CONGO / TELECOM : PROROGATION DU PROJET CAB ET SATISFECIT DES PARTENAIRES CONCERNANT SA MISE EN OEUVRE - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Société

CONGO / TELECOM : PROROGATION DU PROJET CAB ET SATISFECIT DES PARTENAIRES CONCERNANT SA MISE EN OEUVRE

Ce satisfecit de la Banque Africaine de Développement et d’autre partenaires  concernant la mise en œuvre du projet Central African Backbone a été  annoncé par Léon Juste IBOMBO, Ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, lors de la réunion par vision conférence qu’il présidée  et qui était consacrée à supervision et à la revue à mi – parcours du projet CAB – Congo. Cette réunion  a été organisée par vision conférence, du 10 au 11 décembre 2020  par la Banque Afrique de Développement  (BAD). Au  terme de celle-ci,  il a été fait l’annonce par le ministre dans une interview de la prorogation du projet au-delà de juin 2021.

Le devenir du projet au-delà de juin 2021, date à laquelle il était censé s’arrêter,  était une grande préoccupation pour les partenaires de mise en œuvre. Une réponse des plus claires y a été donnée au terme de   cette réunion.  Bien  normal, au regard de importance ce projet dans la zone CEEAC  au sein de laquelle il permettra d’interconnecter les pays membres et de poursuivre l’intégration sous régionale. Ainsi, la BAD a accédé à la sollicitation du Congo de prolonger la mise en œuvre du projet CAB dans sa composante Congo, en raison des difficultés engendrées par  le covid 19, ayant  empêché la poursuite normale des chantiers.

Michel NGAKALA, Coordonnateur national dudit projet  a  expliqué les raisons de cette prolongation : « Généralement, quand un projet touche à sa fin, on voit comment le restructurer et on voit s’il y a la possibilité de le prolonger. Et pour le projet CAB dont la fin était initialement prévue pour juin 2021, on est conscient que le plan de passation  des marchés définit à l’origine ne peut pas permettre de tenir ce calendrier. Raison pour laquelle la BAD a décidé de le proroger. »

Au nombre des points qui étaient au menu des échanges entre les participants à ce webinaire  consacré au suivi et à l’évaluation de l’ensemble des activités relatives à l’exécution du projet, figurait celui en rapport avec les  conditions de construction et d’opérationnalisation du centre national des données, fondement de la digitalisation de l’administration congolaise. Il s’agit d’un projet majeur pour le Congo, comme l’a indiqué le ministre, qui  a dû faire face à moult difficultés : «  Nous avons eu quelques soucis parce qu’il y a des experts  qui, avec la fermeture des frontières (NDLR : A cause du coronavirus), n‘ont pas pu se déplacer. Mais la BAD est satisfaite des études qui sont menées, aujourd’hui nous attendons les conclusions de ces études. On a connu du retard  surtout au niveau du data center. C’est un cabinet espagnol qui a décroché le contrat de l’étude, nous attendons les conclusions de ce partenaire, jusqu’à présent le cabinet ne nous à pas envoyer le draft. On s’est convenu que d’ici le moi de février, le Cabinet nous donnera le draft concernant la construction du data center , le data center principal et le back up qui va être installé que ce soit à Pointe noire ou à Oyo, nous sommes en train de regarder. Mais de manière global les partenaires sont satisfaits du projet au niveau du Congo ».

A la  faveur de la prorogation du projet, il sera procédé à la poursuite de l’exécution des travaux d’interconnexion en fibre optique Congo-Cameroun et Congo-RCA. Par ailleurs les délais supplémentaires de la construction et l’opérationnalisation du centre national données, pierre angulaire de la digitalisation de l’administration congolaise ont été évoqués. Notons que le projet CAB a pour objectif  de construire des infrastructures très haut débit pour interconnecter la sous-région Afrique Centrale aux fins d’avoir une disponibilité de services de communications modernes de qualité et à des tarifs abordables, pour développer les échanges et favoriser le commerce entre Etats de la sous-région. Cette réalisation   favorisera  la révolution numérique et contribuera à la  création des emplois et l’expansion des biens et services. En ligne de mire, ne pas rater le « Train de la  révolution numérique ».  L’équipe  de la BAD était  conduite lors de cette réunion par  Antoine Marie TIOYESIE, Représentant résident de la BAD au Congo Brazzaville

Photo : Le ministre Léon Juste IBOMBO lors de la réunion ( Droits réservés)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top