Société

CONGO : L’ASSOCIATION « AVENIR NEPAD » REAFFIRME SON PLAIDOYER POUR LE DROIT A L’AVORTEMENT

Cette association qui œuvre au Congo depuis plusieurs années dans la lutte contre  les violences à l’égard de la femme et de la santé sexuelle, a capitalisé la journée internationale du droit à l’avortement célébrée le 28 septembre de chaque année pour réitérer son engagement pour l’adoption par le pays d’instruments juridiques consacrant le droit à l’avortement légal et médicalisé. Une démarche qui  viendrait ainsi, arrimer le pays aux engagements pris au niveau international comme, la ratification du  Protocole de Maputo appelant  les Etats à « Protéger les droits reproductifs des femmes, particulièrement en autorisant l’avortement médicalisé », et que le pays a signé en 2004 et ratifié en 2011.

Dans une communication délivrée au siège de l’association à Brazzaville le vendredi 27 septembre 2019, Ornaël Mikhael DJEMBO, Chargé des programmes de l’association a mis en exergue le fait que la pratique de l’avortement est fréquente chez les femmes congolaises, alors que, précise –t-il, au Congo le droit à l’avortement n’existe pas. Que ce soit  dans le Code la famille ou le  dans  Code pénal, dans la loi Potignon,  ou encore dans le Code de déontologie des professions des affaires sociales de la santé, le recours à l’avortement est interdit.

Au regard de ces dispositions juridiques, fait  constater l’association, même les avortements pratiqués pour les cas de grossesses extra utérines  ne devraient pas l’être car ne reposant sur aucune disposition légale ou réglementaire : « …mais nous savons que dans la pratique les médecins et les gynécologues ont l’habitude lorsque par exemple il s’agit d’une grossesse extra utérine  de pratiquer l’avortement. C’est dans toute illégalité parce qu’il n’y a pas de texte ! Juridiquement parlant ils ne sont pas couverts ».

Le plaidoyer  d’Avenir Nepad va donc dans le sens de donner la possibilité de façon officielle aux femmes qui le désirent d’accéder à ce service pourtant pratiqué même par des professionnels  de la santé,   et aux femmes qui ne sont pas intéressées par celui-ci de ne pas y recourir. Il est donc question , a martelé Ornaël Mikhael DJEMBO de « permettre  aux femmes de jouir pleinement de leur droit sexuels et reproductives en mettant un accent particulier sur le droit l’avortement sûr, légal et médicalisé (…) il faut mener un plaidoyer auprès de décideurs politiques pour que l’environnement juridique soit favorable à la légalisation , à la décriminalisation de l’avortement ».

L’association  Avenir Nepad, pour argumenter, s’appuie sur des statistiques découlant des enquêtes menées par des institutions de l’Etat, notamment l’Institut National de la Statistique. En effet, l’enquête démographique et de santé précise que  « La proportion de femmes ayant déclaré avoir avorté au moins une fois au cours de leur vie est de 23 % ; Depuis 2006, 13 % de femmes ont déclaré avoir avorté au moins une fois ; dans 56% des cas, les femmes qui ont avorté au moins une fois depuis 2006 l’ont fait avec l’assistance d’un médecin ».

Le Congo, pays  à double vitesse

L’article 14 du Protocole de Maputo qui est un instrument juridique de l’Union Africaine sur lequel s’appuie Avenir Nepad,  appelle les Etats à « protéger les droits reproductifs des femmes, particulièrement  en autorisant l’avortement médicalisé, en cas d’agression sexuelles, de viol, d’inceste et lorsque la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la mère ou la vie de la mère ou du fœtus ». Pour cette association, le fait qu’au niveau national l’arsenal juridique criminalise  l’avortement, fait du Congo un pays à double vitesse qui devrait plutôt réviser ses lois pour qu’elles soient en harmonie avec le Protocole de Maputo ainsi que d’autres engagements internationaux.

Signalons que la journée internationale du droit à l’avortement est célébrée cette année sur le thème « L’avortement c’est la vie ».

Photo : Ornaël Mikhael DJEMBO  délivrant son message à la presse (Crédit Groupe Congo Médias)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top