CONGO / PROJET DURQUAP: L’APPROCHE HAUTE INTENSITE DE MAIN-D’ŒUVRE A REDUIT LA PAUVRETE DANS LES QUARTIERS PRECAIRES - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Société

CONGO / PROJET DURQUAP: L’APPROCHE HAUTE INTENSITE DE MAIN-D’ŒUVRE A REDUIT LA PAUVRETE DANS LES QUARTIERS PRECAIRES

L’approche HIMO, haute intensité de main d’œuvre que le projet DURQuaP a adopté dans le cadre de la réalisation des travaux de construction d’infrastructures et d’équipements dans les quartiers Moukoundzi-Ngouaka et Soukissa à Brazzaville, a contribué de manière significative à  la lutte contre la pauvreté grâce à la  grande utilisation de la main d’œuvre locale , améliorant ainsi  les conditions de vie des populations. L’apport de la maitrise d’œuvre social         (MOS) en collaboration avec les Comités locaux de développement a été déterminant dans les recrutements non discriminatifs des jeunes dans les quartiers d’exécution des travaux .

L’une des missions de la Maîtrise d’œuvre sociale (MOS) du projet était de s’assurer que le recrutement de la main d’œuvre, par les entreprises adjudicataires des marchés se fait en priorité dans les quartiers concernés. Ce qui a été effectivement le cas puisque l’objectif est de créer un nombre important d’emplois non-qualifiés ou peu qualifiés facilement accessibles à toutes les catégories de personnes, surtout les plus défavorisées dans les quartiers cibles du projet, a été atteint.

Au total, 18 millions 858 mille Frans CFA de salaires ont été versés en une année aux 219 ouvriersemployés recrutés dans les différents métiers de manœuvres, ferrailleurs, coffreurs, maçons, aide-maçons, gardiens, femmes de ménage. Parmi eux , Van MAKANZA à Moukoundzi Ngouaka qui reconnait les bienfaits de l’approche HIMO dans sa vie sociale: “…. avec la situation de la crise sanitaire, je me suis retrouvé à la maison. Et donc, ce travail m’a  permis de retrouver le sourire.   Les 90.000 Francs   que je gagne chaque mois me permettent de faire face à mes besoins tels que le loyer , l’entretien de mon enfant, l’alimentation et les soins médicaux”. Même son de cloche du coté de Didier Banzouzi, électricien : “Je suis fier de ce que je fais car cela me permet non seulement de contribuer au développement de mon quartier, mais également de subvenir à mes besoins quotidiens. Grace à ce projet, je suis en train d’acquérir une expérience qui me sera sans doute utile dans un futur proche”. Les opportunités de création d’emplois par l’ap­proche HIMO du projet DURQuaP concerne surtout la réalisation de voiries pavées et d’équi­pements et a permis de favoriser principalement l’employabilité dans les quartiers.

Pour parvenir à faire en sorte que les recrutements se fassent dans les quartiers concernés par les travaux dans la transparence et avec professionnalisme, le MOS a mis en place une procédure qui consiste à constituer pour chaque quartier une base de données des métiers disponibles de   Moukoundzi-Ngouaka et Soukissa ,   validée avec les acteurs locaux et transmis au DURQuaP pour avis. Après autorisation du DURQuaP, l’équipe de la MOS a transmis les bases de données aux entreprises adjudicataires.

Il convient de noter qu’en termes de résultats obtenus, l’approche HIMO a permis de  créer de façon significative un plus grand nombre d’emplois non-qualifiés ou peu qualifiés facilement accessibles à toutes les catégories de personnes surtout les plus défavorisées ; de  fournir un effet levier grâce à l’impact des investissements et promouvoir un développement économique territorial ; de faciliter le transfert des compétences aux jeunes qui seront utiles dans l’entretien et la pérennisation des équipements ; d’ impliquer les acteurs locaux et de ce fait une meilleure acceptabilité du projet.

L’approche HIMO, une vrai opportunité d’emplois dans les pays en développement

Dans la plupart des pays en développement ayant une offre importante de main-d’œuvre sous-employée, les approches HIMO sont devenues un élément important des stratégies de création d’emplois dans le cadre des programmes d’infrastructures. Elles constituent une alternative viable et rentable aux méthodes à haute intensité d’équipements, si elles sont bien gérées. Les approches HIMO donnent des résultats de bonne qualité, permettent de réaliser des économies et de générer des niveaux élevés de production.

Toutefois, les méthodes HIMO comportent des risques liés à d’éventuelles abus et à une exploitation des travailleurs si des législations du travail  adaptées ne sont pas élaborées et mises en œuvre. C’est pourquoi, le processus de pré-sélection et de recrutements HIMO est régi par des règles strictes afin de garantir la transparence et l’équité, sous la coordination conjointe du MOS et de l’entreprise.

En rappel, le projet de développement urbain et de restructuration des quartiers précaires est un projet du Gouvernement de la République du Congo financé et mis en œuvre conjointement avec la Banque mondiale pour une durée de cinq ans, de 2016 à 2021. Le montant du financement s’élève à 120 millions de dollars américains, dont 80 millions de dollars pour la Banque mondiale et 40 millions de dollars pour le Congo. Placé sous la tutelle du ministère de l’Aménagement du territoire et des Grands travaux, le DURQuaP  à pour l’objectif  d’une part, d’améliorer le cadre de vie des quartiers précaires sélectionnés de Brazzaville et Pointe de Noire, en  permettant à la population d’avoir accès aux infrastructures et aux services de base décents et d’autre part, de renforcer les capacités de gestion des autorités nationales et locales.

Photo : Les jeunes recrutés en plein travail dans le quartier Soukissa ( Crédit MOS Durquap)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top