CONGO : UN EXCEDENT BUDGETAIRE DE 569 MILLIARDS 840 MILLIONS DANS LE PROJET DE BUDGET 2019

128

Le Ministre des Finances et du  Budget, Calixte NGANONGO,  a procédé le lundi 29 octobre 2018 à la présentation du projet de loi de finances exercice 2019 devant les Sénateurs. Un projet de loi qui fixe le Budget de l’Etat exercice 2019  à 2323milliards 448millions de francs en recettes et 1753milliards 608 millions en dépenses,  avec un  excédent budgétaire de 569 milliards 840millions. Des hypothèses arrêtées pour les prévisions de ce projet ainsi qu’à celles liées à la trésorerie et au financement devraient garantir la soutenabilité des finances publiques, a dit le ministre.

Axée  sur six points essentiels, la présentation de ce projet de loi de finances a permis aux sénateurs d’être édifiés  sur le contexte de l’élaboration du budget exercice 2019. Une année qui devrait s’inscrire  dans la perspective d’une croissance stable de l’activité économique mondiale, en dépit de l’accentuation des risques. Un contexte dominé au plan national par «… la poursuite d’une part, de la mise en œuvre des reformes impulsées par le PREF-CEMAC et d’autre part, des négociations avec le FMI en vue de la conclusion d’un programme, qui vise le rétablissement des équilibres macroéconomiques », a indiqué Calixte NGANONGO.

Ce projet de budget qui prévoit en recettes la somme de 2323 milliards 448 millions de Francs CFA au titre de l’exercice 2019 est en accroissement de 720 milliards 829 millions de Francs CFA par rapport à celle de l’exercice 2018. Aussi, les dépenses budgétaires arrêtées à 1738milliards 958 millions de Francs CFA, augmentent de 355milliards 339 millions par rapport à la prévision de 2018.

Au plan de l’orientation et la politique budgétaire, ce projet de loi s’inscrit dans la dynamique du  gouvernement qui est sur la trajectoire d’une politique budgétaire restrictive visant le rétablissement des équilibres en vue d’une relance économique à terme. Cette politique sera axée sur  le renforcement des mesures d’amélioration et de sécurisation des ressources publiques; la maitrise des dépenses publiques pour leur plus grande efficacité; la viabilité et la soutenabilité de la dette publique à travers une stratégie qui se fonde sur des options de financement appropriées et la mise en œuvre de certains projet prévus dans le Plan National de Développement. Ceci dans le but de parvenir en 2019, à « La réduction du déficit primaire de base hors pétrole de manière à contribuer, entre autres, à l’amélioration de la position nette du gouvernement à l’égard du système bancaire intérieur par la reconstitution des dépôts du trésor à la Banque centrale et le renforcement des réserves de la zone monétaire. La réduction du stock de la dette publique de manière à ce que sa valeur actuelle nette soit ramenée à moyen terme à 30% du PIB » a énuméré le Ministre des Finances et du Budget.

Photo : Le ministre des finances présentant le projet de budget (Crédit Groupe Congo Médias)

Contact de notre rédaction: gcm.redaction16@gmail.com, 

Tél et whatsapp : 00242 06629 92 35




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *