CONGO: LE PROFESSEUR ROLAND MOUKSON PROUVE LES FAILLES DE CERTAINES FORMULES SCIENTIFIQUES CONVENTIONNELLES

199

C’est le lundi 10 juin 2019 que Roland MOUKSON a exprimé son regret d’avoir enseigné, des années durant, des  faussetés à ses étudiants. Ce regret découle de ses nouvelles découvertes qui aujourd’hui l’amènent à remettre en cause  certaines formules mathématiques utilisées travers le monde depuis des siècles tandis qu’elles sont  faussées à la base. Ce Congolais formé l’université Einstein Euristic School d’Hawaï en Amérique dit détenir les arguments solides pour convaincre la communauté  scientifique sur le bien-fondé de ses  thèses et proposer des solutions adaptées.

Au cours d’une conférence débat organisée à Brazzaville, dans le cadre du programme élitiste et populaire de la Caravane Kongo Sunga qui vise à montrer que l’Afrique prend l’avant-garde de la marche de l’histoire, le professeur Roland MOUKSON a démontré les failles de quelques formules mathématiques. Des faussetés inacceptables que la communauté scientifique n’a su déceler depuis des décennies et qu’on continue à enseigner dans les écoles, à travers le monde, pense-t-il.

Docteur en Ingénierie, Contre expert professeur chercheur en  génie mathématiques et  physique des hautes énergies des universités Euristiques, Roland MOUKSON  , actuel  responsable du Laboratoire universitaire de contrôle, correction, complément et création des théories scientifiques de l’Association internationale pour l’avancement des sciences, basé à Pointe Noire,   est arrivé à détecter des  formules qui ne sont pas en adéquation avec  la réalité, et se bat pour le faire comprendre aux scientifiques du monde afin de les parfaire. Pour ce chercheur, l’expression en mathématique  d’un phénomène physique nécessite un système de coordonnées et des formules de base pour la modélisation. Or, soutient-il, «  lorsqu’on gratte on se rend compte que ces formules sont logiquement et numériquement incohérentes par rapport à la réalité, mais le cerveau ne se rend pas compte, même celui du savant. Il y a beaucoup de faussetés…».

Dans ces travaux de recherche, le professeur a épinglé plusieurs cas de faussetés.  Ces erreurs monumentales portent  entre autres, sur les dimensions  de l’espace-temps, le volume d’une pyramide à base triangulaire. Dans ses démonstrations, le Chercheur congolais bat en brèche la thèse d’Hermann MINKOWSKI, qui fixe les dimensions de l’espace-temps à quatre (4). Pour le congolais, ces dimensions ne devraient  se limiter à quatre mais plutôt à six (6)  tout en précisant que « C  vitesse de la lumière n’est pas un scalaire comme elle est considérée dans l’espace temps à quatre dimensions».  Au sujet du volume d’une pyramide à base triangulaire, il a fait sa contre-expertise expérimentale du volume classique  V=1/6 abc ,  et est parvenu,  après démonstration, au résultat  V=1/4 abc  , démonstrations  à lire dans la page manuscrite que le professeur a remise à notre rédaction pour mieux appuyer ses  thèses.

Le  Congo sera-t-il à l’origine des nouvelles mathématiques modernes ?

Le professeur MOUKSON est convaincu de la pertinence de ses analyses et croit que le Congo sera à base des grands changements dans le domaine des sciences. Il invite ainsi les Congolais à espérer et croire en ses convictions : « Nous avons tout ce qu’il faut pour aller de l’avant. Soyons sûrs de ce que les ingénieurs et savants apportent parce qu’ils sont déjà là ». L’enseignement mathématique actuel qu’il dit contenir des failles monumentales devrait connaitre des mutations grâce à ses nouvelles vérités  qu’il veut dévoiler à la communauté scientifique.

« Nous allons d’abord montrer ces failles et après nous donnerons les clés,  parce que quand on dit que cette maison a des fissures il faut proposer une autre plus robuste. Nous avons donc tout ce qu’il faut pour proposer pour mathématiques nouvelles de l’ingénierie scientifique qui vont révolutionner la technologie. Les calculatrices que nous avons aujourd’hui certaines fonctions  vont être balayées quand l’homme va se rendre compte qu’il était dans le sommeil »,  a-t-il précisé.

Il est à noter que le professeur a dit avoir fait parvenir en 2017 ses travaux  à plus de douze(12)  grandes universités et institutions internationales et  continue d’attendre une contre-expertise venant des scientifiques du monde.  Il s’agit entre autres  de : MIT, Harvard, CNRS, Royal society,  Göttingen, Princeton, Nasa, etc.   « C’est la vérité qui est  déjà entre leur mains parce qu’ils ont déjà beaucoup des travaux .Je dis de faire une contre-expertise et avec les spécialistes d’ici ou ailleurs jusqu’alors nul n’est venu dire le contraire de ce que j’ai proposé».

Au sujet  des faussetés qu’il  regrette d’avoir enseigné, le professeur a indiqué  que les vérités scientifiques semblent revêtir un caractère dogmatique : « On est comme à l’église , on ne peut pas déclarer une vérité tant que la communauté scientifique ne dise pas son dernier mot mais est-ce que la vérité est l’apanage d’un peuple, d’une nation ou d’un groupe d’hommes ? (…)  nous allons montrer cas par cas, c’est pour cela qu’on veut que les professionnels soient là. J’étais à la faculté des sciences de l’université Marien NGOUABI jusqu’alors ils ne m’ont pas montré les éléments faux tandis que j’ai montré ce qui ne va pas. Et ça sera de même avec les scientifiques du monde entier  parce que la vérité on ne peut pas la cacher. Elle contient elle-même la force de construction et de destruction».

A noter que le chercheur congolais est disposé à débattre avec tous ceux qui pensent le contraire.

Photo : Pr. Roland  MOUKSON après ses démonstrations (Droits réservés)

Contacts de notre rédaction : gcm.redaction16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : 00242 06629 92 35




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *