CONGO/ÉDUCATION: LES ENSEIGNANTS VACATAIRES MENACENT DE BOYCOTTER L’ANNÉE SCOLAIRE Á VENIR - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Education

CONGO/ÉDUCATION: LES ENSEIGNANTS VACATAIRES MENACENT DE BOYCOTTER L’ANNÉE SCOLAIRE Á VENIR

Recrutés et affectés dans des écoles publiques comme vacataires, les enseignants volontaires en attente d’une intégration à la fonction publique ont organisé un Sit-in le jeudi 17 septembre 2020 à Brazzaville. La rencontre qui a rassemblé un important nombre des concernés devant le Ministère des finances visait à exprimer le mécontentement des enseignants diplômés des écoles professionnelles d’enseignement  qui réclament du gouvernement le paiement des six mois des prestations impayées ainsi que la publication des textes d’intégration bloqués au ministère des finances. Ils sont plus de 4 mille 160 concernés, dont l’apport permet aujourd’hui  de couvrir le déficit criard en personnel enseignant au Congo , qui « menacent de boycotter l’année scolaire 2020-2021 », souligne le site d’information de l’Agence congolaise d’information(ACI).

Un échantillon des enseignants volontaires se sont donné rendez-vous au ministère des finances pour revendiquer le paiement de six mois de bourses impayées. Le Sit-in  était une occasion pour la Coordination des diplômés des écoles professionnelles de l’enseignement (CDEPE) d’appeler le gouvernement de la République au respect du Protocole d’accord signé le 27 septembre 2018. Les enseignants vacataires réclament entre autres, aux pouvoirs publics la notification du quota 2020, la publication des textes d’intégration bloqués au ministère des Finances et le traitement dudit quota.

Des revendications légitimes qui, s’ils ne sont prises en compte par le gouvernement de la Républiques pourrait conduire ces derniers ne plus renouer avec l’enseignement : «Si ces revendications ne sont pas prises en compte, nous n’irons pas enseigner. », a déclaré Bruno Christian MADILA, Secrétaire général de la coordination.

Selon la version du Secrétaire de la coordination le protocole d’accord précise  que les 4.160 enseignants volontaires devraient recevoir une bourse de 50 à 75. 000 Fcfa par mois pour attendre les intégrations à la fonction publique, qui seront faites de façon progressive. «Chaque année, il devait avoir un quota d’intégration  à la fonction publique», a-t-il expliqué avant de s’interroger  «Comment pouvons-nous repartir enseigner sans être payés ?».

Les prestataires déplorent aussi la lenteur dans le traitement des dossiers de l’année 2019, qui selon le Secrétaire général de la coordination, consacrait un quota de 1.225 places, dont les dossiers sont encore en circuit d’approbation et égarés à la fonction publique : « En dehors de cela, il y a aussi le quota 2020, au sujet duquel le Chef  de l’Etat avait annoncé  2.000 places lors de son discours devant le Parlement réuni en congrès. A ce jour, rien n’est encore  fait », a déploré Bruno Christian MADILA.

A noter que ce protocole d’accord qui tâtonne dans sa mise en œuvre à  signé entre le gouvernement représenté par les ministres de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, des Finance et de du budget, de la Fonction publique  et la  Coordination. Cette coordination réunit les finalistes des diverses promotions de l’Ecole normale supérieure (ENS), de l’Ecole normale des instituteurs (ENI), de l’Ecole technique d’enseignement des femmes (CTEF) et de l’Ecole nationale des beaux-arts (ENBA) qui pour certains  attendent depuis près de 16 ans  l’intégration à fonction publique.

Photo : Les enseignants vacataires brondissant une banderole sur laquelle est inscrite la principales revendication

(Crédit photo ACI)

Contacts de notre rédaction : gcm.redaction16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : 00242 06629 92 35

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top