CONGO : UN FORUM NATIONAL SUR L’AGRICULTURE ET L’ELEVAGE POUR RELANCER LES SECTEURS.

1777

Le Congo connait actuellement une situation financière particulièrement difficile, conséquence d’une économie mal en point, car fortement dépendante du pétrole dont les cours sont en chute. Les autorités entendent ainsi replacer l’agriculture dans le système économique national pour non seulement réduire le fort taux d’importation des aliments qui se chiffrait à 600 milliards de francs CFA en 2017, créer les emplois, faire participer surtout l’agriculture à la diversification de l’économie. Pour cela, un forum national sur l’agriculture, l’élevage et la pêche de trois jours sera organisé à Brazzaville à partir du 17 avril prochain est censé  poser les jalons de la nouvelle agriculture congolaise. Henri DJOMBO, ministre d’Etat en charge de l’agriculture et de la pêche a présenté l’événement à la presse le vendredi 13 avril 2018.

Le projet de développement de l’agriculture commerciale (PDAC), financé par la Banque mondiale à hauteur de 100 millions de dollars est présentée l’épine dorsale de la relance de l’agriculture congolaise qui dispose de plusieurs atouts comme ces 10 millions d’hectares de terres arables ou encore réseau hydrographique dense.

Le forum national sur l’agriculture, l’élevage et la pêche est présenté comme un cadre de débat sur la politique agropastorale et halieutique , le programme nationale de développement agricole 2018-2022, les avant projets de loi portant règlementation des secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, les textes de création des agences de l’agriculture et de la pêche inspirés des expériences ivoirienne et sénégalaise.

La conférence de presse a été co-animée avec Suze Percy FILIPPINI, Représentante de la FAO au Congo et ETAKI Wa DZON, Représentant par intérim de la Banque mondiale au Congo. Ce dernier, répondant à la question d’un journaliste sur la contrepartie congolaise dans le financement de 100 millions de dollars (50 milliards de FCFA) apporté au PDAC, a indiqué que l’accord de financement exclut la contrepartie congolaise. D’ailleurs, le ministre d’Etat a salué cet apport de la Banque mondiale qui est une contribution au besoin de 1000 milliards de FCFA arrêté par le gouvernement pour la relance inclusive de l’agriculture et de l’élevage dans le pays.

Interrogé sur le contenu des avant projets de loi portant règlementation des secteurs de l’agriculture, de l’élevage qui feront l’objet de débat lors du forum, le ministre d’Etat a indiqué que ceux-ci préciseront par exemple le profil de celui qui doit exercer dans les secteurs et dans quelles conditions, le processus d’importation des semences , ou encore les interdictions.

Parlant des agences, inspirées de l’expérience du Sénégal et de la Cote d’Ivoire où elles ont connu un succès, Henri Djombo a dit les vouloir publique au départ, avant, bien plus tard d’en ouvrir le capital. Ce sont des organes qui vont se positionner comme les chevilles ouvrières du développement des secteurs agricole et pastoral dans le pays sur les plans technique et managérial .

Le fonds de soutien de soutien à l’agriculture et les villages agricoles

Henri DJOMBO veut changer le mode de fonctionnement du Fond qui , pense-t-il, doit se démarquer de l’orientation de banque qu’elle avait en octroyant directement des crédits. Il doit plutôt collaborer avec des banques dans lesquelles il placerait des fonds, et c’est aux banques d’octroyer les crédits aux producteurs , sur la base des taux d’intérêt que le Fonds fixe.

Quant aux villages agricoles, ces centres de productions expérimentées par l’Etat et qui malheureusement se sont montré très inefficaces, le ministre d’Eta a estimé que leur statut mérite d’être redéfini. Il propose même que leur appellation change, passant de villages agricoles à cités agricoles, dans la vision d’une modernisation de ces centres de production.

Photo : le Ministre d’Etat encadré par les représentants de la Banque mondiale et de FAO           (Crédit Groupe Congo Médias).




One thought on “CONGO : UN FORUM NATIONAL SUR L’AGRICULTURE ET L’ELEVAGE POUR RELANCER LES SECTEURS.

  1. NIOUNDOU MADINGOU GHISLAIN REGIS

    La coopération Congo/Banque mondiale est très prometteuse pour rehausser l’économique de notre pays. C’est le moment où jamais pour nous de s’investir dans le secteur agricole.
    Les opérateurs économiques que nous sommes se doivent d’accompagner le gouvernement pour le bon fonctionnement et le respect de la coopération Congo/Banque mondiale.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *