CONGO : LA FEDERATION DE JUDO BRAVE LE MINISTERE DES SPORTS DANS LE DOSSIER DE L’ASSEMBLEE GENERALE - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Sports

CONGO : LA FEDERATION DE JUDO BRAVE LE MINISTERE DES SPORTS DANS LE DOSSIER DE L’ASSEMBLEE GENERALE

Le président de la fédération congolaise de judo Marien IKAMA et des membres de son équipe ont martelé lors d’une conférence de pressele lundi 15 février 2021 à Brazzaville sur l’organisation coute que coute le mercredi 17 février de l’assemblée générale élective, bravant ainsi le ministère des sports qui a demandé son annulation. Pour le gouvernement, la condition pour l’organisation de cette assemblée générale est la production d’un rapport d’étape par le comité de normalisation qui était mis en place à l’effet derégler définitivement la lancinante question du corps électorale qui est la principale pomme de discordeayant fait avorter l’assemblée générale du 27 novembre 2020.

Reportage réalisé avec Gad TATY, journaliste stagiaire

Il n’y a pas eu de langue de bois pour Marien IKAMA qui s’est exprimé en ces termes :«…le ministre des sports nous a demandé d’annuler l’assemblée générale élective . Moi je vous confirme ici qu’il y aura assemblée générale (…) nous allons travailler dans le respect des recommandations de la fédération internationale de Judo ». La fédération internationale de judo qui s’est vu confié le pilotage du comité de normalisation a en effet fixé, conformément à ses missions, la date de la très attendu assemblée générale au 17 février. « …nous allons faire la volonté de la fédération congolaise de judo car sans eux nous ne sommes rien », a précisé celui qui est aussi membre de ce comité de normalisation.Par ailleurs, Marien IKAMA et des camarades ont soutenu que des dépenses et engagements divers ont déjà été exécutées et pris pour l’organisation de cette assemblée générale, ce qui rendrait impossible l’annulation de l’événement.C’est donc un bras de fer, une vraie guerre ouverte entre d’un côté la fédération et de comité de normalisation, et de l’autre le ministère des sports.

Marien IKAMA et le Secrétaire général par intérim de la fédération, Serge Florent AYA, ont soutenu, parlant du corps électoral, que celui-ci est arrêté à 24 clubs, contre 46 lors de l’élection de 2016, plusieurs autres clubs n’ayant pas été qualifiés cette fois ci parce que coachés par des entraineurs dont les diplômes sont faux, trafiqués par scannage.

Le fameux rapport d’étapes

Le ministère des sports fixe comme condition pour la tenue de l’assemblée générale de la Fecojuda la fourniture du rapport d’étape. Mohamed AZZOUG, expert de la fédération internationale de judo et président du comité de normalisation a confié, a-t-on appris, la chargede le faire à M. SAMBA SAMBA, Directeur des affaires sportives et membre du comité de normalisation. Ce dernier a été par Marien IKAMA à prendre ses responsabilités : « M. SAMBA SAMBA doit rendre compte à monsieur le ministre des sports qui est son chef !(…) pourquoi il ne veut pas dire au ministre que le problème est déjà réglé ? Il ne le dit pas parce qu’il a des intérêts derrière ».

Le mercredi 17 février 2021, l’assemblée générale a bel et bien été organisée à Brazzaville. Celle-ci a vu la réélection de Marien IKAMA à la tête de la fédération congolaise de judo et disciplines associées.

Photo : Marien IKAMA lors de la conférence de presse (crédit First Médiac)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top