CONGO/COVID-19: LE TRISTE BILAN DE BRAZZAVILLE PASSE  A 160 CAS TESTÉS POSITIFS - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Santé

CONGO/COVID-19: LE TRISTE BILAN DE BRAZZAVILLE PASSE  A 160 CAS TESTÉS POSITIFS

Sur les vingt-huit nouveaux cas testés positifs au Covid-19, Brazzaville à lui seul a enregistré 20 nouveaux cas portant le nombre à 160 contaminés dans la ville capitale. Le bilan cumulatif annoncé le mercredi 6 mai 2020 par le Coordonnateur technique du comité de riposte contre le Covid-19 fait état de 264 cas confirmés dont  30 guéris et 10 décès enregistrés. Les 28 nouveaux cas enregistrés lors des dernières 24heures montrent que la maladie continue à faire son chemin et pourrait, si on y prend garde,  handicaper le déconfinement souhaité.

La nouvelle déclaration du ministère en charge de la santé sur la situation épidémiologique  au Congo révèle une montée de cas de contamination. Lue par Gilbert NZIESSI, coordonnateur technique du comité de riposte contre le Covid-19, la déclaration fait état de 28 nouveaux cas testés positifs au Covid-19. Ces nouveaux cas que se partagent Brazzaville et Pointe-Noire (NDLR : deux villes les plus touchées par la maladie dans le pays) viennent s’ajouter aux 236 précédents et font passer le bilan cumulatif à 264 cas testés positifs dont 30 guéris, 10 décès et 224 personnes prises en charge par les services de santé  au 6 mai 2020.

La répartition des cas Covid-19  par département place Brazzaville et Pointe noire en tête de liste sur les départements 6 touchés à ce jour. Cette répartition indique que Brazzaville compte 160 cas, Pointe-Noire 95 cas, le Pool 4 cas, le Kouilou 3, la Cuvette 1 cas, la Sangha 1.

La répartition par arrondissement dans ces deux villes les plus touchées se présente de la manière suivante : A Brazzaville, Moungali arrive en tête du classement avec 37 cas ; Ouenzé 24 cas ; Talangaï 23 cas ; Djiri 22 cas ; Makélékélé 20 cas ; Poto-Poto 20 cas; Madibou 10 cas ;  Bacongo 8 cas et M’Filou 6 cas. A Pointe- Noire,  Lumumba  compte 35 cas ; Mongo-Mpoukou 23 cas ; Ngoyo 13 cas ; Loandjili 13 cas ; Tié-tié 7 cas ; et Mvoumvou 4 cas.

Si la situation reste inchangée dans les quatre autres départements, à Brazzaville et Pointe-Noire où le nombre de cas de contamination va crescendo, plusieurs faits justifient ce développement exponentiel du Covid-19.

Un port de façade  du masque

Présenté comme l’une des meilleures mesures barrières préventives contre le Covid-19, le port du masque rendu obligatoire sur décision du Président de la République, Dénis SASSOU NGUESSO peine à prendre corps chez certains Congolais.

Si les uns continuent à se pavaner dans les rues  et marchés domaniaux de Brazzaville et Pointe-Noire sans masque de protection, les autres  qui en disposent font tout le contraire de ce pourquoi le masque leur a été recommandé. Il n’est pas rare de rencontrer un grand nombre des Congolais dans les marchés domaniaux vaquer à leurs occupations en ayant leurs masques rabattus au cou rendant non productif la mesure du port obligatoire du masque. Un mauvais usage qui semble transformé le masque en simple outil de décoration.

Les efforts consentis par les services de l’ordre qui sont mis à contribution pour veiller au strict respect des prescriptions du chef de l’Etat semblent ne plus avoir des effets positifs. Pour certains congolais qui disent ne pas supporter le porte de cet outil de protection, le masque ne leur sert qu’à passer les points de contrôles où les agents de l’ordre tiennent mordicus pour que chaque passant ait son masque.

Face à cette situation, il serait plus judicieux que d’autres alternatifs de contrôle du respect de la mesure  soient mis en place. Il pourrait par exemple s’agir de placer des points de contrôles aux points d’entrée et de sortie des différents marchés domaniaux mais aussi dans les différents lieux publics où l’affluence des gens est souvent constatée. Cette mesures qui est mise à exécution à Dolisie  pourrait aider à réduire tant soit peu les risques de contamination dans les marchés domaniaux.

Le laxisme dans les transports dits en commun     

Fixé à 30 le nombre personnes devant être à bord d’un bus de la société de transport public, communément appelé « Mal à l’aise », ce avec l’obligation de disposer de son masque de protection, la seule société de transport autorisée à travailler pendant cette période de confinement  semble ne plus respecter les mesures édictées. On y voit à bord un nombre de clients allant au-delà du nombre fixé par les autorités comme si nous étions au bon vieux temps. Un manquement qui mérite d’être corrigé.

Par ailleurs, d’autres moyens de transport qui ont vu le jour en plein confinement pourraient favoriser la propagation du virus.  Les voitures de fortunes qui ont refait leur apparition embarquent plus de personnes par rapport à leur nombre de places, présentant  ainsi des tristes scènes où l’on peut y voir des gens entassés les uns sur les autres.  Ces moyens de transports qui donnent un mauvais exemple dans le combat contre la pandémie ravageuse du Covid-19 ont malheureusement, dans leur majorité, des chauffeurs agents de l’ordre, au regard de l’uniforme qu’ils portent.

La lutte contre la pandémie du coronavirus, Covid-19 étant une affaire de tous chaque Congolais devrait éviter de poser ou d’encourager des actes qui exposent ses compatriotes au danger.

Photo 1 : Vue des populations au marché total de Brazzaville

(Crédit GROUPE CONGO MEDIAS)

Contacts de notre rédaction : gcm.redaction16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : 00242 06629 92 35

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top