CONGO-RUSSIE : UN ACCORD POUR L’EDIFICATION D’UN CENTRE DE RECHERCHE SUR L’UTILISATION PACIFIQUE DE L’ENERGIE ATOMIQUE

157

La République du Congo et la Fédération de Russie ont signé,  le 22 mai 2019 à Moscou, plusieurs accords de coopération dont celui du domaine de l’utilisation de l’énergie atomique à des fins pacifiques portant, entre autres, sur la construction d’un centre de recherche sur l’utilisation pacifique de l’énergie atomique au Congo. Le but final de l’accord est de contribuer au traitement des cancers et l’amélioration de l’Agriculture.

Les deux Etats, reconnaissant que l’utilisation de l’énergie atomique à des fins pacifiques aussi bien que la garantie de la  sécurité nucléaire et radiologique est un facteur important pour la garantie du développement social et économique vont développer leur coopération dans ce domaine.

Il s’agira, en effet, de l’assistance pour la création et pour la mise en œuvre de l’infrastructure de l’énergie atomique en  République du Congo, y compris le système de réglementation étatique de la sécurité conformément aux recommandations de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique.

L’accord permettra aussi la construction des installations de dessalement de l’eau et des accélérateurs de  particules élémentaires dans la gestion des cancers,  des déchets radioactifs et les réponses aux situations d’urgence. Cette coopération permettra la surveillance de la protection physique des matériaux à rayonnement ionisants, des sources radiantes, des points de conservation des matériaux nucléaires et des substances radioactives aussi bien que des systèmes de comptage et de contrôle des matériaux nucléaires.

Il s’agira de la fabrication des radio-isotopes et leur application dans l’industrie, la médecine, dans l’agriculture, l’enseignement, la préparation et la formation continue des spécialistes pour les branches atomiques.

La science atomique pour des fins pacifiques est bénéfique aussi bien pour la République du Congo que pour  les autres pays, car elle permet de mesurer les gaz à effet de serre. Son utilisation  permet de lutter contre les moustiques, pour l’irradiation des aliments, évaluer l’érosion, étendre la gamme des vaccins, lutter contre la grippe aviaire mais aussi améliorer les plants par sélection assistée par marqueur, etc.

Pour l’exécution de cet accord, la partie congolaise a désigné le ministère de la recherche scientifique qui devra travailler avec la Corporation d’Etat de l’Energie Atomique (ROSATOM) et le service Fédéral de supervision écologique de la Fédération de Russie.

Cet article est une insertion du ministère de la recherche scientifique

Photo : le Président de la République lors des échanges avec son homologue russe

Contacts de notre rédaction : gcm.redaction16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : 00242 06 629 92 35




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *