CONGO : L’A.D.R.B.E SOLLICITE L’IMPLICATION DU GOUVERNEMENT POUR MIEUX TRAITER LES PIEDS BOTS - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
Société

CONGO : L’A.D.R.B.E SOLLICITE L’IMPLICATION DU GOUVERNEMENT POUR MIEUX TRAITER LES PIEDS BOTS

L’Association pour le développement de la réadaptation et le bien être (A.D.R.B.E) a plaidé, le mercredi 17 juin, pour l’implication des ministères en charge de la santé  et des affaires sociales afin de vulgariser son programme de prise en charge des enfants nés avec handicap dû aux pieds bots au Congo. C’est au cours d’une conférence de presse tenue à Brazzaville que cette association qui traite le Pied Bot par la méthode de Ponseti a dressé le bilan positif de ses trois premières années de déploiement de son programme au Congo.

 Célébrée chaque le 03 juin à l’échelle mondiale, la journée mondiale des pieds bots célébrée en différé le 17 juin à Brazzaville était une occasion pour l’Association pour le développement de la réadaptation et le bien-être de faire le point du travail abattu dans la période allant du 1er juillet 2017 au 31 mars 2020, dans le cadre de la prise en charge des enfants nés avec des malformations congénitales des membres inférieurs et de faire un plaidoyer pour une meilleure implication des autorités congolaises afin de donner la dignité aux enfants  et parents confrontés à cette situation contraignante.

Conscient du fait que le non traitement du Pied Bot à temps peut handicaper la vie de l’enfant, Alphonse NGANGA, Président de l’A.D.R.B.E a souligné l’importance d’une mobilisation de tous pour une meilleure prise  en charge des patients. « Nous devons tous nous mobiliser pour soigner le pied bot très tôt, afin d’éviter  un handicap à vie à ces enfants avec les conséquences que nous connaissons : la marginalisation, discrimination, les sévices corporels et la stigmatisation ».

Le programme pied bot réalisé, jusqu’ici, dans six départements du Congo est le fruit d’un partenariat entre l’A.D.R.B.E  et l’ONG américaine Miraclefeet, qui a transformé la vie de 50000 enfants dans 28 pays travers le monde. Au Congo, cette association qui se bat pour transformer les pieds bots des enfants, qui vivaient avec la douleur et la stigmatisation, en beaux pieds s’est félicitée  de voir ces enfants traités aller à l’école.

Avec un bilan évalué à 339 enfants traités sur 480 prévus, soit 70, 6% de patients traités   l’A.D.R.B.E, se félicitant des résultats auxquels elle est parvenue nonobstant les difficultés rencontrées sur le terrain, a souligné l’impérieuse nécessité d’un accompagnement de ce programme par le  gouvernement de la république afin de lui donner les moyens d’étendre son action dans l’ensemble des départements du pays.

L’efficacité de la méthode Ponseti a fait l’objet de plusieurs témoignages.

Audio : Témoignage de Monsieur MBANDZOULOU Yves Joe, grand père d’une fillette traitée par la méthode Ponséti

Un plaidoyer pour une meilleure prise en charge de la pathologie

L’A.D.R.B.E développe son programme dénommé « Ensemble pour un Congo sans handicap dû aux pieds bots » et  dans la mise en œuvre dudit programme, ses équipes ont été confrontées à plusieurs difficultés parmi lesquels l’abandon par les familles des contrôles, le manque de moyens pouvant favoriser leur déploiement dans certaines localités et l’insuffisance des moyens de sensibilisation. La réussite de cette mission salutaire au profit de la population congolaise nécessite une mutualisation des efforts.

Dans son allocution d’ouverture de  cette cérémonie marquant la première célébration de la journée mondiale du pied Bot au Congo, Guy Landry Brice DIANZITOUKOULOU, Directeur de la réadaptation a indiqué que : « L’impératif qui s’impose à l’Association pour le développement de la réadaptation et le bien- être et aux cadres et agents du secteur de la réadaptation est celui de travailler en synergie pour l’éradication progressif du handicap causé par la pathologie du pied bot ».

Le Kinésithérapeute et coordonnateur du programme Pied Bot lors de son exposé

Dans cette même lancée,  l’association a fait un plaidoyer pour solliciter, entre autres,  « L’implication du ministère en charge de la santé et celui des affaires sociales ; l’implication d’autres partenaires ;  l’introduction de la méthode Ponseti dans le système de santé ; l’expansion du programme pied bot dans les départements non couverts jusqu’à ce jour ; l’enseignement de la méthode Ponseti dans les écoles de formation, à la faculté des sciences de la santé et à l’école paramédicale jean Joseph LOUKABOU ; l’octroi des subventions par le gouvernement de la république et l’insertion de certaines familles démunies aux filets sociaux Lisungui (dont les enfants sont suivis par le programme) », a énuméré Thomas Robert MBEMBA, Kinésithérapeute, secrétaire à la technicité de l’association et coordonnateur du programme Pied Bot.

Par ailleurs, l’A.D.R.B.E a déploré le non aboutissement jusqu’à ce jour de son accord de partenariat avec le ministère des affaires sociales et de l’action humanitaire malgré le fait que ledit accord avait été élaboré dans le passé.

A noter que cette association qui a son siège social au n°26 de la rue Malié Moukondo, à Brazzaville, a au cours de cette première phase triennale distribué 327 attelles et traité 194 patients à Brazzaville ; 91 à Pointe-Noire ; 28 à Dolisie ; 15 à Owando ; 7 à Nkayi et 4 patients à Ouesso.

Photo 1 : Le président de l’association et le directeur de la réadaptation

Photo 2 : Vue des journalistes lors de la conférence

Photo 3 : Kinésithérapeute et coordonnateur du programme Pied Bot lors de son exposé

(Crédit Groupe Congo Médias)

Contacts de notre rédaction : gcm.redaction16@gmail.com

Téléphone te Whatsapp : 00242 06629 92 35  

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top