CONGO /LIBERTE DE LA PRESSE: L’OCDH SOUHAITE DES REFORMES ET PLAIDE POUR LE FINANCEMENT DES MEDIAS

42

Le Président  du Conseil  supérieur de la liberté de Communication, Philippe MVOUO  a reçu le mardi 12 février 2019  NZILA KENDET Trésor, Directeur Exécutif de l’Observatoire Congolais des droits de l’Homme. L’activiste des droits de l’homme est venu recueillir des informations  sur la pratique de la liberté de la  presse au Congo, ceci dans l’optique de la  préparation du rapport annuel de l’organisation. Pour Trésor NZILA «… il faut bien qu’il  y ait suffisamment de réformes pour permettre aux journalistes de travailler en toute liberté et il y a aussi cette question de financement de la presse ».

Nous sommes en train de préparer notre rapport annuel sur  les droits de l’homme au Congo. Conformément à notre méthodologie nous avons pensé rencontrer  un certain nombre   d’institutions  pour échanger avec elles, pour prendre des informations officielles sur les avancées accomplies  mais aussi les défis. C’était aussi l’occasion de discuter  des cas concrets qui sont portés à notre attention. Il était donc de bons alois que j’échange avec le Président du Conseil Supérieur de la Liberté de communication pour décortiquer les allégations que nous avons enregistrées en ce qui concerne les atteintes aux à la liberté de la presse. Notre rencontre s’est bien déroulé et le Conseil a donné des justifications sur un certain nombre de choses et a aussi mis à notre disposition les travaux engagés courant 2018. Toutes les informations que nous avons reçues vont être analysées et certaines vont paraitre dans notre rapport annuel.

Trésor NZILA   a  par ailleurs été interrogé sur  la  liberté de la presse au Congo. Pour lui, la perception de cette liberté est  relative : «  Elle peut être sujette à plusieurs interprétations. Nous n’avons pas les mêmes sensibilités ! Nous en tant que défenseurs des droits de l’homme on peut ne pas avoir la même  sensibilité que le Conseil ou les journalistes eux même. Mais il faut dire que nous avons besoin de plus de liberté pour la presse. La liberté n’est pas totale, il faut bien qu’il  y ait suffisamment de réformes pour permettre aux journalistes de travailler en toute liberté et il y a aussi cette question de financement de la presse. Mais il faut aussi souligner, comme l’ont dit  les membres du Conseil, que des non professionnels s’engagent dans ce métier de journaliste et ils  font un travail pas professionnel ».

Photo : Trésor NZILA KENDET répondant aux questions des journalistes au sortir de l’audience.

Contacts de notre rédaction : gcm.redaction16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : 00242 06629 92 35




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *