CONGO/SOCIETE : DOIT-ON OFFICIALISER LES TAXI-MOTOS OU MAINTENIR LEUR INTERDICTION ? - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Société

CONGO/SOCIETE : DOIT-ON OFFICIALISER LES TAXI-MOTOS OU MAINTENIR LEUR INTERDICTION ?

Ayant connu un fort succès pendant la période de confinement à cause de la suspension des transports en commun privé (bus, mini bus, taxi…), le transport en motocyclette continue à gagner du terrain dans certaines zones de Brazzaville. Les embouteillages abondants et  les enclavements dus à la dégradation et à l’insuffisance de routes font partie des causes  de la résurgence  des taxi-motos. Bien que ce mode de transport facilite  les déplacements des populations dans certains quartiers de la ville, il s’avère être tout de même dangereux en raison du fait que l’exploitation commerciale des motocyclettes pour le transport des passagers est prohibée par  un arrêté du ministère de l’intérieur. 

Article écrit avec Francis MOUSSA, journaliste stagiaire

Ces taxi-motos exercent sans être inquiétés par les forces de l’ordre. On peut les trouver   stationnés proches des arrêts de bus, des marchés  voire dans des  parkings  spéciaux  de  certaines zones des  quartiers nord de Brazzaville comme au rond-point  Mikalou, au  lycée  Thomas SANKARA, à Kombo, à  Jacques Opangault et à bien d’autres endroits.  Ce mode de déplacement est favorablement perçu par nombreux  en raison du fait, pensent-ils, qu’il fait   gagner du temps en cas   d’embouteillages, et  qu’il constitue une solution pour les zones enclavées, non desservies par les transporteurs conventionnels.

Cependant,  le transport en motocyclette, au-delà des avantages fournis aux populations,  peut se révéler pernicieux  pour ces dernières, car la loi réglementant les transports en commun ne reconnait pas ce type de transport bien qu’étant déjà présent et  actif.

Ce qui est à craindre avec certains conducteurs de taxi-motos

Hormis l’absence d’encadrement juridique  pour cette catégorie de transport, des dangers sont  signalés  pour  les usagers de celle-ci. En effet, certains  conducteurs de motocyclette  souvent sans permis de conduire,  dépourvus de fait de connaissances  du code de la route, sont exposés aux risques d’accidents de circulation. À cela on peut  ajouter d’autres formes de dangers se traduisant par des vols, des viols et des kidnappings  dont peuvent être  victimes les usagers, car  certains de ces  conducteurs se transformeraient en bourreau de leurs clients dans les quartiers enclavés non éclairés.

Entre interdiction des taxi-motos et pratique croissante, que faire ?

Au regard de la pratique quotidiennement exponentielle des taxi-motos, plusieurs interrogations font surface. Faut-il  mettre rigoureusement en application l’arrêté interdisant ce mode de transport en république du Congo avec pour conséquence la disparition du phénomène ? Doit-on reconsidérer cette décision en règlementant  ce  secteur  avec dans la foulée la formalisation des emplois qu’il crée  comme c’est le cas dans certains pays de l’Afrique de l’ouest    ? Les autorités ont là de  délicates  questions sur  lesquelles  elles sont appelées à se prononcer.

Photo : Les conducteurs de taxi-motos

(Crédit Groupe Congo Médias )

Contacts de notre rédaction : gcm.redaction16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : 00242 06629 92 3

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top