CONGO/SENAT : UNE SESSION BUDGETAIRE SOUS LE SIGNE DE L'ACCENTUATION DU CONTROLE DE L'EXECUTIF - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Politique

CONGO/SENAT : UNE SESSION BUDGETAIRE SOUS LE SIGNE DE L’ACCENTUATION DU CONTROLE DE L’EXECUTIF

La  septième session ordinaire budgétaire de la troisième législature du Sénat a été ouverte le mardi 15 Octobre 2019 au Palais  des Congrès à Brazzaville par Pierre NGOLO, le Président de cette institution.  L’examen et le vote du budget 2020 du pays est le principale dossier à l’ordre du jour de cette session qui va tout de même se pencher sur vingt-deux autres affaires.

Article rédigé avec Francis MOUSSA, journaliste stagiaire

Cette septième session  budgétaire se tient après deux moisde congés parlementaires, surtout après la conclusion d’un accord entre le Congo et le Fonds monétaire international. Ce qui a conduit le Président du Sénat à donner une dimension singulière à celle-ci : « La singularité dont il s’agit tient à ce qu’il nous faut dans le traitement de la Loi des finances 2020 veiller à rétablir les équilibres macroéconomiques rompus du fait de la crise économique et financière qui sévit dans notre pays ».

Autre mission  reconnu du Sénat, le contrôle de l’action du gouvernement. Dans ce cadre, le Président du Sénat a annoncé dans son discours d’ouverture que « des mesures prises en vue de systématiser et de renforcer le contrôle, nous entendons, à partir de cette session faire mouvoir les rapporteurs spéciaux qui, nous l’espérons, iront sur le terrain déterminés à bien rendre. Avec le déploiement de rapporteurs spéciaux et l’activation des différents moyens de contrôle, nous devons nous convaincre tous de ce que le suivi des politiques publiques est un élément essentielle de la noblesse à redonner à notre institution ».

Ces  rapporteurs spéciaux ont un rôle  déterminant à jouer reconnait le Sénat, dans un contexte de crise économique qui sévit dans le pays, car ils devraient contribuer à  trouver  des solutions et des voies sûres de sortie de cette situation. Il est donc question pour la chambre haute du Parlement congolais, conformément à  ses missions institutionnelles de traitement de la loi des finances « de concilier l’exigence du soulagement du peuple et le respect scrupuleux des engagements  pris vis-à-vis  des partenaires », a renchéri Pierre NGOLO.

Par ailleurs Pierre  NGOLO, s’est dit conscient de la tâche qui incombe au Sénat en ce qui concerne notamment les lois à voter :  «  Autant le contexte nous impose un surcroit d’effort pour des délibérations opportunes, autant il  nous contraint au renforcement du contrôle afin de nous assurer de la bonne exécution des lois que nous votons et de contribuer à la promotion de la bonne gouvernance, au raffermissement de la lutte contre les antivaleurs »

Il est à noter que les travaux relatifs à cette session se dérouleront du jusqu’au 23  décembre 2019.

Photo: Les Sénateurs, photo d’archives ( Crédit Groupe Congo Médias)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top