CONGO/COUTURE: A 9 ANS GRACE SAIT DEJA MONTER UNE CHEMISE - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Société

CONGO/COUTURE: A 9 ANS GRACE SAIT DEJA MONTER UNE CHEMISE

Grâce MABIALA MBOUMBA, élève en classe de CE2 à Dolisie, capitale du département du Niari en République du Congo a choisi d’apprendre la couture auprès de son père André MABIALA. Intelligente à l’école, la fillette qui n’a que neuf ans parvient déjà bien manipuler la machine à coudre et  monte des chemises au sein de l’atelier de son père qui lui sert de Maître.

Article écrit avec notre correspondant à Dolisie, Yves MAKAYA MONTTHAND.

A l’âge où la plupart des fillettes se rendent devant les ateliers de couture à la quête des boites vides et des morceaux de tissus pour blaguer au « mayoto » ( blagues en langue locale du Congo), Grâce MABIALA MBOUMBA a préféré consacrer son temps libre à l’apprentissage d’un métier manuel auprès d’André MABIALA, affectueusement appelé  Maître MABIOS,  un tailleur  animé par le désire de partager son savoir faire à ses proches dans l’optique de leur donner les opportunités de se prendre en charge à l’avenir.

Une histoire inédite d’un chef de famille, qui au-delà de son vœu de voir ses enfants réussir dans leurs études ne s’empêche d’apprendre à tous ses enfants ce métier qui permettra à chacun d’eux de gagner son pain au cas où les études ne marchaient pas, nous a dit son père avant de préciser que «  J’ai trois filles dont Grâce, qui apprennent la couture à mes côtés. Leur mère est également couturière dans mon atelier».

Son maître de père a indiqué que sa fille est bien appréciée de plusieurs personnes. « J’apprécie beaucoup ce que cette petite fait, surtout quand elle est devant sa machine », nous a confié Aldridge Clitone, une des clientes inconditionnelles de l’atelier de Maître MABIOS. D’autres personnes au contraire pensent qu’elle est trop petite pour se lancer dans la couture. C’est le cas d’Odette OMPENE, enseignante à l’école MBOUKOU de Dolisie pour qui cela surcharge  l’enfant.  « Pourquoi bourrer le crâne de l’enfant à cet âge ? Cela pourrait avoir des répercussions négatives sur ses études. Le risque c’est qu’elle pourrait facilement s’adonner à l’argent ».

La fillette Grace  qui fait son bon chemin d’apprenant au sein de cet atelier où elle est benjamine au milieu de 12 apprenants dont la moyenne d’âge est de 30 ans. Elle  est dotée d’une capacité d’adaptation rapide qui lui permet de vite avancer dans son apprentissage si bien qu’elle parvient déjà à monter, elle-même des chemises après la coupe faite par son père.

A la question de savoir si cela n’a pas d’impacts négatifs sur la scolarité de sa fille si jeune, maître MABIOS dit avoir le contrôle de la situation : « Je veille au grain. Elle passe au CM1 » avant de poursuivre « C’est de l’aide, c’est un appui. Plusieurs sont les femmes qui sont à la solde de leur mari au point de devenir presque leurs esclaves à cause de l’argent. Pour mes filles c’est une manière de leur offrir un gagne-pain au cas où elles ne réussissaient pas à leurs études, ce que je ne souhaite pas d’ailleurs ».

Pour le tailleur André MABIALA ses enfants devront être des femmes qui s’assument, non pas soutenues.

Photo : Jeune apprentie en train de monter une chemise

Contacts de notre rédaction : gcm.rédaction16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : 00242 06629 92 35

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top