Education

CONGO/RENTRÉE ANDRAGOGIQUE: LES APPRENANTS PLAIDENT POUR L’OUVERTURE D’UN PREMIER LYCÉE POST-ALPHABÉTISATION

Les élèves du centre Post-alphabétisation Marie Géneviève MALOUMBI de Ouenzé ont sollicité l’aide des autorités éducatives dans la mise en place d’un lycée pour les adultes à Brazzaville. La doléance a été soumise à David BOKE, Directeur de cabinet par intérim du ministre en charge de l’enseignement primaire à l’occasion d’une visite effectuée, le lundi 18 octobre 2021, dans ce centre dans le cadre de la rentrée andragogique 2021-2022.

Honorés par la visite de leur centre par une forte délégation du ministère de tutelle conduite par David BOKE, Directeur de cabinet par intérim du ministre Jean-Luc MOUTHOU, les apprenants du centre post-alphabétisation Marie Géneviève MALOUMBI, inscrits en classe de 3ème ont sollicité l’appui des autorités éducatives pour l’ouverture d’un lycée post-alphabétisation destiné à accueillir les élèves qui sortent de ces centres après l’obtention de leur Brevet d’études du premier cycle (BEPC). L’appui sollicité concerne particulièrement la facilitation de la délivrance de certaines autorisations nécessaires à l’ouverture dudit lycée.

Dans cette doléance adressée aux autorités et affichée au tableau de ce centre, on pouvait lire « Aidez-nous dans la mise en place au CEG Pierre NTSIETE d’un lycée post-alpha en nous délivrant des autorisations relatives à l’occupation et d’ouverture d’un lycée adulte pour l’année 2022-2023 ». Une sollicitude à laquelle le directeur de cabinet a promis répondre favorable si le centre parvient à faire de bons résultats au BEPC 2022. Un défi à relever pour ce centre qui se fait souvent remarqué par le travail. En effet, de ce centre placé sous la direction de  Bienvenu BEMBA BANZOUZI sont sortis, de 2016 à 2019, quatre lauréats aux différentes émulations scolaires.

Fixée pour  le 18 octobre, la rentrée andragogique qui concerne les programmes relatifs à la rescolarisation, l’alphabétisation et l’alphabétisation fonctionnelle a été effective sur toute l’étendue du territoire national. La rentrée andragogique 2021-2022 qui intervient deux semaines après la rentrée scolaire de cette année augure de bonnes perspectives regard de l’engouement constaté dans les différents centres visités par la délégation conduite par le Directeur de cabinet par intérim du ministre en charge de l’enseignement primaire.

Effectuée en trois temps, cette descente a permis aux acteurs du système éducatif de visité d’abord, dans la matinée,  le centre de rescolarisation Loango Marine de Kinsoundi, l’Institut des Jeunes Sourds et le Centre de rééducation de Ngamakosso. La ronde s’est poursuivie dans l’après-midi, au centre d’alphabétisation Mama Elombé de Ouenzé et au centre Post-alphabétisation Marie Géneviève MALOUMBI avant de la terminer, le soir par la visite des centres d’alphabétisation et post-alphabétisation Makélékélé et de Poto-poto. A l’école de l’Union africaine, le directeur de cabinet a doté le centre d’un groupe électrogène, des lampes solaires et d’autres outils didactiques. Une descente au cours de laquelle le Directeur de cabinet par intérim, David BOKE,  accompagné de la Directrice générale de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle, Laure MATONGO et de plusieurs responsables, est allé encourager ces jeunes qui ont choisi de renouer avec l’école.

La forte mobilisation des apprenants constatée en ce premier jour de la rentrée andragogique dans les centres a réjoui le directeur de cabinet. Un engouement  à la hauteur des initiatives mises en œuvre par la Directriction générale de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle, à l’instar des campagnes de sensibilisation qui sont organisées  chaque année depuis quelques temps, dans le but d’amener les décrochés scolaires à saisir les opportunités que leur offre l’alphabétisation.

« Nous sommes très heureux de constater que les enfants et les encadreurs ont répondu présent dès le premier jour de la rentrée», a souligné en substance le directeur de cabinet.

La réduction du taux d’alphabétisme et de l’illettrisme en République du Congo qui est l’objectif principal poursuivi par le gouvernement en développant trois programmes dont la rescolarisation, l’alphabétisation et l’alphabétisation fonctionnelle constitue un enjeu majeur pour le Congo. Le capital humain étant quelque chose de fondamental pour le développement  d’un pays, investir dans la lutte contre l’analphabétisme et l’illettrisme permettra d’augmenter les chances d’un développement réussi dans plusieurs domaines.

L’éducation andragogique, qui s’adresse aux personnes ayant abandonné les études, à ceux présentant des difficultés dans leur parcours scolaire et à ceux n’ayant pas eu l’opportunité d’aller à l’école pour quelques raisons que ce soit, devient une aubaine que ces derniers doivent saisir pour mieux s’en sortir.

Les trois programmes spécifiques mis en œuvre visent donc l’amélioration des compétences  des apprenants en tenant compte des compétences déjà acquises et des difficultés que présente chaque apprenant inscrit. Si la ré-scolarisation se propose d’améliorer le socle de compétences des élèves décrochés et en difficulté d’adaptation scolaire, l’alphabétisation concerne les adultes : un programme développé l’après-midi et le soir qui se propose d’installer des connaissances de base chez les adultes tandis que l’alphabétisation fonctionnelle est quant à elle directement liée à l’apprentissage d’un métier pour favoriser l’intégration socio-économique des apprenants.

Photo : Les élèves inscrits pour l’alphabétisation lors de la visite

Contacts de notre rédaction : gcm.rédaction16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : +242 06629 92 35

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le plus populaire

To Top
Translate »