Education

CONGO/PDCE-EMPLOYABILITÉ: PRÈS DE 5000 JEUNES VULNÉRABLES BÉNÉFICIERONT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

Dans une période de douze mois maximum, les jeunes sélectionnés seront formés sur les métiers de leurs choix qui portent sur: la maçonnerie; le carrelage; la tôlerie peinture; la plomberie; la topographie ; l’infographie ; le froid et la climatisation. A ces métiers de bâtiments et travaux publics s’ajoutent ceux  de l’agropastoral et de l’agroalimentaire, notamment l’élevage porcin ; l’élevage avicole; l’aulacodiculture ; la pisciculture; la transformation des produits carnés, laitiers et halieutique fruits l’arboriculture et le maraîchage. Les métiers de l’industrie à savoir la soudure industrielle, la tuyauterie, la mécanique-automobile, la mécanique générale et l’électricité, la chaudronnerie ainsi que les métiers de  service comme  la cuisine, couture, la pâtisserie, la broderie et la coiffure.

Le Ministre de l’enseignement Technique et professionnel, Ghislain Thierry MAGUESSA EBOMÉ, a officiellement lancé, le mardi 16 novembre 2021 à Brazzaville, les formations des jeunes vulnérables sélectionnés par le Projet de développement des compétences pour l’employabilité(PDCE). Ils sont 4.837 jeunes bénéficiaires de ces formations gratuites organisées par ce projet mis en œuvre grâce à l’appui financier de la Banque mondiale.

Après la formation et la sortie des jeunes apprentis de la première et deuxième cohorte en auprès des maîtres artisans, le Projet de développement des compétences pour l’employabilité(PDCE) a lancé le 16 novembre dernier les formations de la troisième et dernière cohorte des jeunes vulnérables sélectionnés à Brazzaville et à Pointe-Noire, deux principales villes de la république du Congo.

Placée sous le patronage du Ministre de l’enseignement Technique et professionnel, Ghislain Thierry MAGUESSA EBOMÉ, la cérémonie de lancement, qui a connu la participation de la Représentante de la Banque mondiale, Korotoumou OUATTARA, a permis de fixer l’opinion sur le contexte et l’importance de ces formations qui vont contribuer à redonner espoir à ces jeunes vulnérables en situation de décrochage scolaire.   

Dans une période de douze mois maximum, les jeunes sélectionnés seront formés sur les métiers de leurs choix qui portent sur: la maçonnerie; le carrelage; la tôlerie peinture; la plomberie; la topographie ; l’infographie ; le froid et la climatisation. A ces métiers de bâtiments et travaux publics s’ajoutent ceux  de l’agropastoral et de l’agroalimentaire, notamment l’élevage porcin ; l’élevage avicole; l’aulacodiculture ; la pisciculture; la transformation des produits carnés, laitiers et halieutique fruits l’arboriculture et le maraîchage. Les métiers de l’industrie à savoir la soudure industrielle, la tuyauterie, la mécanique-automobile, la mécanique générale et l’électricité, la chaudronnerie ainsi que les métiers de  service comme  la cuisine, couture, la pâtisserie, la broderie et la coiffure.

Le Présidium de la cérémonie de lancement des formations

Ces formations initiées dans le but de favoriser l’insertion socio-professionnelle de ces jeunes défavorisés devraient permettre aux bénéficiaires de s’autonomiser en s’inscrivant dans une dynamique entrepreneuriale. Une orientation prônée par le Ministre MAGUESSA qui a exhorté les animateurs de ces formations à accorder une attention particulière à la situation professionnelle des jeunes après la formation. « Les prestataires de formation, les maîtres artisans ont la lourde responsabilité de façonner l’esprit d’entreprise dans la conscience des jeunes formés, afin qu’ils deviennent des vrais acteurs de la diversification de l’économie nationale », a-t-il souligné.

La représentante de la Banque mondiale au Congo, a de son côté, indiqué que la nouvelle sous-composante dédiée au fonds compétitif est un aspect important qui contribuera à l’auto emploi en plus de renforcer l’employabilité des jeunes.

Le ministre a indiqué que les formations de cette troisième cohorte, qui va clôturer l’aventure du PDCE concernent 5000 jeunes et fera passer le nombre des jeunes formés et qualifiés à plus de 10.000, depuis la mise en œuvre du Projet de développement des compétences pour l’employabilité.

Lancé en 2014 avec un financement de trente-deux millions (32.000.000) de dollars prévu au départ pour atteindre quinze mille (15000) jeunes vulnérables, le PDCE  a connu quelques difficultés qui ont conduit à sa restructuration en juin 2018. Restructuration à suite de laquelle le projet a vu son financement réduit  à quinze millions (15.000.000)  de dollars pour atteindre environ six mille cinq-cents jeunes. Dans sa mise œuvre, le projet a pu former deux  5163 jeunes en deux cohortes avant de bénéficier, en 2020, d’un financement additionnel de quinze millions (15.000.000) de dollars auprès de la Banque mondiale, à la demande du gouvernement de la république, en vue de former 5000 jeunes vulnérables supplémentaires avant la clôture dudit projet.   

Photo: Le ministre, la représentante de la banque mondiale, la maire de Bacongo et les bénéficiaires

Contacts de notre rédaction : gcm.redaction16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : +242 06 629 92 35

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le plus populaire

To Top
Translate »