CONGO/CONVENTION D’ABIDJAN : UNE COOPERATION RENFORCEE POUR UNE MEILLEURE PRESERVATION DE L’ENVIRONNEMENT

68

Reçu en audience le vendredi 08 mars à Brazzaville Abou BAMBA,  Secrétaire Exécutif de la Convention d’Abidjan sur les changements climatiques a abordé avec la ministre du tourisme et de l’environnement des questions liées à la préservation de l’environnement et au développement du tourisme.

Au cours de cet  entretien les  deux personnalités qui portent des projets  axés sur la lutte contre les changements climatiques ont discuté autour du  Fonds Bleu pour le Bassin du Congo et du projet qui lutte contre l’érosion côtière, la pollution, les changements climatiques et surtout l’amélioration des conditions de vie des populations qui vivent sur la cote de la banque mondiale et les fonds nordiques. La possibilité pour les pays du Bassin Du Congo de porter un projet analogue  à celui existant en Afrique de l’Ouest a fait l’objet des échanges, et  «… madame le ministre a donné son accord pour porter un tel projet afin que les pays du Bassin du Congo aient aussi leur projet financé par la Banque Mondiale et les Fonds nordiques et bien d’autres bailleurs de fonds, et qui traiterait des problèmes d’érosion côtière » , a indiqué Abou BAMBA.

Ce projet focalisé dans la lutte contre l’érosion côtière, la pollution, les changements climatiques serait donc salutaire pour le Congo qui fait face à des sérieux problèmes d’érosion dans ses grandes villes comme Brazzaville et  Pointe-Noire.

La question du développement touristique en République du Congo abordée en deuxième lieu a consisté  à échanger sur la nécessité de concilier  le développement du tourisme à la préservation et la conservation de l’environnement. A ce sujet, Abou BAMBA a loué les efforts déjà consentis par Arlette SOUDAN NONAULT en ce qui concerne l’identification des sites exceptionnels du point de vue touristique, ce  qui offre un intérêt touristique assez important qu’on pourrait exploiter de manière durable afin de développer le tourisme au Congo.

« Le Congo en moment, avec le Fonds Vert climat, le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, joue un rôle de locomotive dans la sous-région en termes d’initiative innovante pour gérer l’environnement, pas seulement, mais  surtout un capital touristique ; un capital en matière de biodiversité naturelle exceptionnelle qui n’existe nulle part en Afrique c’est le bassin du Congo » a reconnu le Secrétaire Exécutif de la Convention d’Abidjan.

Sur la tenue des prochaines réunions sur la conférence des parties de la convention d’Abidjan et sur de la signature de trois protocoles additionnels sur la gestion de l’environnement, les deux interlocuteurs sont tombés d’accord pour que Brazzaville abrite ces futures rencontres.

Cette réunion, a précisé Abou BAMBA « … ne viendra pas seule parce que avec la ministre nous avons discuté aussi des questions de gouvernance de la gestion des océans en Afrique et madame le ministre a été informée de la signature bientôt de trois protocoles additionnels sur la gestion de l’environnement. Il s’agit du protocole sur la gestion durable des mangroves, du protocole sur les dispositions d’ordre environnemental pour gérer les activités pétrolières et gazières off-shore dans les pays du Golfe de Guinée y compris le Congo et du Protocole sur la gestion intégrée des océans et des zones côtières à l’intérieur duquel on essaie de faire en sorte que  le ministre de l’environnement puisse parler au ministre des hydrocarbures, que celui des hydrocarbures puisse parler à celui de l’Agriculture,… Ce protocole devrait permettre une collaboration entre différents acteurs et partenaires, qui utilisent l’environnement et les ressources naturelles  soit pour créer de la richesse ou soit pour une activité pour le bien-être des populations. Et la ministre a suggéré que cette réunion des pluri potentielles au cours de laquelle ces textes juridiques seront signés et adoptés par les 22 pays  puisse se dérouler ici au Congo. C’est bien naturellement que nous avons accepté l’offre du Congo d’abriter ces différentes rencontres ».

Notons que la convention d’Abidjan est un traité multilatéral sur les côtes et les océans qui réunit 22 pays africains de la Mauritanie jusqu’en Afrique du sud y compris le Congo. La prochaine réunion statutaire qui va réunir tous les ministres en charge de la mer, de la côte, des océans et des ressources en eau est prévue pour qu’elle se tienne courant du mois d’avril 2020.

Photo : photo de la ministre et le Secrétaire Exécutif pendant l’audience.

Contacts de notre rédaction : gcm.redaction16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : 00242 06629 92 35




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *