CONGO : LA ZONE ECONOMIQUE SPECIALE DE BRAZZAVILLE DEVIENT ZONE ECONOMIQUE SPECIALE D’IGNE

283

C’est un recadrage tout naturel que les Sénateurs congolais viennent de faire en changeant la dénomination de la zone économique spéciale (ZES) de Brazzaville (la capitale du Congo) qui devient zone économique spéciale d’Igné. Igné, un district qui n’est pas situé dans l’espace géographique du  département de Brazzaville mais dans  celui du département du Pool. Dans la foulée, ils ont voté le projet de loi portant création de cette zone économique et  deux  autres  portant    création  des zones économiques spéciales d’Oyo-Ollombo et de Ouesso. Ces votes ont eu lieu lors de la plénières du jeudi 4 juillet 2019.

Ces projets de loi ont été défendus par Gilbert MOKOKI, ministre des Zones économique spéciales lors de la plénière. Ce dernier a cédé aux arguments de quelques sénateurs qui n’ont pas vu le bien fondé de fondé d’appeler la ZES de Brazzaville ainsi. Toutefois, il  ne s’est pas empêché de   rappeler que pour des besoins de l’histoire cette ZES devait partir de Mpila, un quartier industriel de Brazzaville qui concentre un nombre important d’industries. Mais les questions d’expropriation poseraient problème car ce quartier est tout aussi industriel que résidentiel.

La désormais zone économique spéciale d’Igné, 223, 81 kilomètres carré, est la plus petite des trois dont les lois les créant ont été votées quasiment à l’unanimité. La zone économique spéciale Oyo Ollombo, 7603 kilomètres carré  et la zone économique spéciale de Ouesso, 3796 kilomètres carré dans la Sangha. La Sangha, au  nord du Congo, un  forestier département  frontalier avec le  Cameroun,  qui connait déjà une importante activité économique portée par l’industrie du bois et celle de l’huile de palme qui se développe depuis quelques dans le district de Mokeko.

Dans une interview accordée à la presse,  le ministre des Zones Economiques spéciales a dit son « sentiment de satisfaction et d’avancer ». Mais une grande préoccupation, le fonctionnement effectif de ces ZES, ce qui dépend de leur inscription au budget : «  En ce qui concerne la Zone Economique spéciale d’Oyo- Ollombo ce qui est inscrit au budget cette année c’est une opération technique consistant à borner les zones et de les délimiter ». Au sujet de la ZES de Pointe noire  (la deuxième ville du pays) sur l’atlantique, Gilbert MOKOKI a indiqué que la partie des études est achevé . Il va  en suite être amorcé la partie de l’expropriation      «  pour avoir  la maitrise du terrain pour que la société qui va construire cette ZES ait une liberté d’y opérer ». Interrogé sur les candidats à l’investissement dans la  ZES de Pointe noire,  le ministre a  répondu avec empressement en  ces termes : «   Oui oui !nous enregistrons déjà beaucoup d’investisseurs qui viennent nous voir pour investir dans la zone économique spéciale de Pointe noire ! »

Photo : Une usine hebergée par la ZES d’Igné (Droits réservés )




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *