CONGO : UNE DEMANDE D’ORGANISATION DU DIALOGUE NATIONAL INCLUSIF FORMULEE A LA PLATEFORME DEPARTEMENTALE DE DIALOGUE DU POOL

93

La ville de Kinkala, capitale du département du Pool au sud du Congo a abrité du 12 au 13 juin 2019 les travaux de la plateforme  départementale de dialogue et  d’échange intracommunautaire. Organisé dans le cadre des activités du Projet « Consolidation de la paix et démarrage du DDR dans le Pool en République du Congo », ce grand rendez de la paix   qui a connu la participation de plusieurs acteurs étatiques, multilatéraux, de la société civile, de l’église , des parlementaires  et  des représentants du pasteur NTUMI, l’ex rebelle aujourd’hui partenaire de paix , a été  consacrée à la synthèse des travaux  des comités locaux de dialogue  intracommunautaires organisées dans les treize districts et les deux communes du département du Pool, et à la formulation d’une litanie de recommandations aux plans sécuritaire, politique et du développement socioéconomique. Parmi elles,   l’organisation d’un dialogue national inclusif, la clarification du statut du pasteur Ntumi  et  la suppression du ramassage des armes car cette action ayant déjà été menée.

L’organisation de cette plateforme est le résultat d’un partenariat entre le gouvernement du Congo à travers le Haut Commissariat à la réinsertion des ex Combattants et les Nations Unies par le biais du  Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) , du  HCR  de  l’UNFPA, mais aussi du Fonds des Nations Unies pour la consolidation de la paix qui finance le projet « Consolidation de la paix et démarrage du DDR dans le Pool en République du Congo ».

Cette approche participative de la recherche de la paix ouverte aux populations, quoique victimes et non acteurs du conflit qui a déstabilisé  le Pool  par une crise  dont le terme a été mis par les accords de cessez le feu  du 23  décembre 2017, constitue pour nombreux une innovation et une avancé dans le règlement des crises dans ce département du Congo qui n’en est pas là à sa première. D’ailleurs, Maley DIOP, Coordonnateur du Système des Nations Unies et Représentant Résident du PNUD au Congo fondait beaucoup d’espoir là-dessus  dans son adresse lors de la cérémonie d’ouverture des travaux de la plateforme :       «    La prise en compte de ces aspirations des populations du département et par la même occasion , le renforcement de la cohésion sociale  dans un cadre global  de consolidation des acquis de la paix , commande entre autres , une analyse approfondie  desdites recommandations par toutes les parties prenantes , à travers des échanges de  haut niveau ( …) cette plateforme verra les participants ( Hommes , femmes jeunes , autorités, comités de dialogue, leaders , élus, ex combattants), venus de toutes les entités territoriales du département et de Brazzaville engager un dialogue direct  et constructif afin de créer les bases d’un retour définitif et durable de la paix tant voulue pour cette localité ».

Pour sa part, Euloge Landry KOLELAS, Haut Commissaire chargé  de la réinsertion des ex Combattants   a abondé dans le même sens , celui  du respect des aspirations les plus profondes exprimées par les communautés lors des plateformes locales, balisant ainsi le chemin des assises : « Il s’agira  d’analyser et de synthétiser les recommandations formulées au cours des plateformes locales qui se sont tenues à travers le département. Ainsi comme nous pouvons le constater, il ne sera pas question, tout au long de ces travaux  de dénaturer, non plus d’édulcorer les aspirations profondes des communautés librement exprimées lors des plateformes locales, mais plutôt de procéder par un traitement fidèle et une consolidation conforme aux recommandations des plateformes déjà tenues ».

Des assises prolifiques en terme de  recommandations

Les travaux de Kinkala ont abouti à une trentaine de recommandations consignées dans le communiqué final. Des recommandations,  fruit du travail thématique des groupes mis en place lors des travaux. Au plan sécuritaire, les participants ont recommandé entre autres l’allègement progressif du dispositif des militaires  vers leurs casernes initiales ; la garantie de la sécurité et la non stigmatisation des ex combattants ayant regagné leurs résidences habituelles ; la clarification de la situation  des personnes portées disparues pendant la crise ; la remise/libération des quartiers, domaines et maisons illégalement occupés.

Au plan du développement socioéconomique, les assises de Kinkala ont réclamé le démarrage effectif du Programme Désarmement, Démobilisation et réintégration  en mettant   communautaire de la réintégration socioéconomique ; la mise en œuvre des projets communautaires pour le renforcement de l’esprit de solidarité et du vivre ensemble ; la réhabilitation des infrastructures communautaires  de base endommagées au cours du conflit ( écoles, centres de santé, pont, forages, etc ) ; la prise en charge psychologique des victimes du conflit, y compris les orphelins ; la réhabilitation du trafic par pirogue  sur la rivière Djoué ( NDLR : Grande rivière qui traverse la ville de Brazzaville).

Au plan politique, les participants ont demandé la formalisation des Comité locaux de réconciliation à travers la mise en place  d’un cadre juridique ou règlementaire, l’application des clauses de l’accord de cessez-le-feu et de cessation des hostilités du 23 décembre 2017. Mais il y a aussi et surtout la demande de clarification du statut du pasteur Ntumi et l’organisation du dialogue national inclusif ; la suppression de toutes les taxes relevant de la parafiscalité.

Il est à noter que les travaux de la plénière ont été présidé par Monseigneur Louis PORTELLA MBUYU, Evêque de Kinkala, secondé par Georges KILEBE, Préfet du Pool.

Soulignons que  des équipements  composés de moto, de groupes électrogènes, de matériel de bureau  et de ventilateur ont été remis aux quinze comités locaux de dialogue par le Haut Commissaire à la réinsertion des ex combattants qui les la reçus du Représentant résident du PNUD au Congo.

Photo 1 : Un cliché de la  remise des équipements aux Comité locaux de dialogue.

Photo 2 : Le Haut Commissaire Euloge Landry KOLELAS rendant son discours d’ouverture

Photo 3 : Une vue des participants dans  la salle Matsoua lors de la cérémonie d’ouverture

Audio 1 : Le Représentant du Pasteur Ntumi

Audio 2 : Mohamed El Mehadi AG RHISSA, Coordonnateur projet Consolidation de la paix et démarrage du DDR dans le Pool en République du Congo

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *