Actualité

CONGO : UN MENU SQUELETIQUE POUR LA QUATORZIEME SESSION ORDINAIRE DU SENAT

Sept affaires seulement pour la quatorzième session ordinaire du Sénat dont l’ouverture a eu lieu le mardi 1er février 2022 au Palais de Congrès à Brazzaville.  Il s’agit là d’un menu très eu fourni pour les sénateurs, mais qui pourrait être enrichi par l’arrivé de nouvelle affaires en cours de session.

L’ordre du jour compte deux projets de loi. Il s’agit notamment du projet de loi autorisant la ratification du traité portant création de l’agence africaine de médicament, et du projet de loi portant code pénitentiaire en République du Congo. Et puis deux « vieilles » propositions de loi, rescapées de la dernière session. La proposition de loi portant statut de l’artiste du spectacle, des arts visuels, graphiques et plastiques, de la mode, de la publicité du technicien et de l’entrepreneur culturel et artistique ; la proposition de loi portant règlementation des activités privées de sécurité en République du Congo.

Autres affaires, apurements des comptes du Sénat exercice 2021, séance de questions orales au gouvernement avec débat ainsi que les questions d’actualité. L’adresse de Pierre NGOLO, Président du Sénat à l’ouverture de la session a brassé plusieurs aspects de la vie politique, économique et sociale du pays. La bonne exécution du Programme national de Développement 2022-2026 faite loi il y a peu par le Parlement (l’Assemblée nationale et le Sénat) y figurait e bonne place : « Pour la réalisation de ce pari, notre mission de parlementaire se trouve décuplée tant il nous faut, sans complaisance, porter conséquemment notre veste en nous abstenant d’être des complices des comportements ou des actes de nature à saper l’élan de développement ».

Toujours au plan économique, Pierre NGOLO a appelé ses collègues a « bien exploiter l’espoir né des fructueuses offensives diplomatiques du gouvernement pour des délibérations responsables ». Le Congo a en effet conclu un accord avec le Fond monétaire international (FMI) sur un programme de trois ans devant être soutenu par un accord de la facilité de crédit d’un montant de 456 millions de dollars. Cet accord vise à maintenir la stabilité macroéconomique à impulser une reprise économique.

Photo  archives de Pirre NGOLO ( Crédit Groupe Congo Médias)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le plus populaire

To Top
Translate »