CONGO/PRÉSIDENTIELLE: « AUCUN BUREAU DE VOTE NE SERA IMPLANTÉ DANS UNE CASERNE », RASSURE HENRI BOUKA - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
PRESIDENTIELLE 2021

CONGO/PRÉSIDENTIELLE: « AUCUN BUREAU DE VOTE NE SERA IMPLANTÉ DANS UNE CASERNE », RASSURE HENRI BOUKA

Le Président de la Commission Nationale Électorale Indépendante (CNEI), Henri BOUKA, a échangé avec les journalistes, le jeudi 04 mars 2021 à Brazzaville, sur le déroulement du scrutin présidentiel qui aura lieu le 17 mars prochain pour les agents de la force publique et le 21 mars 2021 pour le vote général. Au cours de cette rencontre le président de l’organe en charge de l’organisation des élections a fixé l’opinion sur un certain nombre des points essentiels dont le corps électoral général provisoire chiffré à deux million cinq cent quarante-cinq mille cinq soixante-dix-huit (2.545.578).

Article écrit avec Rieltony LOUBOKO, journaliste stagiaire

L’élection présidentielle pointe à l’horizon, et plusieurs interrogations se soulèvent quant à la manière dont celle-ci va se dérouler sur l’étendue du territoire national. Dans cette optique le président de la CNEI, Henri BOUKA a donné des éclairages sur le processus en cours et rassuré que la commission travaille pour garantir une organisation libre, transparente et apaisée du scrutin dans le pays.

 « Notre mission est de veiller à ce que : chaque bureau de vote soit composé comme le veut la loi ;  que les délégués des candidats soient présents dans les bureaux de vote ; que le dépouillement se fasse publiquement immédiatement après la clôture des opérations de vote ; que les résultats soient immédiatement affichés et que copie du procès-verbal consignant les résultats du vote soit remis à chaque délégué des candidats présents dans les bureaux de vote. Nous assurons ainsi la visibilité du processus et la sincérité des résultats qui vont en résulter », a détaillé le Président de la CNEI.

Pour garantir un meilleur déroulement de ce scrutin dans la transparence, le président de la CNEI s’est voulu rassurant face aux professionnels des médias. La commission a édité une brochure pour attirer l’attention de tous les acteurs (candidats, électeurs, militants et sympathisants). Un document de contenant  dix-huit (18) dispositions qui garantissent à la fois la transparence, le caractère juste et sincère des résultats électoraux, a-t-on appris.

Une vue des journalistes présents

« Une autre garantie c’est la présence dans chaque bureau de vote d’une équipe composée d’un président qui représente l’administration et puis d’un premier vice-président des accesseurs. Un accesseur des partis de la majorité, un deuxième des partis de l’opposition, un troisième des partis du centre, un quatrième de la société civil  et un secrétaire. A cela s’ajoute le fait que dans tous les bureaux de vote, chaque candidat a le droit d’être représenté par un délégué de son choix qui suit de bout en bout le déroulement du scrutin et qui a le droit de faire inscrire au procès-verbal des élections tous les éléments nécessaires dans l’intérêt de son candidat », a-t-il indiqué avant de poursuivre « Il y a aussi la présence des observateurs nationaux et internationaux ainsi que celle des membres de la cours constitutionnelle qui sont chargés de veiller à la régularité de l’élection présidentielle. En dépit de toutes ces garanties, notre souverain absolu c’est la loi qui doit être respectée par tous, comme le recommande l’article premier de notre constitution qui dit que le Congo est un état de droit».

Un corps électoral définitif en attente

Se prononçant sur le nombre exact des congolais qui iront voter lors de ce scrutin, Henri BOUKA a précisé que l’opération de révision  des listes électorales lancée en janvier dernier a permis d’enregistrer, en termes de nouveaux inscrits, un total de trois cent trente-cinq mille (335.000) demandes. Des demandes qui devraient être validées par les commissions  administratives de révision avant que les demandeurs ne soient intégrés sur la liste électorale.

« Nous attendons les listes provisoires pour savoir si les 335.000 demandes de nouvelles inscriptions ont été agrées. En ce qui concerne le vote général, nous avons aujourd’hui un corps électoral provisoire de deux million cinq cent quarante-cinq mille cinq soixante-dix-huit (2.545.578) électeurs ». Il s’agit d’un corps provisoire composé du corps issu des élections législatives et locales de 2017 auquel ont été ajoutés les nouveaux inscrits de 2021.

En ce qui concerne la situation des personnes qui figurent dans les listes électorales, mais qui ont perdu leur carte nationale d’identité à cause des guerres ou d’autres événement malheureux comme cela a été le cas dans le département du Pool, le président de la commission a déclaré : « Ces personnes doivent se rapprocher des services compétents de l’Etat sous présentation des pièces d’état civil qu’ils détiennent déjà afin qu’on leur délivre des pièces nationales d’identité avant la date du vote général. La situation de nos amis du Pool sera prise en compte car ils ne peuvent pas être privés du droit de voter. Et dans les bureaux de vote, les gens ne manqueront pas de discernement».

Les agents de la force publique retirés de la liste  électorale générale

Au sujet du vote anticipé des agents de la force publique, le Président de la CNEI a levé le doute sur les lieux d’implantation des bureaux de vote où les agents de l’ordre iront exercer leur devoir citoyen. « Aucun bureau de vote ne sera implanté dans une caserne, il n’en sera jamais ainsi parce que la loi l’interdit. Ce vote sera ordinaire comme tous les autres », a-t-il fait savoir.

Pour éviter que les agents de l’ordre votent doublement, des dispositions ont été prises au niveau de la commission. Il s’agit, entre autres, du retrait de ces derniers de la liste électorale générale : « Instruction a été donnée pour que les agents de la force publique soient retirés des listes électorales générales. En principe, le 21 mars nous n’aurons aucun agent de l’ordre sur la liste générale. Par contre, les agents déjà admis à la retraite figureront sur cette liste », a-t-il expliqué.

A noter que pour le déroulement de cette élection cinq mille sept cent soixante-dix-huit (5778) bureaux de votes seront implantés sur l’étendue du territoire national. Ces bureaux seront ouverts de sept heures à dix-sept heures les jours de vote. Par ailleurs, Henri BOUKA a annoncé le lancement imminent de l’opération de distribution des cartes d’électeurs.

Photo : Le Président de la CNEI lors de la conférence de presse

Contacts de notre rédaction : gcm.redaction@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : +24206 629 92 35

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top