CONGO/DROITS DE L’ENFANT: LES VIOLENCES EN MILIEU SCOLAIRE PRENNENT DES PROPORTIONS INQUIÉTANTES - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Education

CONGO/DROITS DE L’ENFANT: LES VIOLENCES EN MILIEU SCOLAIRE PRENNENT DES PROPORTIONS INQUIÉTANTES

L’UNICEF a présenté, le vendredi 20 novembre 2020, le rapport de la toute première étude menée sur les violences en milieu scolaire en République du Congo. Présenté à l’occasion d’un dialogue de haut niveau placé sous le patronage de Premier ministre Clément MOUAMBA, le rapport de l’enquête menée par cette agence des Nations unies en charge des questions liées aux droits de l’enfant révèle que « Plus de sept élèves sur dix subissent des violences dans les écoles et en ligne».

 Le document de l’étude a été présenté à l’occasion de la journée mondiale de l’enfant, célébrée le 20 novembre de chaque année. Cette célébration marquant le 31 ème anniversaire de la Convention relative aux Droits de l’Enfant a été l’occasion la mieux indiquée pour rendre public les résultats de cette enquête.

 L’étude réalisée sur les violences auxquelles les élèves sont souvent exposés, dans l’enceinte ou autour de l’école, donne des éléments d’appréciation du phénomène en République du Congo. En effet, données du rapport de précisent  l’ampleur de  ce fléau qui semble avoir un impact négatif sur le parcours scolaire des victimes. Sur les  cinq formes de violences ayant fait l’objet de l’enquête, notamment les violences en ligne, violences verbales ou psychologiques, physiques, sexuelles et économiques, le rapport présente la violence sexuelle comme la deuxième forme de violence la plus répandue dans les écoles du pays, avec quatre filles sur dix ayant déclaré avoir subi une agression de nature sexuelle dans les 12 mois précédents l’enquête.

Les résultats de cette enquête menée à près de presque de 6.000 élèves à travers le pays révèle que :« Huit filles sur dix et sept garçons sur dix de 12 ans à 18 ans ont déclaré avoir subi des violences verbales ou psychologiques dans leur établissement scolaire ». Le rapport  qui renseigne sur l’épineuse question des violences en milieu scolaire constitue un document d’appui qui devrait amener les autorités compétentes non seulement à prêter une attention  particulière à la question, mais aussi de prendre des mesures nécessaires en vue de freiner cette progression inquiétante.

La Représentante de UNICEF en République du Congo, Micaela Marques De SOUSA se félicitant de la publication d’une étude de ce genre  pour  première foisau Congoet qui  fournit « Des données claires qui montrent une réalité alarmante pour les jeunes élèves du pays, en particulier les filles », a tiré la sonnette d’alarme en précisant que :« Les filles sont davantage exposées non seulement aux violences dans l’enceinte et autour de l’école, mais aussi aux risques inhérents à l’espace virtuel qui est de plus en plus répandu dans le pays avec l’arrivée progressive d’internet dans les écoles ».

Pour Chris MBURU, Coordonnateur Résident des Nations unies en République du Congo , la nécessité de mener des actions concertées entre les agences du systèmes des Nations unies et le gouvernement s’impose pour garantir l’éducation de qualité que prône l’ODD 4 : « Avoir une éducation de bonne qualité est un droit fondamental des enfants et des adolescents et nous avons la responsabilité de travailler ensemble, comme Système des Nations Unies et en collaboration avec le Gouvernement du Congo, pour éviter de perdre le potentiel d’une entière génération de jeunes filles, et de jeunes garçons, à cause des violences ».

Ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, Anatole Collinet MAKOSSO, reconnaissant, pour sa part, la nécessité de créer les conditions favorables à l’apprentissage a rappelé que : « Donner à tous les élèves du pays l’opportunité d’apprendre dans un contexte de sécurité est une priorité pour la politique du Gouvernement Congolais. (…) Le milieu scolaire doit être l’endroit où les jeunes filles et les jeunes garçons se sentent protégés et encouragés à s’épanouir ». 

La gestion rationnelle de l’espace virtuel étant le gage d’un monde sans violence en ligne, le gouvernement devrait s’atteler à mieux encadrer le secteur en vulgarisant les lois en vigueur en la matière. Intervenant à son tour, le Ministre des Postes, des télécommunications et de l’économie numérique, Léon Juste IBOMBO a  souligné en substance que :« L’espace virtuel créé par les nouvelles technologies peut ouvrir beaucoup de portes pour les jeunes Congolais. L’application effective des lois existantes dans notre pays pour la protection de l’enfance en ligne et la lutte contre la cybercriminalité en général, est fondamentale pour permettre à tous les jeunes du Congo d’utiliser les nouvelles technologies en toute sécurité ».

A noter que la même étude indique que presque deux filles sur dix ont subi récemment des actes violents en ligne, en milieu scolaire, inclus la diffusion non autorisée d’images privées ou à caractère sexuel, harcèlement, menaces, discrimination ou autre forme de violence sur les plateformes digitales.

Photo  : Deux lycéens ( Droits réservés)

Contacts de notre rédaction : gcm.rédaction16@gmail.com

Téléphone & Whatsapp : 00242 06629 92 35

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top