Société

CONGO : LES COMMERÇANTS ETRANGERS BRAVENT SANS SUCCES L’AUTORITE DE L’ETAT DANS LA VILLE DE POINTE NOIRE

Boutique d’alimentation, magasins pour pièces d’automobiles, galeries pour téléphones, super marchés, restaurants bref, aucun commerce tenu par un sujet ouest africain n’était ouvert après 9 heures le vendredi 23 mars 2018. L’alerte lancée par ces commerçants s’est propagée telle une trainée de poudre dans tous les arrondissements de la ville de Pointe noire. Ces commerçants protestaient contre la décision des autorités congolaises leur imposant d’inscrire désormais leurs travailleurs à la Caisse nationale de sécurité sociale.

Vendredi 23 mars 2018 matin , des agents de la caisse nationale de sécurité sociale CNSS , accompagnés de ceux de la force publique sillonnent les magasins et boutiques des commerçants étrangers pour diffuser auprès des responsables de ceux-ci le message leur faisant obligation de dorénavant verser à la CNSS les cotisations sociales pour les personnes qu’ils emploient. Une disposition qui n’a pas été du goût de ces commerçants. Certains ont voulu manifester leur opposition en tentant de s’en prendre physiquement aux agents de la force publique qui ont su réagir au nom de la loi et des pouvoirs qui leur sont délégués. Ainsi, la peur née de cet échec d’opposition physique a conduit à cette attitude de fermeture des commerces, avec au passage une campagne de désinformation sur la mission des commis de l’Etat.

Des répercussions moindres dans l’ensemble sur les populations…

Il faut dire que ce mouvement n’a pas eu de grands impacts sur le quotidien des Ponténégrins, comme l’imaginaient ou le souhaitaient vraisemblablement les « grévistes », même s’il fait tout de même relativiser selon les quartiers. Ce qui est important de noter c’est le fait que cet abandon des Ouest africains a plutôt profité aux commerçants congolais qui ont fait du chiffre, en cette période difficile économiquement parlant. Ceux qui ont fait les frais de cet arrêt d’activité, ce sont ceux qui étaient à la recherche des pièces mécaniques, électriques ou électroniques, des secteurs essentiellement contrôlé par les ouest africains .Les autorités préfectorales ont convoqué une réunion d’urgence pour remettre les choses sur les rails. Une réunion qui a porté des fruits puis qu’avant la tombée de la nuit certains commerces fermés avaient rouvert leurs portes. La partie des commerçants ouest africains a proposé la mise en place en interne d’une commission qui serait chargée d’accompagner les fonctionnaires de la CNSS dans leur mission de sensibilisation sur le terrain, à la place des agents de la force publique dont l’ombre leur ferait peur.

Photo : Une avenue de la ville de Pointe noire (Droits réservés)

Cet article a été rédigé sur la base de l’intervention téléphonique de Yann ORION, journaliste à la radio NTI FM de Pointe noire , correspondant de l’émission Bonjour le Congo produite par notre agence et diffusée sur un réseau de radios à travers de Congo et sur notre site internet.Vous pouvez écouter l’intervention audio de Yann ORION dans l’émission du 30 mars 2018

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le plus populaire

To Top
Translate »