CONGO/ENTREPRENEURIAT : PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DES FEMMES AUX FINANCEMENTS - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Société

CONGO/ENTREPRENEURIAT : PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DES FEMMES AUX FINANCEMENTS

Le ministère de la sante, de la population, de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement, a organisé à Brazzaville le 14 octobre 2019, un atelier de réflexion sur l’accès aux sources de financement pour le développement de l’entrepreneuriat féminin et l’autonomisation des femmes. Au terme de cet atelier plusieurs recommandations ont été formulées à l’endroit du gouvernement. Parmi elles, la mise  en place un programme sur l’autonomisation des femmes  et la mise en place  d’un fonds de garantie pour soutenir les femmes entrepreneures.

 Article rédigé avec Blandina BECKOKA, journaliste stagiaire

 La problématique de l’accès aux financements pour les femmes entrepreneurs constitue une préoccupation majeure pour les gouvernants et les partenaires techniques  et financiers comme le Programme des Nations Unies pour le Développement  dont le  plaidoyer  a conduit à l’élaboration de la  nouvelle politique nationale Genre prenant en compte l’autonomisation de la femme  basée sur l’entrepreneuriat féminin. Ce problème reste crucial ,  a dit la Représentante résidente adjointe du PNUD au Congo , Emma NGOUAN ANOH : « … il est maintenant admis, et cela attesté  par plusieurs études que dans le secteur de l’agriculture, du commerce et des petites et moyennes entreprises, les femmes ont moins accès aux crédits que les hommes pour investir dans l’entreprise, ce qui fait qu’elles doivent faire appel à des prêts informels et moins favorables ».

Le rapport sur le développement humain en Afrique consacré à la lutte contre les inégalités de genre et l’autonomisation des femmes indique  que le taux d’accès aux systèmes financiers officiels varie en fonction du genre. La base de données Global FINDEX de la Banque Mondiale a établi à 22% le nombre des femmes ayant accès aux comptes bancaires contre 27% des hommes.

En vue d’améliorer l’accès aux financements par les femmes, le PNUD a mis en place un certain nombre de pistes et stratégies d’actions convergeant vers la  levée des obstacles règlementaires et l’adoption d’une règlementation propice au développement de produits financiers adaptés aux typologiques d’entreprises qui ont à leur tête des femmes. Aussi, une réflexion  sur les financements innovants de types crowdfunding est elle envisagée. Pour  Emma NGOUAN ANOH, « Il nous faut sortir des sentiers battus et c’est possible si nous mobilisons tous ici autant que nous sommes toutes nos énergies ».

Une batterie de recommandations

L’atelier a été sanctionné par plusieurs recommandations formulées à l’endroit du gouvernement et de la femme.  Au nombre de celles-ci, à l’endroit du gouvernement,  figurent l’incitation des femmes à disposer un compte en banque ; la création de structures d’encadrement ; la mise en place d’un fonds de garantie pour soutenir les femmes entrepreneures ; la mise en place une équipe-projet pour aider les femmes à la rédaction des projets bancables et au suivi des dossiers des projets. Quant aux recommandations à l’endroit de la femme, il y a entre autres  la prise de  conscience et le  changement  de comportement des femmes qui sont aussi appelées à sortir de l’informel, s’instruire, s’informer et se former et se regrouper en réseaux réseautage.

Photo : Des femmes lors de l’atelier ( Droits réservés)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top