffres augmenter et doit à ce jour se maintenir à sa triste première place au classement par département.

Pour mieux contenir la propagation du Covid-19, Jacqueline Lydia MIKOLO, Ministre en charge de la santé  a indiqué que l’option du dépistage systématique était en étude.

Des insuffisances à relever …

La montée inquiétante de la chaine de contamination du Coronavirus au Congo s’explique, entre autres,  par la non-observance des mesures barrières et celles édictées par les autorités, l’absence d’une communication dite de masse ainsi que la non traductions dans les faits des mesures d’accompagnement annoncées pour aider les populations à traverser cette période difficile.

La ministre lors de sa communication

 

Si peu de prospectus renseignant sur le Covid-19 sont produits, distribués et affichés dans le pays, les mégaphones   devant servir à informer les populations sur la dangerosité  de cette maladie ne raisonnent quasiment pas dans les quartiers. Le constat fait sur le terrain est amère. Les crieurs qui devraient être mis à contribution pour relayer des messages spécifiques sur le Coronavirus ne passent pas dans la plupart des quartiers.  A Brazzaville où certains quartiers avaient reçu des mégaphones pour mener une communication de proximité rien ne semble se faire. L’initiative qui sera profitable aux populations pour lesquelles l’accès à l’information par le biais des médias est rendu difficile devrait bénéficier d’une attention particulière des responsables en charge de la communication au sein du comité de riposte contre la pandémie.

Des populations plus préoccupées par le manger que la crainte du Coronavirus

Les affluences des populations de Brazzaville dans les rues et marchés domaniaux rendent  difficile le combat contre le Covid-19 ainsi que les résultats attendus à l’issue du confinement. Ces déplacements motivés en leur majorité par l’extrême envie des populations de se procurer de quoi nourrir sa petite famille  pendant les jours où les marchés sont fermés conduit beaucoup d’entre elle à adopter des comportements déplorables.

Si certains se sont convertis en vendeurs des produits jugés essentiels, d’autres par contre ont choisi de se transformés en conducteur de Moto Kavaki à bord desquelles ils embarquent plus  6 personnes collées les unes autres sans se soucier des risques que cela peut avoir. Ces pratiques qui foulent aux pieds les mesures barrières représentent un grand danger quant aux risques de propagation de la maladie.  Face à cette situation, les autorités devraient prendre les mesure pour limiter tant soit peu ces risques.

En sus de cela, il serait souhaitable que les autorités accélèrent les mécanismes de mis en œuvre des mesures d’accompagnement annoncées dont la traduction dans les faits est très attendue par les congolais qui vivent un calvaire depuis l’entrée en vigueur de l’état d’urgence sanitaire couplé au couvre-feu.

Photo 1 : Les populations de se vautrant dans un bus

Photo 2 : La Ministre de la santé lors d’une communication

Contacts de notre rédaction : gcm.redaction16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : 00242 06629 92 35

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top