Société

CONGO : LA DANGEREUSE CONSOMMATION DU TRAMADOL COMME DROGUE PAR LES JEUNES DE OUESSO

Les jeunes d’Ouesso s’adonnent à la consommation du médicament appelé “tramadol”. Ce médicament légal utilisé comme anesthésie dans les hôpitaux  dans les cas de douleurs graves est devenu une « destination » privilégiée pour les jeunes d’Ouesso qui le prennent parce que celui-ci aurait des effets dopants.

Le tramadol devient ainsi une drogue particulièrement prisée par les jeunes de la ville de Ouesso. Trois jeunes ont été abordés au port d’hydro Congo de la ville pour savoir pourquoi ils consomment le tramadol. Baclor a confié que « cela lui donne la force » . Abiloz lui a dit que le produit dope ses performances sexuelles tandis que César se voit rempli de courage après avoir consommé le médicament.

La consommation de la drogue par les jeunes de Ouesso se fait dans des proportion inquiétantes. En effet, plusieurs témoignages sont écoutés des jeunes, vantant cette drogue. Le directeur départemental de la police nationalede la sangha, le colonel Michel Mayouba que nous avons abordé, confirme que ” les jeunes de Ouesso se livrent à la consommation du Tramadol   et après avoir pris une dose de celui-ci , ils sont facilement repérés par la police et les populations dans les quartiers”. L’hôpital de base de Ouesso confirme recevoir régulièrement des jeunes victimes d’overdose après la consommation du tramadol. Mais ces derniers ne disent pas avoir consommé le médicament. Ils disent plutôt souffrir d’’épilepsie.

Il est à noter que la consommation du médicament influence les comportements des jeunes de la ville de Ouesso car ces derniers deviennent négativement courageux, méchants, impolis, bavards, ils dansent tous seuls dans les rues , allant jusqu’à crier , chanter, prononcer des paroles honteuses.

Ou s’approvisionnent les consommateurs ?

En fait, en pharmacie ce médicament ne se vend que sur ordonnance. Les vendeurs de médicaments de la rue appelés ici manganguistes ne le vendent pas dans le département de la Sangha car cela est interdit par la police. C’est donc dans la contrebande que les consommateurs s’approvisionnent. Les jeunes maitrisent le réseau mafieux pour l’achat du Tramadol . Ils les prennent sans précaution et à volonté. Très ingénieux, ces consommateurs ont trouvé des noms pour coder l’appellation du produit. Ils l’appellent tantôt casier, bébé Lili ou encore diabo.

Photo : Une avenue de la ville de Ouesso (Crédit : Droits réservés)Cet article a été rédigé grâce au reportage audio de Marie BELLA, journaliste à Radio Béni de Ouesso, correspondante de l’émission « Bonjour le Congo » produite par notre agence et diffusée sur plusieurs radios partenaires au Congo et sur notre site .Vous pouvez écouter l’intervention audio de Marie BELLA dans l’émission N°14 du 23 mars 2018

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le plus populaire

To Top
Translate »