CONGO/ÉDUCATION: LES DÉFIS DE L’ÉCOLE PLACÉS AU CENTRE DU CONSEIL NATIONAL DE L'ENSEIGNEMENT - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Education

CONGO/ÉDUCATION: LES DÉFIS DE L’ÉCOLE PLACÉS AU CENTRE DU CONSEIL NATIONAL DE L’ENSEIGNEMENT


Le Ministre en charge de l’enseignement général a ouvert les travaux de la 22ème session du Conseil national de l’enseignement préscolaire, primaire et secondaire le mardi 6 octobre 2020 à Brazzaville. La rencontre au cours de laquelle les différents acteurs du système éducatif vont mener des réflexions sur les défis de l’école congolaise afin d’envisager des perspectives favorables à la réussite de la prochaine année scolaire dont la date de la rentrée des classes est fixée au 12 octobre vise à faire l’évaluation de l’année écoulée pour prendre des dispositions pratiques nécessaires.
Les participants aux travaux de la 22ème session du Conseil national de l’enseignement mènent depuis le mardi 6 octobre des réflexions sur « Les défis de l’école congolaise en cette période de crise sanitaire », thème retenu pour cette année. La rencontre qui réunit les parties prenantes au système éducatif se propose de faire l’évaluation des avancées et les failles de l’année scolaire passée et proposer des pistes de solutions pouvant aider à la réussite de l’année scolaire à venir. Il s’agira de faire l’évaluation des recommandations formulées par les conseillers à l’éducation lors de la 21ème session du conseil national de l’enseignement tenu du 11 au 14 septembre 2019, ce pour mesurer l’atteinte des objectifs fixés au terme de l’année scolaire concernée.
Le forum qui se tient chaque année avant la rentrée des classes est initié par le ministère en charge de l’enseignement général dans le cadre de la recherche des solutions en vue de l’amélioration de la qualité de l’éducation en République du Congo. La crise du Covid-19 a eu plusieurs répercutions sur l’année scolaire 2019-2020 et a handicapé la mise en œuvre des recommandations issues de la 21ème session. Malgré les quelques efforts consentis par le gouvernement les problèmes de l’école congolaise demeurent les mêmes et se sont accentués au cours de l’année scolaire écoulée en raison de cette crise sanitaire face à laquelle le Congo fait face depuis le mois de mars.
L’existence de ces problèmes a été évoquée sans ambages par le Ministre de l’enseignement primaire, secondaire et l’alphabétisation Anatole Collinet MAKOSSO pour qui « L’école congolaise, en dépit de ces avancées constatées demeure encore malade et mérite des thérapeutiques appropriées ». Cette thérapie efficace qui s’impose à l’école congolaise devrait partir d’un bon diagnostic que les participants à la 22ème session sont appelés à faire afin de proposer des pistes de solutions fiables qui permettront de de guider les prochaines actions du gouvernement.

Dans son allocution d’ouverture des travaux, le ministre de tutelle a épinglé les principaux défis auxquels l’école est confrontée. Défis liés entre autres à : « La gestion des effectifs scolaires pléthoriques ; la construction, réhabilitation et / ou équipement des infrastructures ; la formation initiale et continue et l’utilisation du personnel tant administratif qu’enseignant ; l’orientation des élèves pour l’enseignement supérieur ; la protection de l’environnement et de l’éducation à la citoyenneté ; et à l’adaptation et actualisation des programmes, méthode et approches pédagogiques et à la production, la disponibilité et la diffusion de manuels scolaires et autres outils pédagogiques ».
Soulignant l’importance du programme de la continuité pédagogique ayant permis de maintenir la flamme scolaire chez les élèves pendant la période dite de confinement, le ministre a invité les acteurs du système éducatif à faire preuve de créativité tout en assurant la continuité de l’apprentissage, en répondant aux objectifs d’apprentissage, en offrant des cours de rattrapage et organisant des examens. Il a précisé que : « Les enseignants et cadres du système éducatif devront également anticiper des défis supplémentaires, résultant des conséquences directes et indirectes de la pandémie et de l’isolement social, sur le système éducatif ainsi que sur la population et la communauté tout entière. Il est donc impératif que l’innovation et la créativité accélérées servent de leviers pour rendre les systèmes éducatifs plus justes, inclusifs et résilients ».
Par ailleurs, le ministre a abordé la question de la rentrée scolaire qui pointe à l’horizon. Une reprise format Covid-19 aux conditions multiples pour laquelle le ministre a appelé les participants à tirer les leçons à mi-parcours de l’expérience de la continuité pédagogique amorcée depuis la période de confinement vécu, d’ envisager des perspectives pour réussir la rentrée 2020-2021 et de chercher à pérenniser les acquis en matière d’éducation.
A noter qu’au cours des travaux de cette session, les participants vont évaluer les différentes recommandations sous-thème par sous-thème, reconduire celles qui s’imposent et formuler des nouvelles conformément aux objectifs à atteindre.
Photo: Les participants lors de l’ouverture de la session
Contacts de notre rédaction : gcm.redaction16@gmail.com
Téléphone & Whatsapp : 00242 06629 92 35

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top