Education

CONGO/ EDUCATION : L’UNIVERSITE DENIS SASSOU NGUESSO VICTIME D’ACTES DE VANDALISME

Vol,  insuffisance d’éclairage et incivisme, tel est le tableau sombre que présente aujourd’hui  la résidence de l’université  Denis Sassou Nguesso située dans la commune de Kintélé à la sortie nord de Brazzaville. Dans l’optique de s’enquérir de la situation, le Professeur  Delphine Edith EMMMANUEL, Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation technologique y a effectué une descente le samedi 31 juillet 2021. Elle était à la tête d’une délégation composée entre autres des éléments de  la gendarmerie.

Un spectacle désolant à l’université Denis SASSOU NGUESSO où à plusieurs endroits comme  la résidence universitaire sont  visibles les traces d’actes de vandalisme perpétrés dans cet établissement d’enseignement supérieur.  Devant ce spectacle, la ministre en charge de l’enseignement supérieur n’a pas hésité de remettre en cause le travail fait par la société en charge de  la sécurité du site universitaire ,  tout en donnant des instructions fermes aux responsables de la gendarmerie qui faisait partie  de la délégation : «…au moment où vous vous installez il y a une société qui selon le contrat qui le  liais au ministère était chargée de la sécurisation de ce site. Je pense qu’en toute  responsabilité j’assume ce que je vais dire  à présent. Cette société percevait mensuellement  Quarante millions de FCFA,  au moment je vous parle j’ai une facture de 120 millions de FCFA  qui m’a été soumise par le gérant  de cette société, je ne comprends pas !  Quarante  millions de FCFA pour organiser un vol systématique  ou quoi ??… » .

 Poursuivant ces propos le Professeur  Delphine Edith EMMMANUEL a annoncé la résiliation du contrat avec la société incriminée , tout en ouvrant une brèche pour une confrontation devant les tribunaux : « … au moment où la gendarmerie s’installe dans ce site j’ai procédé à la résiliation de ce contrat premièrement, deuxièmement  cette société prétend que nous lui devons de l’argent nous allons pouvoir regarder, faire la balance entre les milliards que nous avons perdu (…) s’il faut aller devant les tribunaux nous irons devant les tribunaux et nous verrons qui est responsable de quoi et qui a fait quoi j’assume pleinement ce que je viens de dire et à partir d’aujourd’hui la recréation est terminé ».

Pour sa part,  le Lieutenant-colonel Pascal IBENGUE, Commandant  du 1er Groupement de Gendarmerie  mobile à affirmer déployer des éléments sur le site : « …il y a un dispositif d’investigation qui va investir chaque coin  et recoin de ce campus aujourd’hui (…),à partir de ces instants, nous mettons un dispositif un  peu plus costaud avec les moyens que nous avons jusqu’à ce que la situation soit maitriser, nous comptons le faire sur une durée à peu près de dix jours »

Notons que cette résidence universitaire est érigée sur un terrain de 350 hectares et a une capacité d’accueil de 30000 étudiants

Photo 1  : La ministre s’adressant aux gendarmes

Photos 2 et 3 : Les actes de vandalisme

Crédit Groupe Congo Médias

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top
Translate »