CONGO/ÉCONOMIE: LES COOPÉRATIVES AGRICOLES ET PME AGROINDUSTRIELLES SIGNENT LEURS CONVENTIONS DE FINANCEMENT DES PLANS D’AFFAIRES AVEC LE PDAC - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Economie

CONGO/ÉCONOMIE: LES COOPÉRATIVES AGRICOLES ET PME AGROINDUSTRIELLES SIGNENT LEURS CONVENTIONS DE FINANCEMENT DES PLANS D’AFFAIRES AVEC LE PDAC

Le Projet d’appui au développement de l’agriculture commerciale (PDAC) a entamé le vendredi 19 juin 2020 la phase  de signature des conventions de financement des plans d’affaires avec les groupes de producteurs et les micro, petites  et moyennes entreprises agroindustrielles bénéficiaires du fonds à cout partagé.  Placée sous le patronage de  Henri DJOMBO, Ministre d’état, ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, la cérémonie de signature tenue à Brazzaville a concerné un échantillon de plusieurs bénéficiaires de Brazzaville et les environs sur les sept cent quatre-vingt-deux (782) plans d’affaires sélectionnés par la commission d’évaluation du PDAC pour la mise en œuvre de leurs activités agropastorales et halieutiques.

La signature de ces conventions de financement entre le PDAC et les coopératives agricoles et les micros, petites et moyennes entreprises agroindustrielles constitue la plus importante étape dans le processus de la mise en œuvre effective des activités pour lesquelles lesdits plans d’affaires ont été sélectionnés par la commission d’évaluation du PDAC, projet œuvrant  pour le développement de l’agriculture commerciale en République du Congo et mis en  œuvre grâce à l’appui financier de la Banque Mondiale.

Sous la supervision du ministre en charge de l’agriculture, le Coordonnateur du PDAC, Isidore ONDOKI a signé à tour de rôle les documents de ces accords avec les responsables  des groupes de producteurs et des PME agroindustrielles bénéficiaires de cet appui du gouvernement. « Le ministre d’Etat, ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche a bien voulu patronné cette cérémonie pour nous ouvrir la voie pour qu’on signe avec l’ensemble des sept cent quatre-vingt-deux (782) bénéficiaires sélectionnés en mars dernier par la commission d’évaluation du PDAC. Il s’agit du début d’un processus qui va se poursuivre et vite s’achever. Ce que nous avons fait aujourd’hui est un échantillon représentatif des bénéficiaires de Brazzaville et de quelques districts environnant. Dans les jours qui suivent nous allons signer ces conventions avec d’autres personnes. Il s’agit d’un financement de l’Etat qui fait un total de douze (12) milliards de Francs CFA pour les activités agropastorales et halieutiques », a précisé le Coordonnateur du Projet.

Vue des Bénéficiaires lors de la cérémonie

Conformément à l’accord de financement qui fixe le financement maximum à cinquante millions (50.000.000) de FCFA pour les entreprises et à vingt millions (20.000.000) FCFA pour les groupes de producteurs, la commission d’évaluation du PDAC a sélectionné sept cent quatre-vingt-deux plans d’affaires sur plus de mille cinq cent (1500) manifestations d’intérêts reçues. Les plans retenus sont ceux qui ont répondu  à l’ensemble des critères d’éligibilité au nombre desquels figure un taux de participation des soumissionnaires  initialement fixé à 10% du plan d’affaire.  A ce sujet, le coordonnateur du PDAC a indiqué que : « Nous avons constaté qu’avec la décision du gouvernement et de la Banque mondiale de baisser le pourcentage de participation dont a parlé le ministre d’Etat, la part du PDAC a augmenté un peu ; on va avoir certains groupes de producteurs qui pourront avoir plus de vingt millions (20.000.000) de francs CFA puisqu’avant ils devraient apporter 10% de leur plan d’affaire, dans la mesure où on réduit à 5%  le gap est financé nécessairement par le PDAC ».

La démarche entreprise par le gouvernement à travers le PDAC s’inscrit dans la droite ligne des orientations du Plan national de développement 2018-2022, particulièrement en ce qui concerne la diversification de l’économie congolaise à travers le développement de l’agriculture.

Un appel au sérieux

Le Ministre en charge de l’agriculture a après avoir félicité les différents bénéficiaires des financements attiré l’attention de ces derniers sur la nécessité d’utiliser les fonds de manière responsable avant d’exprimer le souhait du gouvernement.  « Notre grand souhait c’est que les activités que vous avez présentées pour obtenir ce financement ne soient pas des feux de paille, que le coup de pouce qui vous ai donné par le PDAC vous permette de vous agrandir, de vous développer. Dans trois à quatre ans, je passerai voir vos exploitations pour savoir ce que c’est devenues après avoir obtenu ce coup de pouce. L’argent que vous avez reçu ne doit servir que pour mettre en œuvre les activités pour lesquelles vous avez bénéficié de cet appui.

Le Ministre a souligné la possibilité pour le gouvernement de mettre en place est fonds de garantie pour les crédits à venir. Un fonds qui devrait faciliter l’accès des groupes de producteurs et les PME aux crédits. « Nous aimerions si vous réussissez, si vous nous encourager à vous aider, le gouvernement ira plus loin. Nous pensons à la mécanisation agricole. Nous aimerions que à l’avenir qu’on puisse accéder à des crédits matériels …», a précisé Henri DJOMBO.

Un suivi bien organisé

Pour s’assurer de la mise en œuvre effective des activités des différents bénéficiaires, le PDAC a mis en place son dispositif de suivi. Le suivi du projet est fait avec l’apport du ministère, notamment grâce aux chefs agricoles repartis dans tous les districts du pays qui sont des représentants du ministre en charge de l’agriculture et le prestataire de suivi recruté par le Projet pour ce travail.

« Les plans d’affaires du PDAC vont normalement être bien suivis. Il y a  deux cadres qui vont les suivre; le Chef agricole d’un côté  et le prestataire de suivi que le PDAC a recruté par le truchement d’une ONG de l’autre. Ce suivi permet au Projet de ne pas verser du coût tous les financements qu’on aura signés. Lorsque nous signons avec une entreprise ou un groupe des producteurs un montant de dix millions de  francs CFA par exemple, le PDAC ne verse jamais du cout les 10 millions. Nous versons parfois un, 2 ou 5 millions, selon l’activité,  et au fur et à mesure que le bénéficiaire met en œuvre son activité, apporte des justificatifs que nous jugeons acceptables, nous versons les tranches qui suivent. Mais  c’est un travail difficile par ce qu’il y a des gens qui sont plus intelligents que d’autres qui vont avoir tendance à prendre l’argent  pour l’affecter à d’autres choses. Nous craignons tout cela voilà pourquoi on met en place ce système de suivi pour amoindrir ces risques », a expliqué Isidore ONDOKI.

audio: Interview du Coordonnateur du PDAC

Photo 1 : Le coordonnateur du PDAC et Mme BAMANA DANDOU Georgette, ancienne Directrice de l’agriculture.

Photo 2 Vue des Bénéficiaires lors de la cérémonie.

Contacts de notre rédaction : gcm.redaction.16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : 00242 06629 92 35 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top