CONGO : DE GRANDS DEFIS ENERGETIQUES A RELEVER POUR LA ZONE ECONOMIQUE SPECIALE DE POINTE NOIRE - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Economie

CONGO : DE GRANDS DEFIS ENERGETIQUES A RELEVER POUR LA ZONE ECONOMIQUE SPECIALE DE POINTE NOIRE

La question de l’énergie capable de faire fonctionner la zone économique de Pointe noire a été évoquée  le mercredi 24 juillet 2019 lors de la séance plénière du Sénat qui était consacrée à l’examen du projet de loi portant création  de l’Autorité de régulation de zones économiques spéciales. Un  texte qui, sans  grands débats, a été adopté par les Sénateurs. A l’occasion, le ministre de zones économiques spéciales (ZES) Gilbert MOKOKI, s’exprimant sur le dossier de la zone économique de Pointe noire, a reconnu qu’il y a des grands défis à relever en ce qui concerne l’énergie électrique.

Les  questions relatives à l’énergie nécessaire pour faire fonctionner la zone économique de Pointe noire,  aux   expropriations se sont  offert une large place dans les débats , sans oublier celle du développeur, cet acteur  en charge de viabiliser la zone , « titulaire d’une convention de développement pour la réalisation d’activité de développement et qui bénéficie d’un statut d’aménagement urbain du droit congolais dont le capital peut être public, privé ou mixte » , a précisé Jean Pierre MANOUKOU KOUBA , président de la commission Affaires Juridiques et administratives.

En ce qui concerne le développeur pour cette ZES de Pointe noire, le problème ne  devrait pas se poser  a renchéri Jean Pierre MANOUKOU KOUBA : « S’agissant de Pointe noire, le Congo et la Chine ont signé (Ndrl le 5 septembre 2018)  une convention qui donne une exclusivité à une société développeur. Cette société a les droits exclusifs mais elle peut négocier avec d’autres sociétés ». En effet, le ministre, n’a pas exclut la possibilité qu’il y ait deux développeurs. Un qui serait chargé du parc industriel et un autre qui serait chargé du parc résidentiel, tout en rappelant qu’une ZES c’est tout une ville qui se crée.

Il faut de l’énergie pour tout cela !

Pour son fonctionnement, la zone économique de Pointe noire ne devrait pas disposer de moins de 950 mégawatts – t- on appris. Ainsi, les options de  production de l’énergie à partir du gaz naturel (au lieu de le torcher) sont alors envisagées, a dit Gilbert MOKOKI. L’on voit donc bien que rendre disponible l’énergie dans la ZES  de Pointe noire est un sérieux préalable pour le gouvernement, dans un pays dont la production cumulée de toutes ses sources électrogènes n’atteint déjà pas 1000 mégawatts.

A propos de l’Autorité de régulation des Zones économiques spéciales

Il s’agit d’un établissement public administratif  qui régule et surveille les activités  dans les ZES, et permet d’éviter  des dérives  entre opérateurs  comme les ententes  illicites et autres infractions. La loi concède à cet organe le pouvoir de sanction, analogue à celui du juge administratif, ainsi que celui  de régler les différents  entre les opérateurs, ce qui l’apparente alors à un juge civil. Par ailleurs, toujours dans le cadre de ses missions, cette Autorité arbitre les conflits opposant l’agence de planification, de promotion et de développement des ZES, les opérateurs et les investisseurs, et prononce des sanctions à l’encontre de tout investisseur agrée, responsable de violations manifestes des lois et règlements relatifs aux zones économiques spéciales.

Photo :  Une ligne de transport du courant THT ( Droits réservés)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top