CONGO / PROJET DURQUAP : LES MEMBRES DES COLODES ET CGDC DE BRAZZAVILLE FORMES SUR LE MANUEL DES PROCEDURES EN RECRUTEMENT HIMO - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Société

CONGO / PROJET DURQUAP : LES MEMBRES DES COLODES ET CGDC DE BRAZZAVILLE FORMES SUR LE MANUEL DES PROCEDURES EN RECRUTEMENT HIMO

L’équipe de  maitrise d’œuvre sociale (MOS) du Projet de développement Urbain et de restructuration  des quartiers précaires (DURQUAP)  a organisé le vendredi 28 aout 2020 à Brazzaville, un atelier d’imprégnation du  manuel de procédures en  recrutement HIMO (Haute intensité de main d’œuvre) au bénéfice des  membres des Colores    (Comités locaux de développement), des CGDC (Comités de gestion et de développement  communautaire) et des Comités des quartiers Soukissa et Moukoundzi Ngouaka, les deux de Brazzaville qui seront bénéficiaires d’infrastructures et de services de base décents en cours de construction. L’atelier a été animé par le professeur Amadou DIOP, Chef de mission du MOS  et Georges BANKAKA, Ingénieur Génie civile, membre de l’équipe du MOS.

Le manuel de procédures en  recrutement Haute intensité de main d’œuvre est un  document d’une dix sept pages structuré autours des axes ci-après : description et objectifs du projet Durquap approche HIMO, structure et rôles des intervenants, phases d’opérationnalisation du recrutement, procédures de recrutement de la sous traitance, opérationnalisation  de la stratégie nationale HIMO /Durquap par le renforcement  de capacité.

Les approches Himo, présentées  comme gage de «  résultats de bonne qualité, permettent de réaliser des économies et de générer des niveaux élevés de production » , précise le document qui  toutefois, indique  que le processus de pré-sélection  et de recrutement HIMO sera régi par des règles stricts , afin de garantir la transparence et l’équité, sous la coordination conjointe du MOS et de l’entreprise. Des précautions justifiées par d’éventuels abus et exploitations des travailleurs. Par ailleurs, concernant la sous traitance, l’utilisation pour certains travaux des TPE et PME est préconisée, à condition que la domiciliation dans le quartier de celles-ci soit  attestée.

Des chantiers, bien plus que cela, des formations !

Répondant à certaines préoccupations des participants concernant le fait que les chantiers doivent constituer   aussi pour les travailleurs recrutés des lieux de formation  et de renforcement de leur capacités dans un ou plusieurs métiers, Amadou DIOP, Chef de mission du MOS  et Georges BANKAKA, ont martelé que les entreprises adjudicataires  des marchés pour la réalisation des travaux ne devront pas se livrer à la pratique consistant à faire de la rétention des connaissances, caractérisée  entre autres par l’exécution de nuit de certaines œuvres, en l’absence des ouvriers.

Sur la liste des intervenants dans le processus de recrutement, le MOS a un grand rôle à jouer. En effet, celui-ci assure la coordination et le contrôle du processus  de recrutement, l’accompagnement des différents intervenants, le suivi du respect des orientations générales du projet, la médiation sociale (le cas de la gestion des plaintes), le compte rendu au Durquap. 

Les étapes  de l’opérationnalisation du recrutement

Le recrutement du personnel obéit  à six différentes étapes. La première est l’identification des profils de compétences disponible dans les quartiers. Une base de données des compétences validée est transmise aux entreprises adjudicataires. Etape 2, la pré-sélection  du personnel nécessaire par les entreprises adjudicataires, la liste des besoins et des pré-sélectionnés  est transmise à la MOS pour contrôle et validation. Troisième étape, la validation de la liste des présélectionnés qui est transmise à l’entreprise   adjudicataire pour recrutement. Quant à la quatrième étape, elle est relative au recrutement du personnel validé. Celle-ci est suivie du démarrage des travaux, la cinquième. La dernière étape quant à elle s’appelle la capitalisation. Ici le MOS comme dans plusieurs autres fait  partie des intervenants. Il s’agit d’un accompagnement pour la création de TPE (inciter les personnes recrutées à se regrouper en TPE en capitalisant leur expérience  et en se positionnant pour assurer l’entretien des infrastructures).

Les plus vulnérables à identifier comme prioritaires dans les recrutements

L’exécution des travaux  va créer des emplois pour la couche juvénile. Seulement, pense le professeur  Amadou DIOP, les jeunes plus vulnérables devraient être ciblés comme prioritaires dans les recrutements : « …la justice sociale est qu’en fait les plus vulnérables ne soient pas oubliés. Si on essaie de trouver du travail aux jeunes, il faut que les jeunes les plus démunis soient quand même être prioritaires dans les choix ».

Une formation du même registre a déjà été organisée à Pointe noire au mois de juillet, la deuxième ville du Congo, également concerné par le projet Durquap. Signalons que les travaux à proprement parler sur le terrain ont déjà démarré à Brazzaville et  Pointe noire dans les quartiers concernés.

Photo : Une vue de la salle pendant l’atelier

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top