CONGO : DES FACTURES EN INSTANCE DE PAIEMENT POUR LA MAINTENANCES DES AVIONS DE LA SOCIETE ECAIR - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Société

CONGO : DES FACTURES EN INSTANCE DE PAIEMENT POUR LA MAINTENANCES DES AVIONS DE LA SOCIETE ECAIR

Le ministre  des transports Fidèle DIMOU s’exprimait sur la situation de la flotte de la société aérienne du Congo Ecair ,  en cessation d’activité actuellement. C’était lors de la séance de questions orales au gouvernement avec débat au Sénat, organisé  le vendredi 22 mars 2019 dans la grande salle du Palais des Congrès. Les quatre Boeing de la société qui étaient stationnés pendant plusieurs mois à l’aéroport se trouvent  actuellement dans des ateliers de maintenance  à Adis Abeba en Ethiopie et à Johannesburg en Afrique du sud. Fidèle DIMOU est l’un des seize ministres qui ont répondu aux questions des Sénateurs parmi lesquels, la ministre de la santé et de la population et celui des hydrocarbures.

Deux avions en Ethiopie et deux autres en Afrique du sud pour, a dit le ministre, ce que l’on appelle  les grandes visites « avant leur mis en exploitation commerciale conformément aux exigences réglementaires ». Pour les avions qui sont en Ethiopie,  la révision de l’un  (Boeing 737-700) est déjà réalisée à 98%  et «  d’ici là certainement l’avion va revenir mais il  y a une facture à payer »,  a renchéri Fidèle DIMOU qui n’a pas du reste  indiqué le montant ce celle-ci. Quant au 757-200, le plus gros, il est en attente d’un devis  de la part d’Avia Seven, un partenaire d’Ecair. Quant aux avions qui se trouvent en Afrique du Sud, ils sont en attente eux aussi du devis.  Comme on le voit, le chemin de la relance de la société Ecair est encore très long au regard de la situation économique difficile que traverse le pays. Une  chose est sûre, a précisé le ministre des transports, la société commencerait par les vols domestiques à la reprise dont la date est loin d’être connue.

La ministre de la santé et de la population a quant a elle été interrogée sur la maladie de chikungunia qui sévit dans plusieurs départements du pays celle-ci a informé les Sénateurs  que cette maladie a touché cinq départements. «  La situation à  la date du 18 mars  est de 3811 personnes touchées  reparties dans les cinq départements comme suit : 1740 cas pour le Kouilou, 677 cas pour le Pool, 1301 pour la Bouenza, 75 cas pour Pointe noire, pour Brazzaville, les 18 cas suspects sont en cours de confirmation ». Quoiqu’étant une maladie difficile a supporter et spectaculaire, a dit Jacqueline  Lydia MIKOLO, le chikungunia n’est pas mortel. Cinquante millions  de francs CFA, a-t-on appris, ont été mobilisés par le  gouvernement a précisé la ministre de la santé et grâce a cet apport financier, la prévalence de la maladie serait en baisse.

De son coté, répondant à leurs questions, le ministre des hydrocarbures Jean Marc Thysthère TCHIKAYA  a informé les Sénateurs de ce que «  … au regard de l’évolution du cadre juridique, économique  et fiscal du secteur pétrolier et du cadre socio économique national  actuel, le gouvernement a décidé de mettre fin aux conventions d’établissement dans le secteur pétrolier. Il s’agit d’une volonté politique  affirmée du gouvernement ». Ces mesures vont induire  la fin des avantages fiscalo-douaniers prévus dans la loi des finances 2019 a indiqué le ministre. Autre aspect abordé,  les clauses de stabilisation contenues dans les conventions d’établissement  signées entre le Congo et les sociétés Total E&P Congo et Eni Congo. Ici ,«  …le gouvernement par l’entremise  des départements des hydrocarbures, et des finances et du budget,  a déjà entamé des discussions avec les sociétés bénéficiaires de ces conventions d’établissement en vue de négocier et d’amender conformément aux textes en vigueur les différents contrats de partage de production qui nous lient », a renchéri Jean Marc Thysthère TCHIKAYA .

Il est à noter que la délégation gouvernementale était conduite par Clément MOUAMBA, Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

Photo : Un des avions de la société ECAIR sur le tarmac d’un aéroport (Photo d’archives / Droit réservés)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top