CONGO : SEPT ANS APRES LA TRAGEDIE LES VICTIMES DU 4 MARS SE DISENT LESEES

133

Le ministre de la Culture et des Arts, Dieudonné MOUYONGO a déposé ce lundi 04 mars 2019 une gerbe de fleurs au cimetière du centre-ville de Brazzaville en présence des victimes et parents pour commémorer cette date qui constitue l’une des périodes  sombres de l’histoire de la République du Congo.

La commémoration pour la septième fois consécutive de la date funeste du 4 mars relative aux explosions des dépôts de munitions  de Mpila, dans l’arrondissement 5 Ouenze est pour le gouvernement une manière de compatir à la douleur des familles  qui ont été affectées par ce drame ayant  couté  la vie  à certains et  laissé invalides d’autres. Un mauvais souvenir qui reste gravé dans les cœurs tant des gouvernants que des populations.

Pour cette septième commémoration, Dieudonné Mouyongo a procédé en présence des familles des victimes au dépôt de la gerbe de fleurs devant la stèle du cimetière du centre-ville où reposent toutes les âmes qui ont été emportées par ce drame de Mpila. Un geste qui marque la volonté du gouvernement de partager cette douleur avec ces familles.

« Nous sommes venus ce matin déposer la gerbes de fleurs  pour dire que le gouvernement de la République continue de compatir à la douleur, aux peines et à la tristesse auprès de toutes les familles qui ont perdu un être cher. C’est pour dire que nous ne les oublions pas », a déclaré le ministre.

Un geste peu satisfaisant selon  les victimes

Les victimes qui se disent confrontées aux blocages de tout genre  dans le processus devant leur permettre d’entrer en possession de la rente viagère, s’estime ainsi lésées. Ces dernières pointent du doigt ce qu’ils appellent  le mauvais accueil constaté au niveau du ministère du Commerce, au ministère des finances  dans  l’établissement sanitaire où elles poursuivent le traitement. Au sujet de la rente viagère, Beethoven Manga, Président de l’Association des Invalides et Blessés des Victimes du 4 mars,  a dit  être étonné de constaté que « … la perception de cette rente constitue en quelque sorte  une guerre pour nous. On n’arrive pas à la percevoir simplement. Le décret dit que la rente viagère devrait être perçue au même moment que le salaire des travailleurs de l’Etat. Malheureusement, parfois on passe deux mois pour en percevoir et nous ne sommes pas d’accord».

Dans la recherche des solutions aux difficultés  qu’elles rencontrent, le président de l’association a lancé un appel aux interlocuteurs que sont Claude Alphonse NSilou, ministre d’Etat, ministre du commerce, des approvisionnements et de la consommation et Calixte Nganongo, ministre des finances et du budget, en qualité de  Président et vice-président du commission de suivi du cynisme du 4mars pour trouver une solution à leurs préoccupations.

« Aujourd’hui, cela  fait 7 ans que j’ai perdu trois enfants et j’ai perdu mon pied. Quand on se rend au trésor pour nous payer ce peu que le Président avait dit on nous insulte. Nous sommes fatiguées ; même  à l’hôpital quand on se présente en tant que victime du 4 mars on nous reçoit mal. Nous ne sommes en rien responsables de ce qui est arrivé. Je me débrouillais avec mes enfants, aujourd’hui mes enfants sont partis et j’ai perdu mon pied comment je vais faire ? Je ne travaille pas. On se débrouille seulement dans mon foyer », a déclaré Matondo Jocelyne G., victime du drame ayant perdu 3 enfants. Aussi, cette dame qui a répondu aux questions des journalistes devant les trois tombes de ses enfants a lancé un vibrant appel au Président de République pour qu’il regarde la situation des victimes  du 4 mars.

Face aux mécontentements des victimes, le ministre Dieudonné Mouyongo souligné la nécessité pour les familles de faire preuve de patience : « Le gouvernement est en train de travailler sur la question ».

Photo1 : Le ministre lors du dépôt de la gerbe de fleur (Crédit Groupe Congo Medias)

Photo2 : Matondo Jocelyne G. s’appuyant sur ses béquilles devant les tombes de ses enfants(Crédit Groupe Congo Medias)

Photo3: Le ministre saluant les familles des victimes (Crédit Groupe Congo Medias)

Audio1 : Le ministre de la Culture et des Arts

Audio : Les réactions du  président de l’association des victimes et de Mme  Matondo

Contacts de notre rédaction : gcm.redaction16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : 00242 06629 92 35 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *