CONGO : LA SESSION ORDINAIRE BUDGETAIRE DU SENAT BOUCLEE SANS VOTE DU BUDGET 2018. - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Politique

CONGO : LA SESSION ORDINAIRE BUDGETAIRE DU SENAT BOUCLEE SANS VOTE DU BUDGET 2018.

La première session ordinaire budgétaire du Sénat  ouverte le 16 Octobre 2017 a été clôturée le samedi 23 décembre en soirée après une séance plénière à laquelle étaient inscrites trois affaires, toutes examinées et adoptées. Si les Sénateurs ont adopté le projet de loi portant règlement du budget exercice 2016 et le projet de loi portant loi de finances rectificative pour l’année 2017, rien par contre à se mettre sous la dent concernant le vote du budget de l’Etat 2018 qui était pourtant l’affaire principale à l’ordre du jour. Malgré tout, pour Pierre NGOLO, Président du Sénat «  rien, absolument rien ne justifie que l’on verse dans le scepticisme et le désespoir », indiquait-il dans son discours de clôture de la session.

Le Congo est frappé par une grave crise financière. Pierre NGOLO, parle alors de « précaution » prise par le gouvernement de « s’entourer de l’avis des bailleurs de fonds, notamment du Fonds monétaire International avant d’arrêter le projet de budget à présenter au parlement ». Avant de conclure que « …le retard actuel n’est en soi ni une catastrophe ni un fait inédit », et rappeler que « pour les mêmes raisons de conjoncture et par nécessité d’harmonisation des vues avec les partenaires, nos budgets ont été, jusqu’en 2004, votés entre les mois de janvier et février de l’exercice ». Il n’y a donc pas de raisons, selon le Président du Sénat congolais de perdre la sérénité en se faisant ébranler par la crainte du désastre.

Une session budgétaire extraordinaire …

Une session budgétaire extraordinaire, constitutionnelle, annoncée par le Président se tiendra à une date qui n’a pas été indiquée. Une chose est connue, elle durera quinze jours et ne pourra se tenir que si le gouvernement parvient à élaborer le projet de budget 2018. La pression s’accentue alors sur le gouvernement.

Optimisme de Pierre NGOLO, grande prudence du ministre des finances, crise sociale aigue

Calixte NGANONGO, le ministre de finances était appelé, lors de cette dernière séance plénière de la session budgétaire, à répondre aux questions des Sénateurs sur deux points à l’ordre du jour le concernant. Ce dernier, a coté de la bonne annonce de la remontée du prix du baril du pétrole faite, 60 dollars, a « assombri » les espoirs que pouvait susciter une telle information dans la population congolaise qui, jour après jour, du moins pour les plus avertis, regarde l’évolution des cours du brut dans les médias internationaux.   Le ministre des finances a en effet indiqué que si le baril est à 60 dollars aujourd’hui, cela n’implique pas automatiquement l’amélioration des recettes. Concernant les négociations avec le FMI, le ministre a fait preuve de grande prudence, car ne sachant pas l’interprétation qui pourrait être faite d’un mot ou d’un autre utilisé pour évoquer ce sujet, et surtout les conséquences que cela pourrait avoir sur tout un pays. Entre temps , socialement, les Congolais continuent de vivre une situation financière particulièrement difficile surtout en cette période des fêtes de fin d’années.

22 affaires inscrites, 11 adoptées

Cette première session ordinaire budgétaire avait à son ordre du jour vingt deux affaires. Onze affaires ont été examinées et adoptées et les onze autres ont été renvoyées aux prochaines sessions. Parmi les affaires adoptées figurent le projet portant approbation de l’avenant n°1 au contrat de partage de production Kayo signé entre le Congo, la Société nationale des pétroles du Congo et la société Wing Wah Petrochemical Joint Stock Compagny Limited. On peut citer aussi les projets de loi portant création de la Zone économique spéciale de Pointe noire, Règlement intérieur du parlement réuni en congrès, sans oublier les questions orales au gouvernement, la liste n’est pas exhaustive.

Photo : Le bureau du Sénat pendant l’exécution de l’hymne national à la clôture des travaux (Crédit Groupe Congo Médias)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top