CONGO : UN PLAIDOYER POUR COMBLER LES 6 MILLIARDS DE GAP DU PROGRAMME DDR DANS LE POOL

71

C’est une offensive diplomatique que le gouvernement du Congo vient de lancer pour mobiliser des fonds, un peu plus de 6 milliards de francs CFA, qui, avec les deux milliards rendus disponibles par Brazzaville, vont contribuer au financement du programme Désarmement-Démobilisation/réinsertion des Ex combattants et réintégration communautaire dans le département du Pool. Le jeudi 4 octobre 2018 au ministère des affaires étrangères, Euloge Landry KOLELAS ministre –Haut commissaire à la réinsertion des ex combattants a présidé une table ronde qui a regroupé les ambassadeurs de plusieurs puissances étrangères, de l’Union Européenne et les Nations Unies, en leur qualité de potentiels contributeurs au budget du programme établi à 8 milliards 300 millions de francs CFA.

«  Force est malheureusement de constater que le contexte économique et financier national actuel ne peut, en toute objectivité, permettre à notre pays de financer entièrement ce programme. C’est ce qui justifie à n’en point douter , la campagne de plaidoyer sur la mobilisation des ressources financières nécessaires à la mise en œuvre de ce programme dont la table ronde de ce jour en est le point de départ ». Ainsi s’est exprimé le ministre congolais lors de cette réunion avec les partenaires bilatéraux et multilatéraux.

A propos du programme DDR…

Euloge Landry KOLELAS l’a présenté comme un «  programme dont la vocation principale est de contribuer à la pacification , la sécurisation du département du Pool et partant à la stabilisation économique du Congo, présente des enjeux économiques et sociopolitiques de taille, au-delà même de la sphère nationale ». Dans le détail, ce programme, dans la composante désarmement concerne entre autres la collecte mobile des armes, l’identification et l’enregistrement, la sécurisation des armes, la destruction des armes. Dans la composante démobilisation / réinsertion le projet s’intéresse à l’engagement des ex combattant, la fourniture de kits de démobilisation, la prise en charge psycho sociale et médicale, la mise en œuvre des activités à haute intensité de main d’œuvre ou encore l’organisation de ninjas en groupe d’intérêt économique. Enfin dans la composante Réintégration communautaire, le projet table sur l’indentification et l’élaboration micro projets, le suivi des micros projets des bénéficiaires (ex combattants et communautés).

Il est à noter que la durée de mise en œuvre de ce programme est de quatre ans et la composante la plus budgétivore est la composante réintégration qui consomme 56 %. La coordination et la gestion du projet consomme 21 % du budget, la démobilisation et réinsertion 11 % et le désarmement 10% .

Photo : Une vue de la salle pendant  la réunion ( Crédit Groupe Congo Médias)

Contacts de notre redaction : gcm.redaction16@gmail.com Tél et whatsapp : 00242 06 62992 35




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *