CONGO-BZV / PRESIDENTIELLE : LES AGENTS DE LA FORCE PUBLIQUE ONT VOTE - Groupe Congo Medias | Actualité du Congo Brazzaville | Sites d’informations du Congo Brazzaville
PRESIDENTIELLE 2021

CONGO-BZV / PRESIDENTIELLE : LES AGENTS DE LA FORCE PUBLIQUE ONT VOTE

Conformément à une toute nouvelle loi, les agents des forces armées congolaises, de la police et de la gendarmerie qui se sont remarquablement mobilisés,  ont voté le mercredi 17 janvier 2021 à travers le pays, quatre jours avant le vote des civils prévu ce dimanche 21 mars. A Brazzaville, la capitale du pays qui compte le plus grand nombre d’agents de la force publique, le président de la Commission nationale électorale indépendante, Henri BOUKA,  est allé faire le constat sur le déroulement des opérations  dans un centre de vote logé dans une école primaire dans le centre de la ville. Ici, ce dernier a dû corriger quelques flottements, dit-il, dans l’organisation des bureaux de vote.

Les opérations de vote, a indiqué Henri BOUKA, ont commencé à sept heures du matin. Le président de la CENI a passé pas moins de trente minutes dans chacune des deux bureaux de vote dans lequel il est entré. Une durée qu’il a justifiée par le fait qu’il a dû faire de la pédagogie auprès des membres des bureaux de vote et des représentants des candidats, dans le but de recadrer certains flottements en rapport avec les dispositions pratique d’organisation des bureaux de vote, pour faciliter la circulation des électeurs : « Quand je suis arrivé je me suis rendu compte que la situation n’était pas très bonne. J’ai donc passé du temps pour corriger la situation ».

Henri BOUKA a dit par ailleurs avoir constaté la présence des délégués de tous les candidats : « J’ai pu constater que dans tous les bureaux de vote il y avait la présence des délégués de tous les candidats. J’ai parlé avec eux, ils étaient confortablement installés. Dans un bureau j’ai vu que un des candidats avait deux représentant, j’ai invité poliment l’un deux à sortir. Il a compris et il est sorti ».

Le dépouillement pas le même jour

Le dépouillement du vote des agents de la force publique ne s’est pas fait le même jour. Il se fera en même temps que celui du vote des civils. Les urnes, a précisé le président de la Commission nationale électorale indépendante, doivent être scellées selon la loi , en présence des délégués des candidats qui toutefois ont la possibilité d’exercer leur contrôle : « ….pendant ce temps le procès verbal est ouvert et les délégués des candidats peuvent au fur et à mesure demander que soit insérées dans le procès verbal les observations qu’ils croient utiles (…) nous nous sommes arrangés pour qu’à la fin des opérations de vote, le scellement des urnes se face en présence des délégués des candidats, c’est ce que la loi dit. Au moment du dépouillement, ils vont venir constater que le scellement n’a pas été violé. On va alors ouvrir l’urne et procéder au dépouillement.

A propos du corps électoral

Interrogé par un journaliste sur le corps électoral des agents de la force publique, Henri BOUKA a dit : « Je ne répondrai pas à la question par ce que simplement lorsqu’il s’agit du vote civil, il y en a qui remplissent les conditions pour figurer sur les listes et d’autres qui ne les remplissent pas. Nous avons donc la connaissance du corps électoral des civils. Nous sommes à deux millions cinq cent quatre-vingt-sept mille électeurs. En ce qui concerne le corps électoral des militaires, policiers et gendarmes, ils remplissent tous les conditions pour figurer sur les listes ! Mais allez à l’armée, posez la question, vous saurez combien y a –t-il de militaires dans le pays !

Photo : Les agents de la force pendant le vote (Crédit Groupe Congo Médias)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le plus populaire

To Top