CONGO/ CAMPAGNE PRESIDENTIELLE : L’ORDRE DE PASSAGE DES CANDIDATS SUR LES MEDIAS AUDIOVISUELS D’ETAT CONNU - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
PRESIDENTIELLE 2021

CONGO/ CAMPAGNE PRESIDENTIELLE : L’ORDRE DE PASSAGE DES CANDIDATS SUR LES MEDIAS AUDIOVISUELS D’ETAT CONNU

Les candidats à l’élection présidentielle sont désormais fixés sur l’ordre de leur passage dans les médias d’Etat, ce  au terme du tirage au sort organisé en présence d’huissier de justice le mardi 2 mars 2021 à Brazzaville par le Conseil supérieur de la liberté de communication.    Guy Brice Parfait KOLELAS sera le premier à s’exprimer aux Congolais dans le cadre de la campagne électorale  qui débute ce 05 mars et prendra fin le 16 mars 2020.

Ce reportage a été réalisé par  Gad TATY, journaliste stagiaire

Le président de l’UDH YUKI sera suivi de Dave MAFOULA, le plus jeune des candidats, de  Mathias DZON, d’Anguios NGANGUIA ENGAMBE, de  JOSEPH KIGNOUMBI KIA MBOUNGOU, d’Albert ONIANGUE et Denis SASSOU-NGUESSO. Le tirage au sort s’est fait dans la transparence totale, en présence d’un huissier de justice, des membres de la Commission nationale électorale indépendante ( CNEI)  et des directeurs de campagnes des candidats à l’élection présidentielle .Le président du Conseil supérieur de la liberté de la communication, Philippe MVOUO a attiré l’attention des médias sur le respect de cette décision : « …je demande aux médias de respecter l’ordre établi pour des besoins de tous, car le respect de l’ordre est important pour nous » 

Le Conseil supérieur de la liberté de communication  ( CSLC) a un rôle capital à jouer dans la régulation de la communication  des candidats, notamment dans l’organisation de  l’enregistrement des messages de campagne des  sept candidats.  Les différents conquérants du fauteuil présidentiel doivent, selon la loi, avoir  un accès équitable aux médias et à la participation aux différentes émissions en rapport avec l’élection. Aussi, leur  messages doivent être de durée égale et  diffusés  à des moments de grande audience.  

Dans son  discours, Philippe MVOUO  a martelé sur le cadre légal  qui encadre l’élection présidentielle. La loi n°4-2003du 18 janvier 2003, déterminant les notions d’organisation, la composition et le fonctionnement du Conseil supérieur de la liberté de communication , la loi n°15-2001 du 31 décembre 2001, relative au pluralisme dans l’audio-visuel public et la loi électorale n°9-2001 du 24 novembre 2001 ont été citées et  assureront une meilleure maîtrise des obligations qu’impose la communication en période électorale :  « Le tirage au sort quis’est fait ici sous le contrôle d’un huissier de justice relève de la loi pour authentifier sa régularité et rendre légaux ces résultats de façon à ce que l’ordre de passage qui en résulte soit respecté par les candidats et les médias audio-visuels ».

Le président du CSLC a en outre  martelé sur l’usage de la communication politique, électorale : « il est déplorable et laisse soupçonner les délits probables pendant la période électorale qui s’ouvre dans trois jours. Aussi voudrais-je faire un rappel sur l’article 27 de la loi électorale, les redevances électorales sont celles qui ont pour but de faire connaitre un candidat ou une liste de candidats, de présenter les programmes ou les arguments d’un candidat ou des candidats d’une même liste d’investigation ».

Des restrictions sur l’usage des symboles de la république

Un rappel sur  l’interdiction de l’usage des symboles de la république a été en outre fait. Il s’agit du drapeau national, de l’hymne nationale, des armoiries de la république : « Les institutions de la république ne doivent pas faire l’objet de violation mais plutôt doivent être préservées de toute atteinte physique et morale ou même de toute critique pernicieux durant la période électorale ». Le président candidat commencera sa campagne électorale au même titre que les autres compétiteurs le 05 mars prochain dans les conditions prévues par réglementation en vigueur, en matière de la communication audio-visuel et cela s’appliquera à tous les candidats sans exception.

Il est à noter que la télévision et la radio nationale sont les seuls médias autorisés à enregistrer les déclarations des candidats. Les autres médias privés n’assureront que le relais de ces messages.  Concernant les émissions liées à la présidentielle dans les autres médias publics comme privés, le CSLC  déploiera ces équipes sur le terrain, et qui auront pour mission de veillera à l’organisation de ces émissions. Les débats contradictoires entre les candidats sont interdits, les directeurs des campagnes pourront toutefois déléguer des personnes habiletés de leur équipe à des émissions de débat.

Photo : Le Président du CSLC au centre présidant le tirage au sort ( Droits réservés)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top