CONGO : UN GAP D’ENVIRON 430 MILLIARDS POUR LE BUDGET 2021. - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Economie

CONGO : UN GAP D’ENVIRON 430 MILLIARDS POUR LE BUDGET 2021.

De gap en gap , les budgets de la république du Congo de ces deux dernières années se ressemblent ou presque et agacent. 435 milliards 038 millions pour le budget initial exercice 2020 voté le 31 octobre 2019 par le Senat avant ses deux réajustements,  environ 430 milliards de francs cfa pour le budget 2021 dont le projet a été présenté aux  Sénateurs le lundi 26 octobre 2020 par Ludovic NGATSE, ministre délégué aux finances chargé du budget. Dans un contexte de baisse des cours du pétrole qui ne depasseraient pas les 46 dollars le baril en 2021, selon les prévisions annoncées par le ministre, les équations ne sont pas vraiment aisées pour le gouvernement qui déjà à son actif un budget 2020 rectifié deux fois. En aout et plus récemment.

Reportage réalisé avec Gad TATY, journaliste stagiaire

Les ressources budgétaires  pour 2021 sont projetées à 1 846 milliards 109 millions de francs FCFA, contre 1 525 milliards 297 millions au budget 2020 réajusté, soit une augmentation de 21%. Quant aux dépenses budgétaires, elles sont projetées à 1615 milliards 907 millions de FCFA en 2021 contre 1630 milliards dans le budget réajusté de 2020, soit une basse de 1%.

Le budget 2021 a été élaboré par le gouvernement dans un contexte de «  paralysie économique planétaire générée par la pandémie de covid-19 », a précisé le ministre délégué aux finances en charge du budget, qui a renchéri que « …le redressement des cours du pétrole demeure très incertain », ce en dépit d’une hausse de  la production nationale de pétrole  à 125 millions de baril, contre 119 millions en 2020.

Selon le ministre,  le  bouclagedu gap de financement d’environ 430 milliards de francs CFA qui subsiste dans le   budget  2021 sera bouclé «  dépendra de plusieurs facteurs liés à la fois aux résultats des négociations de la restructuration de la dette avec les traders, au bon suivi du programme économique et financier, à l’amélioration de la conjoncture économique et de la situation sanitaire ainsi qu’à la recherche d’autres financements ».

Coup de projecteur sur les  réajustements du budget 2020

Ludovic NGATSE dans son intervention devant les Sénateurs, a fait une présentation des rectifications subies par le budget 2020 : «  Au  31 août 2020, le budget réajusté en cours d’exécution fait ressortir une mobilisation des recettes budgétaires à hauteur de 843 milliards de FCFA, soit 77,8% de taux de réalisation. Les dépenses exécutées à 52,4% de l’objectif annuel, se situent à 976 milliards 500 millions de FCFA. Il se dégage un solde primaire de -84,1 milliards de FCFA pour une prévision annuelle de 679 milliards 400 millions de FCFA, soit un taux de 12,4% par rapport à l’objectif annuel ».Selon le ministre, ce sont les  écarts constatés qui ont justifié la présentation du projet de loi de finances rectificative de l’exercice 2020, qui projette le niveau d’exécution du budget 2020 au 31 décembre 2020 à hauteur de 1525 milliards 300 millions de francs CFA pour les ressources budgétaires et 1630 milliards de francs CFA pour les dépenses budgétaires.

Les grands axes de la politique budgétaire

Le gouvernement a opté pour une  politique budgétaire consacrée à la « poursuite du rétablissement de l’équilibre macroéconomique et plus particulièrement des finances publiques. Afin d’y parvenir, le gouvernement poursuivra une politique budgétaire prudente qui vise la réduction du déficit du solde primaire hors pétrole », selon le ministre. En effet,  l’accent sera mis sur les grandes lignes ci après : la mobilisation des recettes internes hors pétrole ; la rationalisation des dépenses budgétaires afin de créer un espace budgétaire qui permettra de financer les investissements prioritaires et les dépenses sociales; la poursuite des négociations avec les créanciers commerciaux en vue de la restructuration de la dette publique ;  le meilleur ciblage des subventions. « Ainsi, de  manière concise, ces grandes lignes définissent la trajectoire des finances publiques au cours de l’année 2021 aux fins de préserver la viabilité et la stabilisation budgétaires à moyen terme, en vue de la restauration de l’équilibre budgétaire », a renchéri Ludovic NGATSE.

Photo :  Le ministre Ludovic NGATSE ( Crédit Groupe Congo Médias)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top